01/07/2011

L'énorme potentiel de l'efficacité énergétique

Après Fukushima, la plupart des gens souhaitent sortir progressivement du nucléaire.

On a vu ce que représente le « risque résiduel » : une centrale sur 100 finit par « crasher », libérant de la radioactivité et portant gravement atteinte à la santé des populations environnantes.

Ce risque, longtemps occulté, est inacceptable.

Mais la question qui revient sans cesse est : peut-on se passer du nucléaire ?

Au niveau mondial, c'est évident: les centrales nucléaires fournissent à peine plus que 2% de l'énergie utile. Insignifiant ! Mais chez nous en Suisse?

Rappelons quelques faits : le nucléaire fournit dans notre pays environ 40% de l'électricité consommée, donc environ 10% de toute l'énergie.

Mais on peut constater qu'au moins 40% de l'électricité que nous consommons est gaspillée et pourrait être économisée en utilisant de meilleurs appareils et de meilleures techniques, déjà disponibles aujourd'hui...

Réduire le gaspillage

S.A.F.E, l'Agence Suisse pour l’efficacité énergétique, a actualisé dernièrement une étude qui montre que, d'ici à 2035, on peut économiser annuellement 26 TWh d'électricité, autant que la production de nos 5 centrales nucléaires. Ces économies sont réalisables dans de très nombreux secteurs:

  • 5,6 TWh pour les appareils et l'éclairage dans les logements;

  • 5,1 TWh pour les installations techniques et l'éclairage dans les services, le commerce et l'industrie;

  • 1,9 TWh pour les appareils de bureau, technologies de l'information et de la communication;

  • 7,8 TWh pour les utilisations industrielles et artisanales (dont 75% pour des moteurs);

  • 5 TWh pour les chauffages et la production d'eau chaude sanitaire électriques...

Vous pouvez en trouver le détail sous http://www.efficace.ch en ouvrant la fiche d'information et le tableau du « potentiel d'économie d'électricité 2035 ».

Agir dès aujourd'hui

Mais quelles mesures prendre pour que ces économies ne restent pas seulement « potentielles », mais qu'elles deviennent réelles, qu'on gaspille moins d'énergie en Suisse?

Voilà quelques pistes que le Conseil national a déjà demandé au gouvernement de suivre:

  • interdire la vente de tous les appareils électriques de mauvaises qualité énergétique, qui gaspillent énormément d'électricité;

  • remplacer les chauffages électriques par des chauffages aux pellets ou par des pompes à chaleur;

  • chauffer au moins une partie de l'eau chaude sanitaire par des énergies renouvelables, notamment des panneaux solaires thermiques...

Investir pour économiser

Certaines de ces mesures, sont très rapidement rentables: Des appareils qui consomment moins d'énergie sont plus chers, mais en quelques années les économies réalisées sur les factures d'électricité dépassent le surplus du prix d'achat. Interdire la vente des appareils les plus énergivores est donc un service que les autorités peuvent rendre aux consommateurs.

D'autres mesures, par contre, nécessitent de nombreuses années pour être amorties. Des aides et des mesures d'encouragement s'imposent. C'est le cas, par exemple, pour le remplacement des chauffages électriques directs, avant de les interdire à terme.

Il est important que le Parlement qui sortira des urnes cet automne, comporte une majorité prête à agir dans ce sens.

Agir aussi individuellement

Mais l'encouragement des meilleures techniques ne servira à rien en l'absence d'une prise de conscience qu'il faut éviter les gaspillages:

  • Acheter un téléviseur qui consomme moins est inutile si, prétextant qu'il est économe, on le laisse allumé du matin au soir...

  • Avoir une maison bien isolée, mais laisser les fenêtres tout le temps ouvertes parce qu'il fait trop chaud, à cause d'un mauvais réglage, annule les économies...

Bref, le potentiel des économies d'énergies est là. Les réaliser permettrait non seulement de « sortir du nucléaire », mais aussi d'économiser à terme des milliards de francs.

A nous de prendre les bonnes mesures législatives et individuelles pour concrétiser ce potentiel ces prochaines années!