10/10/2016

Centrales nucléaires de Beznau : quels sont les risques ?

Le Conseil fédéral affirme qu'il ne faut pas prescrire une durée limite pour l'exploitation des centrales nucléaires. Elles devraient pouvoir fonctionner aussi longtemps que la sécurité est assurée.

Malheureusement la nouvelle majorité parlementaire a refusé de légiférer pour améliorer la sécurité des centrales vieillissantes.

Maintenant Mühleberg reste en activité malgré d'importantes fissures dans le manteau du réacteur, Beznau 2 aussi, malgré plusieurs dizaines de trous dans la cuve de pression du réacteur. Seule Beznau 1, où l'on a découvert en 2015 presque 1000 petits trous dans cette même partie de la centrale, est à l'arrêt. Mais les propriétaires prévoient de la faire redémarrer en 2017 : avec suffisamment d'argent on trouve toujours des experts prêts à démontrer qu'il n'y a pas de risques...

Vous vous direz peut-être que ces petites imperfections ce n'est pas bien grave, qu'il faut faire confiance à nos autorités.

Alors regardez ce qui est arrivé, lors d'un test de pression en 1965, à une cuve semblable à cause d'une petite imperfection de 5 millimètres : elle était destinée à contenir des produits chimiques, et à être soumise, comme les cuves des réacteurs nucléaires à de fortes températures et pressions, rayonnements en moins.

remote.adjust.rotate=0&remote.size.w=1280&remote.size.h=813&local.crop.h=813&local.crop.w=1280&local.crop.x=0&local.crop.jpg
Photo copiée de la Schweiz am Sonntag du dimanche 9 octobre

Un tel accident à Beznau nécessiterait l'évacuation de plus d'un million de personnes.

Pour arrêter à temps ces centrales vieillissantes votons OUI le 27 novembre à la sortie programmée de l'énergie nucléaire !

 

27/04/2015

Le déraillement du train chargé de produits chimiques à Daillens confirme le bien fondé de propositions vertes

1) Il y a 20 ans déjà les Verts vaudois demandaient de limiter autant que possible le transport de produits chimiques dangereux et leur transit à travers les villes.
train deraille.001.pngLe 29 juin 1994 à 2h46 un train déraillait en gare de Lausanne : des 50 wagons du convoi, 14 wagons, sortent totalement ou partiellement des rails, dont 3 citernes contenant des marchandises dangereuses se couchent sur les voies. L'une transporte du chlorure de thionyle et les 2 autres de l'épichlohydrine, légèrement percées elles laissent s'échapper 400 l de ce produit chimique toxique, volatil et inflammable. Heureusement plus de peur que de mal. Plus de 500 pompiers interviennent pour colmater les brèches, récupérer le produit répandu et ventiler les égouts. Le quartier sous-gare est évacué par mesure de sécurité...

La question se posait déjà : pourquoi transporter des produits dangereux sur des centaines de kilomètres, alors qu'on pourrait les produire localement ?
En début d'année, les Verts genevois, vaudois et valaisans ont lancé une pétition exigeant l'arrêt des transports de chlore par rail. Elle sera déposée début mai auprès du Conseil fédéral et de l'Assemblée fédérale. Mais pour l'instant le Conseil national a refusé d'entrer en matière sur une disposition de ce type lors du débat sur la révision totale de la loi sur le transport de marchandises. Il a rejeté, en mars dernier, une proposition défendue par la verte genevoise Anne Mahrer visant à restreindre ou interdire le transit par rail à travers les villes de produits dangereux.
Aujourd'hui le Conseiller d'Etat vert genevois Antonio Hodgers met en avant la solution néerlandaise qui consiste à fabriquer les produits dangereux, notamment le chlore, là où il sont utilisés...
2) Les Verts affirment depuis toujours que
- les transports publics sont indispensables pour tous les pendulaires, et que
- les usagers de la route doivent aussi participer à leur financement
.
A cause de l'accident de Daillens non seulement des milliers d'usagers du rails ont été retardés, mais aussi des pendulaires automobilistes : le report d'une partie du trafic ferroviaire sur la route a provoqué d'importants bouchons et des milliers d'automobilistes sont aussi arrivés très en retard au travail...

 

01/09/2014

Beznau : inquiétant anniversaire

45 ans, ça suffit! Cessons de jouer à la roulette russe avec des centrales nucléaires !
Aujourd’hui, le réacteur de Beznau I atteint 45 ans d’activités. C'est la plus vieille centrale nucléaire au monde. Il faut la fermer sans délai.

beznau1.JPGDes responsables des Verts suisses et argoviens ont tenu un point presse devant la centrale nucléaire de Beznau pour demander sa mise hors service immédiate. La plus vieille centrale nucléaire au monde fait courir un risque inacceptable aux être humains et à l’environnement.
Le maintien de centrales nucléaires dans un état de vétusté avancé, sans date-butoir de fin d’exploitation et soumises à la responsabilité d’une autorité de surveillance nucléaire laxiste, ne constitue pas seulement un grave danger, elle retarde aussi l’indispensable tournant énergétique. Une augmentation de l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables permettent de remplacer sans problèmes Beznau 1 et 2 ainsi que Mühleberg.

Ces vieilles centrales ne pourront jamais être mises à un niveau technique correspondant aux exigences de sécurité actuelles, tout comme un téléphone des années 60 ne peut être transformé en portable. Plutôt que de consacrer 700 millions de francs à la réhabilitation des structures existantes, comme elle l’a annoncé, AXPO ferait mieux d’investir ces sommes dans l’arrêt définitif de la centrale de Beznau et dans les énergies renouvelables.

La liste des défauts connus de la centrale de Beznau est longue :

  • Alimentation électrique de secours et système de refroidissement d’urgence insuffisants
  • Risque en cas de catastrophe aérienne, car l’enveloppe extérieure de 70 à 90 cm est trop fine
  • Protection contre les tremblements de terre et les inondations non garantie
  • Corrosion de l’acier de l’enceinte de confinement primaire

Sans sortie du nucléaire, pas de tournant énergétique :
L’inspection fédérale de la sécurité nucléaire IFSN elle-même demande des durées d’exploitation maximales contraignantes pour les centrales suisses. Le Parlement doit maintenant répondre à cet appel et limiter la durée de vie de ces centrales. Faute de quoi, les Verts iront devant le peuple avec l’initiative "Sortir du nucléaire".