06/02/2009

BILATERALES: Les citoyens vont-ils se laisser berner?

200-125-FR.pngJ'ai rarement vu une campagne aussi mensongère.
Il est vrai, que l'UDC blochérienne nous habitue à ce genre de dérapages, qu'elle bâtit de plus en plus ses campagnes sur les peurs et la haine.

Examinons un à un les arguments avancés:

NON à plus de chômage: La Suisse a négocié une ouverture par étapes aux travailleurs des nouveaux membres de l'UE. Le nombre de permis de travail accordés la première année pour les ressortissants roumains ou bulgares sera de 362. Dans 10 ans seulement l'accès au marché du travail sera libre, comme pour les autres membres de l'UE, mais d'ici là, Roumanie et Bulgarie se seront suffisamment développés pour qu'on n'ait pas à craindre d'afflux massif. De toute façon un travail sera nécessaire pour obtenir un permis de séjour!
En réalité c'est un éventuel refus de la prolongation des Bilatérales qui accroîtrait le chômage!
IL FAUT
DONC VOTER OUI!

NON à la baisse des salaires: les conventions collectives et les mesures d'accompagnement empêchent la sous-enchère salariale. Et de toute façon 362 travailleurs supplémentaires peuvent-ils faire baisser les salaires en Suisse?
En réalité, depuis que les bilatérales sont en vigueur, les salaires ont augmenté en Suisse; surtout pour les bas salaires.
IL FAUT
DONC VOTER OUI!

NON au pillage de l'assurance chômage, NON aux institutions sociales ruinées...
En réalité les étrangers sont contributeurs nets : ils versent 19% et touchent 15% des assurances sociales!
IL FAUT
DONC VOTER OUI!

NON à plus de criminalité : les centaines de milliers d'honnêtes travailleuses et travailleurs étrangers qui contribuent à la prospérité de la Suisse ne sont pas des criminels. Les 362 Roumains ou Bulgares qui les rejoindront non plus!
En réalité c'est un éventuel refus de la prolongation des Bilatérales qui priverait la police des outils de Schengen et accroîtrait la criminalité!
IL FAUT
DONC VOTER OUI!

NON au paquet antidémocratique, NON au chantage de l'UE: il n'y a rien d'antidémocratique dans le fait d'appeler un chat un chat. Les Suisses ne peuvent pas prolonger les bilatérales, qui se sont révélées si profitables, sans les étendre aux deux nouveaux Pays. L'UE ne l'accepterait pas et c'est logique. La Suisse n'accepterait pas, par exemple, que l'Europe nous dise: nous voulons un accord avec vous, mais sans l'appliquer aux Romands...
Si nous voulons exercer intelligemment nos droits démocratiques pour confirmer des accords qui contribuent largement à la prospérité de la Suisse, IL FAUT DONC VOTER OUI!

NON à la porte ouverte aux abus... Les seuls abuseurs sont ces politiciens d'extrême droite qui jouent sur les peurs et les inquiétudes que la crise financière mondiale suscite, pour s'ériger en « sauveurs du peuple » et diviser notre Pays, arguments mensongers à l'appuis.
ASSEZ!

VOTONS ET FAISONS VOTER OUI AUX BILATERALES d'ici dimanche 8.

23/01/2009

8 février – Histoires de guillotine et de corbeaux...

200-125-FR.pngOn peut être favorable ou opposé à l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne.
Pour ma part je n'ai jamais été et je ne suis toujours pas un « euroturbo ».
J'apprécie notre démocratie directe, le pouvoir politique décentralisé et ne souhaite pas que la Suisse y renonce.
Mais il faut reconnaître à l'Union européenne (UE) plusieurs mérites, notamment celui d'avoir réussi à rapprocher des peuples, les Allemands et les Français, qui ont guerroyé pendant des siècles, et celui de contribuer, par des mesures appropriées, à élever le niveau de vie de tous les Européens.
La Suisse entretient aujourd'hui avec les Pays de l'UE des échanges riches et profitables sur les plans humains, culturels et commerciaux. Ils génèrent un franc sur trois de notre PIB.
Mettre fin aux accords bilatéraux qui facilitent ces échanges serait suicidaire.
Ce n'est pas seulement l'ouverture progressive des marchés du travail respectifs qui serait remise en cause, mais aussi la suppression des barrières commerciales, l'accès pour les entreprises suisses aux marchés publics européens, l'exportation de produits agricoles suisses tels les fromages, les accords concernant les transports terrestres et aériens, la participation de nos universités aux programmes de recherche européens...
Bref une guillotine tomberait sur un flux d'échanges qui contribue largement à la prospérité de notre Pays.
Et il est simplement impossible de préserver les avantages obtenus grâce aux accords bilatéraux Suisse-UE sans les étendre aux nouveaux membres de l'Union.
Tous les Pays qui ont successivement adhéré à l'UE ont vu leur niveau de vie s'élever rapidement, même les plus pauvres. C'est ce qui se passera aussi pour la Bulgarie et la Roumanie. Il n'y a donc aucun danger que des foules de Roumains et de Bulgares viennent en Suisse dans 10 ans « voler nos places de travail », lorsque la libre circulation des personnes entrera en vigueur sans restrictions aussi avec ces Pays si le OUI l'emporte le 8 février.
Et il est honteux de représenter les Bulgares et les Roumains par des corbeaux menaçants! Demandez leur avis à nos compatriotes qui ont été récemment dans ces pays pour du tourisme ou pour y travailler. Ils vous parleront probablement de progrès rapides, d'accueil chaleureux...
C'est donc sans hésiter que je vote Oui à l'arrêté fédéral reconduisant l'accord sur la libre circulation des personnes Suisse-UE et l'étendant à la Bulgarie et à la Roumanie,
et vous invite à faire le même choix.

PS Ce billet s'inscrit dans la campagne interparti de bila-blog.ch à laquelle vous pouvez vous associer sur www.bila-blog.ch