18/05/2015

6 milliards supplémentaires d'ici 2020 pour l'armée ?

Militaer00005.jpgLe Blick publie aujourd'hui la liste secrète des équipements que M. Maurer et les militaires aimeraient obtenir d'ici 2020 (http://www.blick.ch/news/politik/so-will-das-vbs-die-grip...).

Ces achats répondent-ils aux risques d'aujourd'hui ? En grande partie pas : pas de moyens supplémentaires conséquents pour affronter des catastrophes naturelles ou technologiques ; pas d'augmentation importante des budgets pour réagir en cas d'attaques terroristes ; pas beaucoup de moyens supplémentaires pour la défense informatique et pour renforcer le service de renseignement de l'armée...

La liste d'armements publiée n'annonce pas une modernisation nécessaire de l'armée. Les priorités ne semblent toujours pas clairement établies et, après les Gripen, M. Maurer propose à nouveau de gaspiller des milliards des contribuables!

 

28/09/2011

Triomphe des marchands d'armes?

Le Conseil fédéral nous a assuré a plusieurs reprises que la Suisse peut avoir une armée plus svelte, mais efficace et adaptée à notre temps avec 80'000 hommes et en dépensant annuellement 4, 4 milliards de francs.

Ce n'est pas rien, mais pas suffisant pour les marchands d'armes qui ont pris l'habitude de vendre au prix fort leur pacotille à l'armée suisse.

Ils ont donc mené un travail de lobby intense, et après le Conseil national, le conseil des Etats est aussi sur le point de

  • Premièrement soustraire à la votation populaire le choix important de dépenser 3,5 à 5 milliards de francs pour 22 avions de combats.

  • Deuxièmement, dépenser pour ces avions 2 fois plus que nécessaire et que d'autres pays débourseraient.

  • Troisièmement oublier que les temps ont changé et que dans l'Europe d'aujourd'hui nous devons peut-être craindre une attaque terroriste ou une attaque informatique, mais pas une attaque militaire conventionnelle.

Le Parlement suisse est en train de suivre dans sa majorité des milieux qui espèrent en tirer de juteux bénéfices et des stratèges en retard d'une guerre.

Les journalistes vont-ils en faire les gros-titres ?

Ça serait logique, car si le Parlement décide d'accorder annuellement à l'armée des centaines de millions de plus que la somme planifiée par le Conseil fédéral, ce dernier sera obligé de prévoir des coupes équivalentes:

  • dans l'agriculture, en réduisant encore plus notre souveraineté alimentaire,

  • dans la formation, essentielle pour l'avenir de notre pays,

  • dans les transports, notamment le trafic d'agglomération, qui nécessite d'importants investissements

  • etc.

D'ailleurs ce n'est n'est pas moi qui le dit, Madame la Conseillère fédérale Leuthard a mis en garde dans ce sens le Conseil des Etats et Monsieur le Conseiller fédéral Burkhalter l'a répété au Conseil national. Je le cite:

« Ce que vous devriez plutôt faire, c'est revenir en arrière dans le cadre du budget de l'armée. En effet, le Conseil fédéral vous a expliqué, pour ce qui est de l'armée, que nous pouvons avoir une armée efficace avec un peu moins d'argent. En tout cas, on n'aimerait pas que, finalement, ça entraîne une diminution des crédits dans les domaines de la formation et des transports. »

D'avantage de transparence dans les comptes des partis et des politiciens permettrait peut-être de comprendre pourquoi une majorité UDC + PLR + une partie du PDC est en train de:

  • suivre le lobby de l'armement plutôt que le Conseil fédéral

  • prévoir une augmentation de 800 millions du budget annuel de l'armée

  • hâter l'achat de 22 avions de combat, en le soustrayant au vote populaire

  • oublier quels sont les besoins prioritaires de notre Pays !

21/09/2011

Avions de combat: le Conseil des Etats corrige le tir

Une majorité du Conseil national, peu respectueuse de la démocratie directe, avait voté une augmentation du budget militaire à 5 milliards pour soustraire l'achat des avions de combats au vote populaire. Le sujet serait-il trop "sérieux" pour que le peuple puisse valablement donner son avis? Ou, plutôt, le lobby militaire trop convainquant?

Heureusement hier la Commission de la politique de sécurité du Conseil des États a corrigé le tir : l'achat des 22 avions de combats à 220 millions pièce, doit pouvoir être soumis à référendum. Chapeau ! Qu'on soit favorable ou opposé à cette dépense, il est normal que les citoyen-nes puissent dire quelles sont leurs priorités. Quels investissements sont indispensables à notre Pays: 22 avions de combats ou améliorer les transports en commun ou développer les énergies renouvelables ou....

C'est probablement le nouveau Parlement, qui sortira des urnes le 23 octobre, qui choisira entre le bricolage peu démocratique soutenu par le Conseil national et la décision empreinte de sagesse du Conseil des États. Un argument de plus pour réélire les Savary, Recordon, Maury-Pasquier, Cramer et autres, qui ont rendu cette deuxième Chambre plus "sage".

15/09/2011

Triste journée pour la démocratie Suisse

Mercredi au Conseil national, UDC, PLR et l'aile droite du PDC, unis comme jamais, ont décidé d'augmenter de 700 millions le budget de l'armée pour acheter des avions de combat, et de soustraire cette décision à toute votation populaire !
Ces 700 millions manqueront à la formation, aux infrastructures, au social...
Cette majorité conservatrice refuse de voir que le monde a changé. Qu'avions de combats et chars ne nous permettront pas de lutter contre les attaques informatiques, contre le terrorisme, contre les inégalités croissantes dans notre pays et entre le Nord et le Sud !