11/07/2009

OGM à Pully, l'enjeu.

Les chercheurs sont rassurants : les oiseaux ne peuvent s'attaquer qu'aux céréales semées en bordure, qui ne seraient pas des OGM...
J'écris bien seraient, car quelques % de ces graines sont probablement des hybrides, et sont donc bel et bien des OGM.

Ce détail met bien en évidence toute la problématique de ces essais : réalisés en plein en air, ils sont susceptibles de provoquer des disséminations malencontreuses d'OGM. D'ailleurs, même sans l'intervention d'animaux, le simple passage des véhicules à proximité peut avoir des effets inattendus : on trouve par exemple des graminées méditérranéennes le long des talus des autoroutes suisses...

Mais par contre, les mesures « de précaution » prises par les chercheurs rendent ces essais artificiels. Ils n'infirmenront pas les expériences concrètes, vécues par des agriculteurs dans le monde entier, qui montrent clairement les risques de dissémination non souhaitée d'OGM. Les essais à Pully sont donc inutiles à cet égard.
Par contre, ils ne répondent pas à « la question » fondamentale: les OGM risquent-ils de porter atteinte à la santé humaine?
Mais surtout, quels que soient les résultats de ces essais, ils sont insignifiants face aux dégâts sociaux provoqué par les OGM: enrichissement de quelques multinationales au détriment du monde agricole dans la plupart des pays qui ont accepté leur culture.

19/06/2009

Taxe sur le CO2: de 3 à 9ct le litre en 2010

Les émissions de CO2 dues au chauffage ont baissé de 11,2% de 1990 à 2008.
Celles dues aux transports ont augmenté de 14% pendant la même période.
Et pourtant la taxe sur le CO2 frappant le mazout passera de 3ct à 9ct le litre en 2010, alors qu'aucune taxe sur le CO2 n'est introduite pour l'essence, le diesel ou le kérosène...

Injuste! Vous me direz. Il faut réduire les émissions de CO2 pour éviter les bouleversements climatiques...
Mais le lobby automobile est suffisamment fort au Parlement et au Conseil fédéral pour qu'aucune taxe sur le CO2 ne frappe les transports!

Heureusement cette taxe, qui fera augmenter les frais de chauffage, a quand même des côtés positifs:
Les deux tiers seront restitués aux entreprises et aux particuliers sous forme de baisse des primes maladie. Ainsi ceux qui gaspillent peu seront gagnants.
Le dernier tiers (200 millions) servira à encourager la rénovation énergétique des bâtiments.

Cela permettra à terme:
d'éviter que des milliards partent en fumée,
de réduire les frais de chauffage,
de donner du travail à des entreprises du bâtiment dans toute la Suisse,
de baisser les émissions de CO2 en contribuant à protéger le climat.


Tout le monde en profitera: les locataires, les propriétaires, l'économie et l'environnement !

01/10/2008

Libéralisez, libéralisez toujours… Il en résultera des hausses !

Le débat, au Parlement, concernant les prix de l’électricité pour 2009 est surréaliste : l’UDC et les Radicaux, qui ont voulu la libéralisation du marché de l’électricité, découvrent avec effarement qu’il en découle des hausses des coûts, et pas les baisses qu’ils annonçaient.
Pour certains, les prix de l’électricité augmenteront l’année prochaine jusqu’à 60 % !

Mais radicaux et UDC proposent des remèdes fantaisistes :

  • Construire des centrales nucléaires, mais ils oublient que même si le peuple l’acceptait, elles produiraient du courant très cher et n’entreraient pas en service avant 20 ans.
  • Supprimer les taxes que les collectivités ou le réseau prélèvent pour développer l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, mais ils taisent que la hausse due au rachat du courant vert au prix coûtant ne représente que 0,45ct, donc en moyenne le 3%.
En réalité, maintenant que la libéralisation est lancée, il s’agit au minimum de :
  • Éviter que les barons de l’électricité engrangent des bénéfices excessifs.
  • Éviter qu’au fil des ans des milliards soient prélevés sur nos factures d’électricité pour financer des centrales au charbon dans le nord de l’Allemagne, dans le sud de l’Italie… ou des centrales nucléaires en Suisse.
  • Exiger que la Commission fédérale de l’électricité (ElCom) fasse son travail et empêche d’éventuelles hausses injustifiées des tarifs du réseau de transit.
  • Taxer d’éventuels bénéfices exceptionnels réalisés par des entreprises qui produisent du courant ou en font commerce.
  • Favoriser, par ces taxes, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, permettant ainsi aux consommateurs de réduire leur consommation et, au final, leur facture électrique. Les Verts déposeront ces prochains jours une initiative parlementaire à cet effet.
Ça se fait dans d’autres pays. Il s’agit maintenant de corriger le tir et, ces prochaines années, d’éviter qu’une deuxième vague de libéralisation ne touche encore plus tous les ménages

19:08 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |