10/07/2009

Dissémination d'OGM à Pully

IMG_2506ter.JPG

Je passe régulièrement devant les parcelles ensemencées de blés OGM à Pully et ai pu constater que les mesures prises pour empêcher une dissémination par les oiseaux sont insuffisantes.
Des centaines de passereaux picorent gaiement le blé.
Les filets simplement posés sur les céréales, servent même de perchoir pour mieux atteindre les épis...
Quant aux gardiens, ils se montrent plus empressés à relever les numéros de plaques des voitures stationnant à proximité qu'à chasser les oiseaux.
Jeudi 9 juillet, en fin de matinée, quelques perches ont été posées pour soulever une partie des filets, mais est-ce suffisant?
Les expérimentateurs feraient-ils preuve d'amateurisme dans la mise en place des mesures de protection?

On peut se demander si le but principal de ces essais n'est pas d'habituer la population à la présence d'OGM et de provoquer des disséminations. Une fois nos champs contaminés, les multinationales prétendront qu'il est inutile d'interdire la culture d'OGM en Suisse!

Les chercheurs ne devraient pas oublier que si l'on a autorisé la recherche sur les OGM pendant le moratoire, c'est avant tout pour connaître les effets des OGM sur la santé humaine. En effet les multinationales qui en font commerce n'ont aucun intérêt à entreprendre de telles études. Mais à Pully on ignore délibérément cette problématique essentielle.
Pour étudier la dissémination, sans nous faire courir des risques inutiles, les chercheurs pourraient se rendre dans des pays où les OGM sont cultivés librement. Et récolter échantillons et plaintes des agriculteurs dont les champs sont contaminés.

19/06/2009

Taxe sur le CO2: de 3 à 9ct le litre en 2010

Les émissions de CO2 dues au chauffage ont baissé de 11,2% de 1990 à 2008.
Celles dues aux transports ont augmenté de 14% pendant la même période.
Et pourtant la taxe sur le CO2 frappant le mazout passera de 3ct à 9ct le litre en 2010, alors qu'aucune taxe sur le CO2 n'est introduite pour l'essence, le diesel ou le kérosène...

Injuste! Vous me direz. Il faut réduire les émissions de CO2 pour éviter les bouleversements climatiques...
Mais le lobby automobile est suffisamment fort au Parlement et au Conseil fédéral pour qu'aucune taxe sur le CO2 ne frappe les transports!

Heureusement cette taxe, qui fera augmenter les frais de chauffage, a quand même des côtés positifs:
Les deux tiers seront restitués aux entreprises et aux particuliers sous forme de baisse des primes maladie. Ainsi ceux qui gaspillent peu seront gagnants.
Le dernier tiers (200 millions) servira à encourager la rénovation énergétique des bâtiments.

Cela permettra à terme:
d'éviter que des milliards partent en fumée,
de réduire les frais de chauffage,
de donner du travail à des entreprises du bâtiment dans toute la Suisse,
de baisser les émissions de CO2 en contribuant à protéger le climat.


Tout le monde en profitera: les locataires, les propriétaires, l'économie et l'environnement !

24/03/2009

La face cachée du nucléaire

Alpiq (société électrique née de la fusion d'EOS et d'ATEL) a déposé en 2008 une demande de construction pour une nouvelle centrale nucléaire à Gösgen. Si elle maintient ce projet, alors que plusieurs actionnaires importants (Genève, Lausanne...) s'y opposent, et si le peuple l'accepte, elle collaborera probablement avec EDF, un autre de ses actionnaires principaux, pour construire et exploiter cette centrale.
Va-t-elle l'alimenter avec de l'Uranium extrait par les Français au Niger?

Sachez que l'exploitation des mines y est une catastrophe sanitaire, environnementale et pour les droits des peuples:
Le suivi sanitaire des salariés y est nettement insuffisant, les terres des Touaregs y sont polluées, l'eau contaminée, la nappe phréatique proche de la surface asséchée, tuant toute végétation, des dépôts d'extraction radioactifs y sont abandonnés sans confinement, et, cerise sur le gâteau, des tonnes de CO2 sont émises par les machines d'extraction... http://fr.wikipedia.org/wiki/Arlit
Alpiq continuera-t-elle à prétendre que le nucléaire est une énergie propre?

16/07/2008

Mühleberg : il est temps d’arrêter la roulette russe !

Les Forces Motrices Bernoises ont demandé une autorisation d’exploitation illimitée pour la centrale nucléaire de Mühleberg.
Les études menées à cette occasion montrent que le Conseil fédéral, au lieu d’accorder une autorisation illimitée, devrait exiger l’arrêt immédiat de cette centrale dépassée.


Quatre problèmes majeurs nécessitent l’arrêt de Mühleberg:

  • La progression des fissures dans le manteau du coeur de la centrale, qui n’a pu être stoppée par les agrafes posées par l’exploitant.
  • L’absence de séparation physique entre différentes installations de sécurité: un même accident risque d’en endommager plusieurs.
  • La vulnérabilité en cas d’attaque terroriste de type 11 septembre.
  • La résistance insuffisante en cas de fort tremblement de terre.


Les FMB, en demandant une autorisation illimitée, tentent d’éviter :

  1. Que l’autorité de surveillance exige les travaux nécessaires pour rendre l’installation conforme aux exigences de sûreté actuelles, ce qui serait financièrement très lourd et mettrait en cause la poursuite de l’exploitation.
  2. Que l’arrêt de cette centrale montre clairement qu’on peut se passer progressivement du nucléaire en Suisse à condition de:
  • Augmenter l’efficacité énergétique
  • Réduire les gaspillages
  • Développer les énergies renouvelables
  • Recourir, si nécessaire, à la cogénération.


Si les autorités de surveillance et le Conseil fédéral accordent plus d’importance à la sécurité de la population qu’aux intérêts économiques de l’exploitant, ils devraient exiger l’arrêt de Mühleberg d’ici 2012 si la sûreté n’a pas été mise à niveau. (Cela conformément aux articles 22.2.c, 25 et 67.1 de la loi sur l’énergie nucléaire-LENu)

Art. 22 Obligations générales du détenteur de l’autorisation d’exploiter
1 Le détenteur de l’autorisation d’exploiter est responsable de la sécurité de l’instal-
lation nucléaire et de son exploitation.
2 A cet effet, il doit en particulier:

c. prendre les mesures nécessaires pour maintenir l’installation en bon état;

Art. 25 Mesures à prendre en cas de situation extraordinaire
En cas de situation extraordinaire, le Conseil fédéral peut ordonner l’arrêt préventif
des centrales nucléaires.

Art. 67 Retrait
1 L’autorité qui a accordé une autorisation la retire:
a. si les conditions d’octroi ne sont pas ou plus remplies