10/10/2016

Centrales nucléaires de Beznau : quels sont les risques ?

Le Conseil fédéral affirme qu'il ne faut pas prescrire une durée limite pour l'exploitation des centrales nucléaires. Elles devraient pouvoir fonctionner aussi longtemps que la sécurité est assurée.

Malheureusement la nouvelle majorité parlementaire a refusé de légiférer pour améliorer la sécurité des centrales vieillissantes.

Maintenant Mühleberg reste en activité malgré d'importantes fissures dans le manteau du réacteur, Beznau 2 aussi, malgré plusieurs dizaines de trous dans la cuve de pression du réacteur. Seule Beznau 1, où l'on a découvert en 2015 presque 1000 petits trous dans cette même partie de la centrale, est à l'arrêt. Mais les propriétaires prévoient de la faire redémarrer en 2017 : avec suffisamment d'argent on trouve toujours des experts prêts à démontrer qu'il n'y a pas de risques...

Vous vous direz peut-être que ces petites imperfections ce n'est pas bien grave, qu'il faut faire confiance à nos autorités.

Alors regardez ce qui est arrivé, lors d'un test de pression en 1965, à une cuve semblable à cause d'une petite imperfection de 5 millimètres : elle était destinée à contenir des produits chimiques, et à être soumise, comme les cuves des réacteurs nucléaires à de fortes températures et pressions, rayonnements en moins.

remote.adjust.rotate=0&remote.size.w=1280&remote.size.h=813&local.crop.h=813&local.crop.w=1280&local.crop.x=0&local.crop.jpg
Photo copiée de la Schweiz am Sonntag du dimanche 9 octobre

Un tel accident à Beznau nécessiterait l'évacuation de plus d'un million de personnes.

Pour arrêter à temps ces centrales vieillissantes votons OUI le 27 novembre à la sortie programmée de l'énergie nucléaire !

 

Commentaires

Beznau I, le plus vieux réacteur de ce type encore en activité... et Axpo veut le prolonger jusqu'en 2030 ou 40. Et cela pour continuer à générer des pertes puisque ce réacteur perd de l'argent et qu'il va en perdre encore pendant des années. Une telle incurie fait peur.
Veut-on un Tchernobyl en Suisse? Veut-on encore dilapider des milliards pour risquer que cela nous explose à la figure?
Le 27 novembre, nous avons tous la possibilité de tirer un trait sur cette menace terrible. OUI à l'initiative Sortir du nucléaire. La santé n'a pas de prix.

Écrit par : R. Affoltern | 12/10/2016

Nos Prophètes ont parlé, loués soit-ils! Arrachons les pierres des montagnes qui nous protègent de la Multitude et lapidons le Dragon de la Science et la Bête du Nucléaire, toutes créatures de Satan! Ô Suisse, terre d'intégrismes, fait que le temps s'arrête sur nous et notre descendance! Si quelqu'un a des oreilles, qu'il entende!

Écrit par : Apocalypse de Rabbit | 12/10/2016

Il y a 20 ans, le lobby de l'atome était visionnaire:

http://www.aargauerzeitung.ch/schweiz/atomausstieg-bis-2030-eine-alte-studie-der-akw-betreiber-wirbelt-staub-auf-130652250

Le moment est venu d'arrêter ces vieilles centrales. Axpo veut rebrancher Beznau I, dont la cuve comporte des centaines de trous. OUI, OUI, OUI à l'initiative sortir du nucléaire le 27 novembre.

Au plus vite!

Écrit par : R.Affoltern | 21/10/2016

Et faites une bonne provision de bougies pour les prochaines pannes de courant.

Écrit par : rabbit | 21/10/2016

Cet hiver, jusqu'en février, Beznau 1 et Leibstadt sont à l'arrêt suite à de graves problèmes techniques. A elles deux, elles fournissaient normalement presque la moitié du courant nucléaire... Ce sont ces problèmes de centrales nucléaires vieillissantes qui risquent de provoquer des black-out et non la sortie programmée du nucléaire, étalée jusqu'en 2029, telle que prévue par l'initiative.

Écrit par : Christian van Singer | 21/10/2016

«Cet hiver, jusqu'en février, Beznau 1 et Leibstadt sont à l'arrêt suite à de graves problèmes techniques. »

On peut comprendre votre inquiétude... Mais !

On aimerait bien pouvoir lire un rapport détaillé et objectif rédigé par des experts impartiaux qui ont été au chevet de ces deux centrales.

C'est pas demain la veille, que le public, le peuple, sera objectivement informé. Du moins pas avec la confrérie politico-médiatique qui nous administre.

« ces problèmes de centrales nucléaires vieillissantes.»

On aimerait bien vous croire, mais si l'on bouclait toutes les choses "vieillissantes", faudrait boucler le château de Chillon, la cathédrale de Lausanne... et c'est de la molasse, pas du béton hyper-armé et isolé avec du plomb.

Et qu'est-ce on devrait dire des vieux bateaux de la flotte historique du Léman ?
600 passagers au milieu du lac sur de la ferraille centenaire...

Écrit par : petard | 22/10/2016

@ petard : Vous avez raison sur un point, il faut plus de transparence. À ce propos il vous faut savoir que le rapport établi par des experts pour l'exploitant de Beznau 1 leur a été demandé par Greenpeace pour le soumettre à des experts indépendants. Ils ont reçu un rapport de 1000 pages dont seulement 50 n'avaient pas été noircies : document inutilisable pour que des experts neutres puissent se rendre compte de la dangerosité de cette centrale! Par contre vos comparaisons ne tiennent pas compte d'un élément essentiel : une centrale nucléaire ce n'est pas un monument comme un autre : en cas d'accident elle peut provoquer des dégâts qui dépassent ce qui est acceptable. En outre soumises aux radiations, à la chimie agressive de leur contenu, aux chocs thermiques elles vieillissent mal. Une question : si vous saviez qu'un avion sur 100 s'écrase (c'est le cas des centrales nucléaires : 5 accident graves sur moins de 500 centrales) partiriez-vous en vacances avec un avion de plus de 45 ans, alors qu'il y a d'autres moyens de transport?

Écrit par : Christian van Singer | 22/10/2016

"Greenpeace": un nom à ne pas prononcer dans le temple de l'objectivité que sont les blogs de 24 Heures...
Une Internationale Baba Cool régnant sur la face sombre des peurs collectives de la planète. Ajoutons lui Amnesty International et Human Right Watch, et nous aurons atteint le 6e continent du politiquement correct, dressé la statue du patrimoine immatériel de la culture alternative.
Une fois de plus dans ce débat, une cascade de chiffres pour noyer l'auditeur non-scientifique, suivant l'inusable stratagème n° 28 de Schopenhauer. Dans son "Ecologiste septique", Bjorn Lomborg avait pourtant brisé les codes du double langage statistique ayant fait le succès d'une chapelle, qui continue d'abuser l'électeur avec ça 12 ans après.

Écrit par : rabbit | 22/10/2016

"Ecologiste sceptique", bien sûr...

Écrit par : rabbit | 22/10/2016

En pleine forme littéraire, le rabbit...mais je crains que cela ne vole trop haut pour l'écolo de base.

"Une question : si vous saviez qu'un avion sur 100 s'écrase (c'est le cas des centrales nucléaires : 5 accident graves sur moins de 500 centrales) partiriez-vous en vacances avec un avion de plus de 45 ans, alors qu'il y a d'autres moyens de transport?"

Oui mais : peut-on comparer un vieux DC3 ayant passé les dernières 70 années à transporter de la drogue et des chèvres en Colombie avec un Airbus 320 ou un Boeing 767 ?
Parce que : Tchernobyl : l'accident a eu lieu durant un exercice, avec effectifs réduits et fortement alcoolisés. Conduire une centrale ou boire, il faut choisir, que l'on soit slave ou non.
Fukushima : sachant que tsunami est un mot japonais signifiant "vague de port", que l'explosion du Krakatoa a provoqué une vague de 100 m de haut, que l'on m'explique pourquoi il n'y avait qu'une digue de +/- 5m de haut pour protéger les moteurs de secours de la centrale de F.?
Mon hypothèse : les Japonais savent copier la technologie occidentale mais ce sont des pives absolues en matière d'ingénierie environnementale.
Le seul point commun entre les centrales nucléaires suisses et les deux ci-dessus, c'est que ce sont des centrales nucléaires...

Écrit par : Géo | 22/10/2016

Du tout, du tout !
Ma prose est uniquement destinée à affûter la dialectiques de Monsieur van Singer avant les votations. Mais, comme vous le savez déjà, je suis entièrement acquis au nucléaire chinois depuis mon séjour sur une mine d'uranium en Namibie. Et la seule crainte des Chinois, c'est de voir sombrer le Japon et ses centrales sous l'océan, en raison de "la subduction de la plaque philippine sous la plaque de l'Amour continentale et de plaque d'Okinawa au sud, et de la subduction de la plaque pacifique sous la plaque d'Okhotsk au nord" (je sais que vous aimez ça...).

Écrit par : rabbit | 22/10/2016

Et en aparté, je dois avouer qu'en 1979, j'ai fait un cours de répétition à côté de la centrale de Gösgen: pensez-vous que cela ait pu provoquer une agitation anormale des molécules à l'intérieur de ma boîte crânienne ?

Écrit par : rabbit | 22/10/2016

« j'ai fait un cours de répétition à côté de la centrale de Gösgen »

C'est marrant, moi aussi, j'y ai passé à proximité lors d'un exercice de nuit en 72 ou 73... Elle avait belle allure en ce temps-là. On trouvait ça extraordinaire: un truc qui chauffe tout seul dans un cylindre de béton capable de rivaliser avec deux Grande-Dixence... !

Écrit par : petard | 22/10/2016

L'enthousiasme est toujours d'actualité chez les utilisateurs, Monsieur petard, mais on dirait que la compétence à le soutenir faiblit du côté des scientifiques. Il faut faire mieux et moins cher: chaque ménage devrait avoir une mini-centrale à la maison. Des voitures atomiques, des bateaux atomiques, des avions atomiques: tomorrow's calling !

Écrit par : rabbit | 22/10/2016

Une chose est sûre : vous paraissez tous les deux aussi fêlés que la cuve de Mühleberg. Et vous êtes toujours (hélas) fonctionnels. Ce qui prouve que tout va bien, on peut dormir tranquille, Dr Folamour is watching you...

Écrit par : Géo | 22/10/2016

« on dirait que la compétence à le soutenir faiblit du côté des scientifiques »

Je n’ai pas accès aux données statistiques que je souhaiterais. Il me faut donc raisonner «au pif» avec d’importantes marges de probable et d’improbable.

S’agissant des sources d'éclairage (ampoules, LED, etc.), ainsi que des appareils domestiques, il semble que le progrès technologique a permis de considérables économies: les rendements on explosé. Sauf que les utilisateurs ont aussi «explosés», avec l’augmentation des résidents à temps plein et de jour (frontaliers) et l'utilisation généralisée des tablettes, ordinateurs et tél. mobiles.

Je veux bien que l’on plante des éoliennes partout où il y a un petit courant d’air; de même que l’on placcarde des cellules de silicium sur toutes surfaces un tantinet exposées au soleil… hélas ce n’est pas comme-ça que l’on permettra à la mobilité publique et individuelle de carburer à 100% avec de l’énergie dite propre. Ou alors, si je me trompe, que l’on me fournisse les données ainsi que les miraculeuses formules de calcul.

Il faut près de 700 éoliennes d’une puissance de 2 mégawatts pour remplacer la production électrique d’une centrale nucléaire de la taille de Mühleberg. En 2015, il y avait 34 éoliennes installées en Suisse, totalisant 60 Mégawatts (MW) de puissance électrique.

Avant de démanteler les centrales nucléaires, il serait peut-être judicieux de commencer par supprimer certaines aberrations, comme les raccordements de gaz aux habitations. En thermodynamique l'équation est simple: les rendements énergétiques sont supérieurs avec des centrales chaleur-force, dites à cogénération.

Mais bon, pour construire ces centrales, il faut des permis de construire... et bonjour les oppositions.

Bon courage !

Écrit par : petard | 22/10/2016

Schopenhauer dit que si l'on ne peut contester les chiffres, il faut attaquer sous l'angle de l'irresponsabilité. OK. Monsieur petard, la deuxième loi de la thermodynamique, en gros, on y cause entropie, right ? On prend la mesure de la désorganisation: désorganisation de la société et, avec Shannon, de l'information. Or notre société, compacte et interactive, ne fonctionne qu'avec de l'information. Toute désorganisation de ses circuits va la désorganiser et, à terme, générer sa destruction. Vous me trouvez romantique ou réaliste ?

Écrit par : rabbit | 22/10/2016

A force de fermer des centrales, ce sont les centrales restantes qui seront sur-exploitées, ce qui prouve bien que ce sont les écolos qui seront à l'origine de la prochaine catastrophe nucléaire européenne.

Tout cela pendant que la Chine et d'autres, construisent des centrales par centaines, de plus la Chine va devoir stopper sa production de panneaux photovoltaïques du fait qu'elle ferme ses centrales au charbon !

De plus, les mêmes écolos préconisent de rouler électrique, où irions-nous avec de pareilles âneries ?

Il n'y a tout simplement pas de solution et certains faux prophètes vont précipiter l'irréparable !!!

Écrit par : Corto | 23/10/2016

« Or notre société, compacte et interactive, ne fonctionne qu'avec de l'information.»

C'est pour ça que les journalistes devraient être élus au suffrage universel…

Ah, mais que ça c'est une bonne idée !

Écrit par : petard | 23/10/2016

De mon post précédent, petite explication ici:

«En Suisse, la très grande majorité des bâtiments sont chauffés avec des chaudières à mazout ou à gaz. Ces chaudières ont fait de gros progrès techniques au cours des dernières années pour utiliser au mieux leur combustible. Malgré tout, brûler du mazout, du gaz naturel – ou même du bois – pour chauffer un bâtiment reste un gaspillage sur le plan de la thermodynamique: le processus de combustion passe par une flamme à plus de 1000°C pour transférer finalement de l'énergie à un circuit d'eau de chauffage qui n'en demande pas autant: 30 à 70°C suffisent suivant le bâtiment.

Pour tirer le meilleur parti d'un combustible, il vaut théoriquement mieux l'utiliser dans une installation qui produit simultanément de la chaleur et de l'électricité (CCF, couplage chaleur-force), et utiliser une partie de cette électricité pour actionner une (des) pompe(s) à chaleur. Au bilan final, c'est comme si la chaudière fournissait, en plus de la chaleur, un tiers gratuit d'énergie électrique.»

Source: http://www.energie-environnement.ch

Dès lors que ce principe est connu et validé scientifiquement, on comprend vraiment pas pourquoi on continue avec ces débiles raccordements individuels au gaz naturel.

Écrit par : petard | 23/10/2016

Si les écolos avaient le moindre respect pour la nature, ils auraient depuis des décennies milité pour le solaire thermique, solaire 10 fois plus rentable que le solaire photovoltaïque et 10'000 fois moins gourmand en énergie en production, mais voilà, les lobbies écolos ne veulent qu'une seule chose : se faire de fric !!

Se faire du fric avec du solaire voltaïque, ce solaire qui a détruit plus de 50 villes de Chine, pollution des centrales électriques au charbon !

Des panneaux solaires photovoltaïques fabriqués avec des centrales au charbon, des centrales qui ont tuées des millions de chinois, tout ça pour satisfaire les réseaux mafieux "écolos" et leur volonté de ne pas trouver de solution, car tant que ça pollue, il y aura des "écolos" !

Écrit par : Corto | 23/10/2016

Il y a surcapacité dans la production de photovoltaïque en Chine, mais il leur manque une technologie performante pour passer de l'installation locale au réseau, et pour stocker cette énergie. Le pays est riche en terres rares, entrant dans la fabrication des systèmes de propulsion électrique de voitures, et le gouvernement est conscient de l'enjeu que cela représente pour combattre la pollution atmosphérique. Mais le nucléaire reste pour l'instant la meilleure alternative pour répondre au besoin énergétique d'un pays en développement rapide. Pour parvenir à ce défi, il faut concevoir et réaliser des centrales nucléaires répondant au plus hautes exigences d'efficacité et de sécurité, dans un environnement à très haute densité de population. Ceci n'est pas un plaidoyer universel pour le nucléaire, mais le constat d'une réalité déterminée dans l'espace et le temps. On peut en reparler dans 50 ans...

Écrit par : rabbit | 23/10/2016

La Chine comptait, en mars 2014, 21 réacteurs nucléaires opérationnels répartis sur 7 sites nucléaires de production d'électricité, ainsi que 28 réacteurs nucléaires en construction. Ce qui la place au 6e rang en nombre de réacteurs en service ainsi qu'en capacité de production, et au 1er rang en nombre de réacteurs en construction devant la Russie (10 réacteurs en construction) et l'Inde (6 réacteurs en construction).

Avec une production d’électricité d’origine nucléaire s'élevant à 110,7 TWh en 2013, la Chine se situe au 5e rang des pays producteurs d'énergie électrique d'origine nucléaire derrière les États-Unis d'Amérique, la France, la Russie, et la Corée du Sud. 2,11% de l'électricité produite en Chine en 2013, était d'origine nucléaire.

Sur les 21 réacteurs nucléaires électrogènes, 18 appartiennent à la filière des réacteurs à eau pressurisée, 2 à celle des réacteurs à eau lourde pressurisée (cf colonne "Type") et un réacteur est utilisé pour tester la filière à neutrons rapides.

En avril 2014, 28 réacteurs nucléaires sont en construction dont 27 de type à eau pressurisée et un prototype chinois de type "PMBR" (haute température refroidi au gaz).

Il n'y a pas de doute, la Chine va devenir la plus importante puissance économique et industrielle de la planète et d'ici 20 ans, les européens iront ramasser des glands dans la forêt !

Parce qu'en matière de "glands", il faut le reconnaître, l'Europe est en train de passer largement en tête !

Écrit par : Corto | 23/10/2016

Soit c'est sûr, soit pas.
Si c'est sûr, mettons les centrales au coeur des villes afin de valoriser les 2/3 de chaleur perdue pour le chauffage urbain; ça économisera des milliers de tonnes de CO2.
Et si c'est pas sûr, ce n'est pas en mettant la centrale à 50 km qu'on échappera à l'accident.

Écrit par : Archi-bald | 23/10/2016

"Soit c'est sûr, soit pas." Cela dépend aussi du facteur humain. Qui a tendance à baisser sérieusement en qualité...

Écrit par : Géo | 23/10/2016

Arch-bald a 100% raison, plutôt que de déséquilibrer l'écosystème des rivières et des côtes, chauffer les villes avec le surplus thermique !!!

Et tout ça 200 mètres sous- terre !

Écrit par : Corto | 23/10/2016

@Corto, je n'ai pas le temps de répondre à tous les commentaires plus ou moins sérieux, postés. Juste un élément de réflexion pour Corto. Vous écrivez-vous-même que le nucléaire en Chine ne représente que 2,11% de l'électricité produite en 2013, l'apport est négligeable, même si les risques ne le sont pas. Et ce faible % d'électricité produite par des centrales nucléaires en Chine est à la baisse, malgré les centrales projetées...

Écrit par : Christian van Singer | 23/10/2016

Christian van Singer,

Allez vivre dans une de ces villes polluée par des centrales au charbon, vous savez, ces centrales au charbon servant à produire des panneaux photovoltaïques subventionnés par la confédération et les communes helvétiques, ces panneaux photovoltaïques étiquetés de logos verts si chers aux bobos fonctionnaires, au mental proche de celui des bovins !

Si la Suisse n'avait pas provoqué la mort d'autant de chinois avec ces panneaux de la mort, la Chine ne dépenserait pas 30% de son électricité à faire des panneaux photovoltaïques pour les écolos businessmen helvétiques et ce ne serait pas 2,11 % qui serait nucléaire mais 15% !

Vous me donnez, en plus le bâton pour vous frapper ????

C'est comme votre histoire de distribuer des fausses pastilles de iode, tellement stupide !!!

Écrit par : Corto | 24/10/2016

Les aimants de forte puissance utilisés dans les alternateurs contiennent du néodyme (600 kg pour une éolienne offshore de forte puissance). Cet élément fait partie des terres rares dont les procédés d'extraction et surtout de raffinage sont décriés car extrêmement polluants.

L'extraction et le raffinage des terres rares entraînent le rejet dans l'environnement de nombreux éléments toxiques: métaux lourds, acide sulfurique ainsi que des éléments radioactifs (uranium et thorium). La radioactivité mesurée dans les villages de Mongolie-Intérieure proches de l'exploitation de terres rares de Baotou est de 32 fois la normale (à Tchernobyl, elle est de 14 fois la normale).

Ces éléments sont à l'origine de cancers du pancréas, du poumon et de leucémies. D'après la carte des villages du cancer en Chine, la mortalité par cancer est de 70 % dans les villages à proximité de Baotou. Les effluents toxiques sont stockés à Baotou dans un lac artificiel de 10 km3 dont les trop-pleins sont rejetés dans le fleuve Jaune qui alimente 125 millions d'habitants et 25 % des terres arables chinoises.

Ces pollutions ont été dénoncées dans un rapport de Jamie Choi, alors responsable de Greenpeace Chine. Ce rapport n'est plus accessible au grand public.

Écrit par : Corto | 24/10/2016

Corto,
j'apprécie sincèrement votre regard objectif sur la Chine, pays dans lequel j'ai passé le plus de temps au cours de ces quatre dernières années. Même si j'y ai parcouru près de 15'000 km, je suis loin d'avoir tout vu. Cependant, j'ai constaté partout une réelle volonté de corriger les erreurs datant de l'ère industrielle et d'assainir la situation. En particulier, la santé des fleuves fait l'objet d'un suivi constant et de mesures appropriées, pour les raisons que vous évoquez. A l'exemple de Greenpeace, il ne faudrait toutefois pas forcer sur l'effet dramatique, en prenant des libertés avec la réalité. Par exemple à Baotou, le bassin de stockage des effluents toxiques est situé à 12 km en ligne droite du lit du Fleuve Jaune: en rejeter systématiquement les trop-pleins demanderait la mise en place d'une logistique considérable. Sans compter une révolte de la population, cela s'est vu ailleurs plus que vous ne le pensez. Ceci mis à part, je vais me renseigner sur l'aspect extérieur standard d'une centrale à charbon, parce que sur les 8 grandes villes de plus de 6 millions d'habitants visitées, le cauchemar sanitaire que vous évoquez ne m'a pas particulièrement frappé.

Écrit par : rabbit | 24/10/2016

Corto,
j'apprécie sincèrement votre regard objectif sur la Chine, pays dans lequel j'ai passé le plus de temps au cours de ces quatre dernières années. Même si j'y ai parcouru près de 15'000 km, je suis loin d'avoir tout vu. Cependant, j'ai constaté partout une réelle volonté de corriger les erreurs datant de l'ère industrielle et d'assainir la situation. En particulier, la santé des fleuves fait l'objet d'un suivi constant et de mesures appropriées, pour les raisons que vous évoquez. A l'exemple de Greenpeace, il ne faudrait toutefois pas forcer sur l'effet dramatique, en prenant des libertés avec la réalité. Par exemple à Baotou, le bassin de stockage des effluents toxiques est situé à 12 km en ligne droite du lit du Fleuve Jaune: en rejeter systématiquement les trop-pleins demanderait la mise en place d'une logistique considérable. Sans compter une révolte de la population, cela s'est vu ailleurs plus que vous ne le pensez. Ceci mis à part, je vais me renseigner sur l'aspect extérieur standard d'une centrale à charbon, parce que sur les 8 grandes villes de plus de 6 millions d'habitants visitées, le cauchemar sanitaire que vous évoquez ne m'a pas particulièrement frappé.

Écrit par : rabbit | 24/10/2016

Ceci dit, il y a des centaines de solutions, simplement que les milieux écologistes ne fassent pas forcément les bons choix et même parfois, on est en droit de se demander si ils (écolos) ne vont pas à rebours ?

Choix douteux malheureusement bien souvent partagés par l'ensemble des classes politiques, ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain, mais disons qu'en ce qui concerne les écolos,il est très surprenant d'observer qu'ils n'échappent nullement à la règle.

Le politique surplombe les causes défendues, c'est actuellement l'unique constat valide.

Comme je l'ai dit dans mon premier commentaire ; Fermer des centrales pour concentrer la production électrique sur les centrales restantes est sans aucun doute, le plus mauvais des choix et l'alternative la plus dangereuse et c'est ce que les écolos préconisent.

Il faudra dans le meilleur des cas, encore plus de 30 ans pour produire 50% de l'énergie électrique avec des solutions renouvelables et cela seulement pour l'Europe, sans oublier qu'un accident nucléaire pollue l'ensemble de la planète !!!

Écrit par : Corto | 24/10/2016

Effectivement: politiser la stratégie énergétique n'est pas la voie la plus simple pour rattraper l'évolution. On patine, non ?

Écrit par : rabbit | 24/10/2016

Géo, le Sénégal a construit un important complexe photovoltaïque à quelques kilomètres à l'est de Dagana: ce coin vous rappelle quelque chose ?

Écrit par : rabbit | 24/10/2016

Les Chinois y ont transformé les abords du fleuve en rizières pas très loin...

Écrit par : Géo | 25/10/2016

Z'êtes sûr de ça ? Il me semble que c'était plus à l'ouest, du côté de Rosso. Mais l'est et l'ouest n'étaient probablement pas au même endroit il y a 40 ans: ceux qui ont vécu en Afrique connaissent le phénomène.

Écrit par : rabbit | 25/10/2016

Très bonne nouvelle cette semaine, la sortie du nucléaire est favorable à l'emploi. Ce sont les Argoviens qui le disent. 7000 créations de postes si vous votez oui

http://www.aargauerzeitung.ch/wirtschaft/gruene-ausstiegs-initiative-soll-7000-neue-jobs-bringen-130697985

Écrit par : R. Affoltern | 08/11/2016

Ah ben, pas de doute. Les ouvriers qui cassaient les métiers jaccard l'avaient déjà compris...Les villages étaient beaucoup plus peuplés autrefois parce qu'il fallait beaucoup de main d'oeuvre pour faire ce qu'un seul paysan fait aujourd'hui. Une question : 7000 emplois, c'est bien. Qui les paie, nos impôts ? Ou des tarifs plus élevés ?

Écrit par : Géo | 08/11/2016

@Geo à Bâle, qui a renoncé au nucléaire après l'abandon du projet de Kaiseraugst, le courant est meilleur marché que dans les cantons voisins dont le mix comporte du courant nucléaire suisse. Genève va vendre dès 2017 du courant 100% renouvelable et suisse, tout en baissant ses tarifs ! Mais il est évident qu'avec ou sans sortie programmée du nucléaire les nouvelles installations seront payées par les factures d'électricité.

Écrit par : Christian van Singer | 08/11/2016

L'argument du prix actuel ne me paraît guère valable. Il est basé sur les subventions aux renouvelables en Allemagne. C'est un prix politique et non économique. Le fait que la rentabilité des barrages soit sacrifiée devrait vous interpeller...

En tant que géologue habitant sur une zone célèbre pour sa résistance à un dépôt nucléaire pour des raisons totalement infondées, je peux vous assurer que la question des dépôts des déchets radio-actifs est dépendante beaucoup plus de l'irrationnel des populations et des politiques opportunistes que de critères objectifs...

Écrit par : Géo | 08/11/2016

@Géo une idée fausse répétée 100 fois devient-elle juste? Comparez les volumes de courant vendus sur la bourse européenne du courant, vous verrez que c'est le courant de bande produit en surabondance par des centrales au charbon (et nucléaire avant l'arrêt pour graves problèmes techniques de la moitié des centrales nucléaires françaises et suisses) qui entraine les prix à la baisse. Les spécialistes, souvent pronucléaires, affirment que les prix vont rester bas en tout cas pour les 10 prochaines années, causes : le charbon américain bon marché, les taxes sur les émissions de CO2 trop faibles, les programmes pour réduire les gaspillages qui ont du succès, la crise économique... et seulement au milieu de la journée, les journées ensoleillées et venteuses, l'abondance des renouvelables... Renseignez-vous avant de répéter les slogans pronucléaires.

Écrit par : Christian van Singer | 08/11/2016

"vous verrez que c'est le courant de bande produit en surabondance par des centrales au charbon (et nucléaire avant l'arrêt"
Dans ce que je crois avoir compris, le courant de bande est fondamental pour une gestion optimale des flux de l'électricité. C'est une production en bande qui permet la recharge de la meilleure manière de stocker l'énergie à ce jour : les barrages. A ma connaissance, il n'y a pas de production en bande par des renouvelables. Donc on a besoin du charbon ou du nucléaire. Les deux sont problématiques, mais à tout prendre, le nucléaire SUISSE - et non japonais ou ukrainien ou bachi-bouzouk - me paraît préférable au charbon.
Qu'est-ce qui est faux dans mon raisonnement ?

Écrit par : Géo | 08/11/2016

100% de l'uranium enrichi provient de l'étranger. Pas de quoi assurer notre indépendance énergétique...

Écrit par : Christian van Singer | 08/11/2016

J'attendais sincèrement mieux de votre part. Si les Juifs européens sont devenus de grands spécialistes du diamant, c'est parce qu'il est plus facile de fuir les pogroms avec un diamant qu'avec des tonnes d'argent. 1g d'Uranium remplace je ne sais combien de tonnes de charbon. Nous n'avons ni l'un ni l'autre, pas plus que de fabricants de panneaux solaires, d'ailleurs...
Il est plus facile pour les Français de sécuriser Arlit que de construire un barrage agricole dans leur Sud-Ouest, malgré la volonté de la population locale. Les zadistes sont plus dangereux que les djihadistes...

Notre indépendance énergétique, ce sont les barrages alpins. Ils sont condamnés à cause des subventions aux renouvelables en Allemagne...

Écrit par : Géo | 09/11/2016

Vous persévérez Géo en répétant naïvement ce que le lobby pronucléaire sérine depuis des mois. En réalité c'est l'excès de courant "de bande", nucléaire ou de centrales à charbon, qui rend le courant de certains barrages moins compétitif. La preuve : ces dernières semaines presque la moitié du courant habituellement produit par les centrales nucléaires suisses et françaises fait défaut car elles ont dû être arrêtées pour des graves défauts, et du coup le prix du courant électrique sur la bourse européenne a presque triplé et le courant hydraulique suisse est à nouveau compétitif... Lorsque l'Allemagne - d'ici 2022 - et la Suisse - d'ici 2029 en cas d'acceptation de l'initiative - auront arrêté les centrales nucléaires il n'y aura plus de problèmes pour l'hydraulique suisse.

Écrit par : Christian van Singer | 09/11/2016

Les prix de l'énergie vont rester au plancher. Trump va investir dans le charbon et le pétrole, qui coûteront toujours moins chers. Le nucléaire va devenir beaucoup trop cher en Suisse.

Arrêtons les dégâts maintenant. Fermons les centrales aussi vite que possible. Leibstadt est aujourd'hui arrêté. Quelqu'un a-t-il vu des pannes???

OUI le 27 novembre. Make Switzerland smart again

Écrit par : R. Affoltern | 09/11/2016

"il n'y aura plus de problèmes pour l'hydraulique suisse."
L'hydraulique suisse sans pompage-turbinage n'a pas beaucoup d'avenir. Il ne suffit pas de dire que mes propos sont issus de la propagande pro-nucléaire, il faut des arguments convainquant indiquant que j'ai tort.
Je vous croyais plus pertinent, Van Singer. On va arrêter là.

Écrit par : Géo | 09/11/2016

"Trump va investir dans le charbon et le pétrole, qui coûteront toujours moins chers"
Clinton aurait investi dans une guerre contre la Russie. Vous auriez préféré ?

Écrit par : Géo | 09/11/2016

Je ne préfère ni l'un ni l'autre, M. Géo. Je ne suis pas Américain. Je regarde ce que la Suisse peut faire pour tirer le meilleur parti de ce qui se passe. Les Etats-Unis vont inonder le monde de charbon et d'hydrocarbures. Voilà la réalité. Inutile de créer en plus des déchets nucléaires que vous ne voulez sans doute pas dans le canton de Vaud!

Écrit par : R. Affoltern | 09/11/2016

"Inutile de créer en plus des déchets nucléaires que vous ne voulez sans doute pas dans le canton de Vaud!"
Vous rendez-vous compte de l'aspect malhonnête de cet argument ?
1. Les écolos font de l'agit/prop avec des arguments complétement foireux sur cette question. Ce serait selon eux impossible de trouver une solution convenable pour l'entreposage des déchets. Ben voyons...
2. Comme c'est impossible de trouver une solution pour l'entreposage, il faut refuser le nucléaire...

Je le redis : il semble au commun des mortels juste doté d'un peu de bon sens que je suis que :
1. Pour nos sociétés très demandeuses d'électricité, le système actuel de production en bande par des centrales (nucléaires ou thermiques) tamponné par le pompage-turbinage paraît très efficient.
2. Que les renouvelables n'offrent pas cette production en bande.
3. Que les pertes d'énergie avec les diverses solutions de stockage sont énormes. Voir ce commentaire signé "simple-touriste" sur le blog de Montabert :
"En particulier, la production d'hydrogène se fait avec des pertes énormes, et l'hydrogène n'est pas stockable à grande échelle et présente des risques ingérables, il faut le convertir en méthane (méthanation), qu'on sait stocker. Non seulement la conversion électricité => méthane est inefficace, mais surtout le bilan entropique est pitoyable, puisque l'énergie électrique est littérale de l'énergie motrice, puisqu'il s'agit de mouvement des électrons (poussés par les photons), et que l'énergie du méthane est chimique, et qu'elle est utilisée sous forme thermique, donc une forme ayant une entropie bien plus grande, et dont la conversion en retour en énergie motrice se fait avec un rendement forcément médiocre, puisque limité par la température relativement élevée du milieu extérieur."

Donc sortie du nucléaire mais sans précipitation, donc NON à votre initiative.

Écrit par : Géo | 10/11/2016

Geo... @Geo... toujours enclin àréciter de la propagande pronucléaire... L'hydrogène, comme la géothermie profonde, qui soit dit en passant peut fournir des quantités énormes d'électricité en bande et de chaleur et est renouvelable à l'échelle humaine, ne sont pas encore au point et concurrentielles. Vous ne nous avez jamais entendu dire le contraire. Par contre il y a de nombreux autres systèmes mis au point ces dernières années, encore plus avantageux que le pompage turbinage, dont vous semblez n'avoir jamais entendu parler, mais il est vrai qu'il n'y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !
Quant aux déchets on peut constater que cela fait 50 ans que les géophysiciens cherchent sans succès des solutions. Chaque fois le lobby nucléaire annonce avoir trouvé LA solution, chaque fois, et pour des raisons différents, c'est un échec : immersion dans la mer, stockage dans d'anciens puis de pétrole, stockage dans des mines de sel... Maintenant la NAGRA prétend avoir trouvé "LA solution" avec les roches à Opalinus, mais les chercheurs du Mont Terri disent eux-mêmes qu'ils en ont encore pour des années de recherches... Il n'est pas seulement inutile de créer plus de déchets, mais irresponsable, sans avoir une solution satisfaisante, non pas sur le papier, mais dans la réalité.
Cher Géo, vous n'êtes pas un commun mortel doué de bon sens, mais un religieux aveuglé par votre croyance dans le nucléaire !
Je vais clore la cet échange et publier un nouveau billet, car il y a chaque jour de nouvelles informations intéressantes concernant la sortie du nucléaire.

Écrit par : Christian van Singer | 10/11/2016

Les commentaires sont fermés.