07/05/2014

Deux bonnes nouvelles ce mercredi après-midi

A l'issue de sa rencontre avec le président de l'OSCE Didier Burkhalter, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie allait retirer ses troupes de la frontière avec l'Ukraine.

Il a aussi demandé aux séparatistes pro-russes de reporter le référendum prévu le 11 mai sur la «déclaration d'indépendance» de la république autoproclamée de Donetsk.

Tout reste à faire, mais on peut commencer à espérer que Russie, Europe et Etats-Unis arriveront à coopérer pour aider les Ukrainiens à vivre en paix et développer leur pays.

 

Puis, à 17heures, l'institut de sondage gfs rendait public que, à 12 jours des votations du 18 mai, le camp du NON au Gripen continue à être majoritaire : 51% de NON (-1%), contre 44% de oui (+2%). En Suisse romande le NON progresserait même de 2% à 59% !

Mais rien n'est joué. Le camp du oui n'arrive pas à expliquer pourquoi il faudrait gaspiller 10 milliards pour 22 Gripen, alors que les 32 F/A-18 peuvent assurer la police aérienne, qu'ils « sont à un bon niveau technique et seront engagés jusqu'en 2030 au moins » (p. 38 de la brochure officielle de votation). Mais jusqu'au dernier jour le camp du oui peut encore convaincre les indécis à coup de slogans sécuritaires. Les millions du lobby militaire financent leurs affiches et annonces.

Votez et faites voter gripenon.ch !

ukraine,gripen,sondage