19/03/2014

Pour ou contre un cadeau de 10 milliards à l’industrie militaire

Les Suisses réaliseront-ils que le 18 mai on ne vote pas pour ou contre l’armée, mais pour ou contre l’achat d’avions de combat superflus, pour ou contre un cadeau d’une dizaine de milliards à l’industrie de l’armement ? La réponse à cette question détermina le résultat du vote.


Monsieur Maurer et ses colonels arriveront-ils à convaincre les Suisses que pour être un « bon patriote » il faut voter oui ?

14098428.jpgLes opposants sauront-ils montrer que nos 32 F/A-18 sont amplement suffisants pour assurer notre « police du ciel » encore une vingtaine d’années ? Que d’autres investissements aussi bien civils que militaires sont prioritaires ?

Une chose est sure : les partisans du Gripen et leurs officines de propagande ont déjà essayé à plusieurs reprises de lancer la campagne du OUI, M. Maurer n’a pas lésiné sur les demi-vérités, frôlant parfois le mensonge, mais chaque fois les faits, révélés par la presse, ont arrêté l’envol des Pro Gripen:

  • M. Maurer et ses colonels prétendent que remplacer les Tiger par 22 Gripen est urgent pour assurer la protection aérienne de la Suisse. Mais alors pourquoi n'ont-il pas dégagé, sur un budget de plus de 4300 millions, les 30 millions qui permettraient à nos avions militaires de voler aussi en dehors des heures de bureau avec le personnel au sol et les pilotes nécessaires ? Le Parlement l'a demandé déjà en 2010, M. Maurer n'a pas prévu d'améliorer la situation avant 2020 !

  • M. Maurer garantit que 3,126 milliards est un prix maximum à payer pour l’achat des Gripen, mais l’examen du contrat montre que c’est un prix cible, et qu’il peut fortement augmenter en cas d’inflation en Suède. Sans parler des 3,5 milliards – plus de 100 millions par an – nécessaires pour l’exploitation des Gripen, et des 3 milliards pour les maintenir à niveau pendant leur durée de vie. La facture des Gripen s’élèvera à plus de 9 milliards !
  • M. Maurer a certifié qu’il n’avait pas mis au point un plan de campagne avec SAAB et la Suède, le lendemain la radio suédoise rendait public des rapports confidentiels de l’ambassadeur de Suède qui détaillaient le plan convenu.
  • Alors que les Pro Gripen avancent que c’est un avion fabriqué par un pays neutre, la presse a publié les documents remis aux brésiliens vantant l’origine multiple du Gripen : à part quelques modules mécaniques, l’essentiel du Gripen est fabriqué par des pays de l’OTAN.
  • M. Maurer promet que 30% des 2,5 milliards d’affaires compensatoires seront réalisées en Suisse romande. En fait c’est en ajoutant de vieilles commandes de Saab à… la filiale romande de Saab que ce pourcent est passé de 9 à 18%… Les industriels alléchés par ces promesses devraient se rappeler pour le F/A-18 seules 40% des affaires promises ont été conclues.

En début de législature, le Conseil fédéral estimait que l’achat des Gripen n’est pas une priorité, je reste de cet avis et espère que, malgré les millions que les « Pro Gripen » – Blocher en tête – engageront dans la campagne, un GripeNON sortira des urnes le 18 mai.

Publié dans Politblog, carte blanche, le 19 mars 2014

 

Commentaires

Nous votons pour un financement lié à l amodernisation de l'armée, Pas de prospérité sans sécurité !

L'acquisition de 22 Gripen missiles, simulateur et autres équipements nécessaires à leur exploitation inclus coûte 3,126 milliards de francs. L'acquisition sera financée de 2014 à 2024 à raison d'environ 300 millions de francs par an sur fond propre du DDPS (les autres départements ne sont pas concernés. Cela représente un demi-pourcent des dépenses fédérales ou quelque 40 franc per capita. L'exploitation des appareils coûte environ 100 millions de francs par année. Ces coûts sont pris en compte dans le plan de financement de l'armée. L'acquisition et l'exploitation coûtent donc, pour une durée d'engagement de 30 ans, quelque 6 milliards de francs.

Par ailleurs, le Gripen E pourra vole avec au biokérozène, l’avion est donc moins polluant, Il est le seul à garantir la sécurité en parallèle avec une amélioration en matière écologique !

Les retours sur investissements sont garantit à 100% et touche l’ensemble de notre industrie. 10% à la conclusion du contrat et le reste sur 10 ans !

Le QRA 24/24 est prévu ave cla stabilisation du budget militaire, la réafectation du personnel et une dotation suffisante en nombre d'avions soit 32 Hornet et Gripen. Ce ne sont pas vos interventions à Berne qui auroint permis celà, bien au contraire !


Vos chiffres sont faux, soit vous ne connaissez pas le dossier, soit vous mentez volontairement, mais cela ne m’étonne qu’à moitié, le mensonge est un peu votre marque de fabrique !

Écrit par : steeve | 19/03/2014

Monsieur, votre objectif est la suppression de l'armée et ceci par n'importe quels moyens, inutile de venir avec vos prétextes fallacieux ! Une armée = des avions !

Écrit par : Martin | 19/03/2014

Une personne connaissant réellement le dossier des finances confédérales n'avancerait pas une ineptie pareille sur les 30 millions nécessaires au personnel pour un QRA 24/24. Cet argent ne dépend pas du budget de la défense... Au contraire, un gel de création de poste a été prononcé de manière générale dans l'administration fédérale! Vous pourriez donc donner un budget de 100 mia à l'armée que cela ne résoudrait pas le problème. Alors s'il vous plait un peu d'honnêteté! Je ne sais pas qui offre des faits contradictoires dans cette histoire...

Écrit par : Grand Julien | 19/03/2014

Monsieur Van Singer ne sait sans doute pas que même si vous avez 1000 pilotes et 10'000 mécaniciens cela ne changera rien si nous n'avons que 32 F/A-18.
Est-ce que la police, sur terre, pourrait se passer des 2/3 de ses véhicules mais garder la même intensité de protection, tout en sachant que certains sont utilisés pour l'apprentissage des recrues? La réponse est évidemment non. De plus, les voitures n'ont pas les mêmes périodes de maintenance que les avions. Avec nos 32 F/A-18, si nous tenions une surveillance 24/24, 7/7 cela ne durerait que 2 semaines. Ensuite, tous les appareils SANS EXCEPTION seraient en maintenance pour une période prolongée. Une période pendant laquelle il n'y aura aucune police aérienne dans toute la Suisse!
Rajoutons encore que si nous ne sommes pas capables d'assurer notre propre sécurité aérienne, c'est l'OTAN qui peut s'en charger, comme en Autriche, par exemple. Nous perderons notre souveraineté! L'OTAN fera ce que bon lui semble.
Est-ce cela que vous voulez? Mettre en danger vos 8 millions de compatriotes? Abandonner notre sécurité à d'autres pays par soucis d'économies qui sont, en plus, fausses car le fonds est ponctionné dans le seul budget de l'armée?
Accepter le référendum ne bénéficiera pas à l'AVS, à la formation ou quoi que ce soit d'autres.
Je vous remercie donc d'être aussi attentif à la sécurité de notre pays, la Suisse.

Écrit par : Hornet | 19/03/2014

Gripen ou pas Gripen, la question est bien plus grave que ça.


L'interrogation est multiple: Voulons-nous assurer notre sécurité aérienne et "accessoirement" assurer l'indépendance et la souveraineté de la Suisse ?

Pour ce qui est de la police aérienne, effectivement l'OTAN peut parfaitement faire le boulot… peut-être même gratuitement en échange de notre allégeance.
Ce qui revient à dire: perte de notre indépendance et souveraineté.
C'est ce que souhaitent ardemment les adversaires de l'armée et des Gripen. C'est pas plus compliqué !

Écrit par : petard | 19/03/2014

C'est quoi M. Van Singer des "officines de propagande" ? Insinuez-vous par là, que les citoyens engagés qui essaient d'ouvrir les yeux de nos concitoyens (trop habitués à leur confort quotidien) sur les dangers qui entourent la Suisse sont une sorte de "force anti-démocratique de l'ombre..."? Pour nous être responsable signifie se préparer. Tout le contraire de votre discours. Avec l'Ukraine nous vivons la crise la plus grave depuis la chute de l'URSS et personne n'a été capable de la voir venir. Et vous, M. Van Singer, vous voudriez faire croire au public que vous êtes plus compétent que tous les services de renseignement européen et de l'OTAN qui n'ont rien vu venir? Le jour ou ça pétera et que nous ne serons pas prêts on viendra vous réclamer des comptes? D'ici là, on espère que vous aurez au moins déjà cessé de traiter les cadres de notre armées de "charlots" dans les médias. Au moins ces insultes nous rassurent,... si vous en avez besoin, c'est que vos arguments ne pèsent pas lourd...

Écrit par : Gérald Vernez | 19/03/2014

«Avec l'Ukraine nous vivons la crise la plus grave depuis la chute de l'URSS et personne n'a été capable de la voir venir.»

En abandonnant notre surveillance à l'OTAN, dès facto nous sommes dans le camp de l'OTAN.

Et c'est pas sûr que tous les Suisses soient favorables - dans ce cas - à l'OTAN.
Si vous voulez une guerre civile, continuez comme-ça !

Écrit par : petard | 19/03/2014

... maintenant c'est clair que si d'aucuns veulent une armée forte pour soutenir l'UE et l'OTAN, pas besoin de jeter cet argent par la fenêtre. On se met à genoux et on se laisse enc. par derrière !

Écrit par : petard | 19/03/2014

J'essaierai de répondre à quelques arguments que certains ont avancé pour justifier l'achat des Gripen. Pas aux invectives.
Concernant la modernisation de l'armée: justement moderniser l'armée ne consiste pas à préparer la guerre d'avant hier. Lisez les rapports des services de renseignement de la Confédération, ils listent très bien, depuis des années, les risques que nous courons, et ce ne sont pas 22 avions de combat supplémentaires qui nous aideront à les affronter.
Steve affirme "Les retours sur investissements sont garantit à 100% et touchent l’ensemble de notre industrie. 10% à la conclusion du contrat et le reste sur 10 ans" C'est de la propagande contredite par les chiffres donnés par le bureau des offsets (qui valide les affaires compensatoires) et par Le contrôle des finances qui a constaté dans un rapport portant sur les affaires compensatoires conclues entre 1995 et 2005 que "seuls 40% du volume des affaires compensatoires ont profité à l’industrie suisse" et que."les affaires compensatoires ne constituent pas une option d’avenir pour l’industrie suisse"... Concernant l'achat des Gripen "seuls 18% sont conclus en Suisse romande et encore: "la moitié de ces affaires sont de vieilles affaires conclues entre Saab et la filiale genevoise de Saab", comptabilisées artificiellement pour faire croire aux romands qu'ils toucheront le pactole! Autant investir directement dans les infrastructures, ferroviaires, énergétiques, dans la recherche appliquée etc mais chez nous svp si l'on veut renforcer notre industrie, plutôt que d'acheter des avions de combat superflus!
Je n'ai pas le temps de répondre maintenant aux autres remarques, mais vous pose juste une question : ne pensez-vous pas que l'action de M. Burkhalter dans l'affaire Ukrainienne renforce d'avantage la position de la Suisse que la possession de quelques engins de combat supplémentaires?

Écrit par : Christian van Singer | 19/03/2014

«ne pensez-vous pas que l'action de M. Burkhalter dans l'affaire Ukrainienne renforce d'avantage la position de la Suisse que la possession de quelques engins de combat supplémentaires?»

Ben voilà, on y est. Le CF et Didier Burkhalter avec, ont tout foutu parterre !
Le gel des discussions sur un accord de libre échange avec la Russie est une démarche "belliqueuse" que la Russie appréciera à sa juste valeur. Pour un pays "neutre" c'est pas mal du tout. Le village Suisse, la raclette et la fondue à Sotchi ainsi que les risettes avec Vladimir Poutine il y a quelques semaines... et patatras Berne pique une crise pour plaire à l'UE et aux Américains qui sont les vrais manipulateurs dans la crise ukrainienne. Quelle honte !

Là d'accord M. van Singer, c'est inutile d'acheter un ou dix ou 20 avions, ni même de continuer ce simulacre de défense nationale. Disons-le franchement aux Suisses qu'on a capitulé.

Écrit par : petard | 20/03/2014

"....mais chaque fois les faits, révélés par la presse, ont arrêté l’envol des Pro Gripen:...." Trop drôle, vous nous dites que la presse dit la vérité; il n'y a plus personne pour croire cela!

Une chose est sûre, vous n'êtes pas compétent pour donner une orientation de vote en la matière:
- votre idéologie écologiste est un ver(t)s conducteur négatif!
- vous appuyer sur la presse pour argumenter des faits relatés exacts c'est pire que de peindre le diable sur la muraille!
- Les évènements actuels à l'Est sont une raison de plus de s'équiper pour notre sécurité et souveraineté futures.
- Il y a ici un blog informateur et très intelligemment documenté pour une bonne jugeotte sur ce que nous devons voté.

Conclusion: SVP démissionnez! Nous avons besoin des Gripen mais pas de vous
et notre sécurité n'en sera que mieux gardée!

Écrit par : Corélande | 20/03/2014

Faux, Monsieur van Singer,

La différence avec le contrat Gripen vient justement que les compensations seront GARANTIES sur contrat à 100% !! C'est bien là que réside la différence avec les anciens achats avec lesquels les Offsets n'étaient pas liés à un contrat ! La contrats déjà signés font partie de nouvelles possibilités ouvertes vers l'avenir! rien à voir avec se "soi disant vieux contrat"!!

Monsieur van Singer soit vous ne connaissez rien à ce dossier, soit vous êtes un menteur ! Dans les deux cas vous êtes un incompétent !!

Écrit par : Steeve | 20/03/2014

Monsieur van Singer,
Les 40% de volume d'affaires compensatoires entre 1995 et 2005 sont ceux du F/A-18. Or rien ne stipulait dans le contrat que les Américains devaient assurer 100% des affaires. Il en est tout autre avec le Gripen. Il est écrit dans le contrat que la Suède assure à la Suisse 100% du volume des affaires compensatoires.
Pour l'Ukraine, j'aimerai vous rappeller que la Suisse, entre la Première et la Deuxième Guerre Mondiale, s'était séparé d'une grande partie de son matériel militaire car une horreur telle que la Première Guerre ne devait plus se reproduire. Arriva ce qu'il arriva 10 ans plus tard. Tout ça pour dire qu'un conflit armé peut avoir lieu n'importe quand et c'est le devoir de la Suisse d'assurer sa sécurité. De plus, ces avions ne sont pas uniquement là pour faire la guerre, ils sont là pour faire la police aérienne. Ce sont tout de même plus de 40 millions de personnes qui transitent chaque années dans nos aéroports. Sans compter les avions qui traversent notre ciel pour aller dans un autre pays. Vous seriez donc prêt à mettre en danger toutes ces personnes? Monsieur Burkhalter veut s'occuper de la sécurité en crimée alors que nous sommes incapables d'assurer la nôtre? Est-ce vraiment crédible?

Écrit par : Hornet | 20/03/2014

Contrairement à Steeve, Corélande et d'autres correspondants, j'ai accès directement aux documents officiels, notamment aux messages du Conseil fédéral et je ne me limite pas à reproduire la propagande des PRO ou des ANTI GRIPEN. Il n'y a, par exemple, aucune garantie concernant les compensations. M. Maurer lui-même répète régulièrement que ces affaires se réaliseront uniquement si les entreprises suisses font des offres concurrentielles. Ou lorsque j'affirme qu'il faudrait env. 30 millions supplémentaires pour que l'aviation militaire puisse assurer un piquet 24 Heures sur 24 et 7 jours sur 7, je ne fais que reprendre les montants donnés par le DDPS. Chacune de mes affirmation s'appuie sur des informations officielles ou sont données par des
spécialistes, mais je peux comprendre que la vérité déplaise...

Écrit par : Christian van Singer | 20/03/2014

Vous avez accès à des documents, mais vous ne dites pas TOUS, personnellement j'ai accès aux documents du GRPM et de SWISSMEM soit les organisations de l'industrie!!!

Bien sur que les contrats se feront selon des règles concurrentielles, mais au cas ou celles-ci manqueraient pour finaliser les 100%, c'est l'avionneur SAAB qui paiera la différence à la Confédération !! Quoi qu'il en soit nous aurons un retour à 100%.

Effectivement la vérité vous déplait ainsi qu'à vos amis du GSsA !

Écrit par : Steeve | 20/03/2014

GRPM = SWISSMEM = représentants d'industriels directement intéressés à ce que la Suisse achète des GRIPEN = propagande. Des rapports officiels de la Confédération ont clairement montré les limites des affaires compensatoires liées à l'achat d'armements.

Écrit par : Christian van Singer | 20/03/2014

Arrêtez de vous baser sur les anciens contrats (ça vous arrange bien de ne pas voir ce qui change), celui et garantit, vous le savez ! Bien sur que le GRPM et Swissmem sont intéressés, à juste titres pour défendre l'industrie, les emplois (pas comme le GSsA) se sont également eux qui ont mis en place un organe de contrôle à l'échelon national pour les Offsets.

Propagande ? rappelons la votre : mentir si il le faut et si cela marche pour obtenir la suppression de l'armée par tous les moyens !

Écrit par : Steeve | 20/03/2014

1) le DDPS et Armasuisse sont en train de couper les ailes au bureau des offsets qui fait un travail de contrôle indépendant et honnête des affaires compensatoires. Le responsable ne peut plus travailler que 16 heures par mois!
2) Je ne suis ni membre, ni sympathisant du GSsA. Et l'appel gripenon a pour premiers signataires des élus PLR, PDC, VERTS-dont le soussigné, Vert'libéraux, Socialistes et de LaGauche.
3) Il ne s'agit pas d'être pour ou contre l'armée, mais pour ou contre le gaspillage de 10 milliards pour des avions de combat de 2e qualité et superflus. La Suisse a d'autres priorités aussi bien civiles que militaires

Écrit par : Christian van Singer | 20/03/2014

Les commentaires sont fermés.