25/02/2014

Lancement de l'appel interparti gripenon.ch

header_fr.png

gripen_grau-1.png

Cet après-midi, avec des personnalités maniques PLR, PDC, Vert'lib, Vertes, PS et AGT-POP, j'ai participé au lancement de l'appel gripenon.ch



Chacune et chacun, indépendamment de toute appartenance politique, est invité à signer sur le site gripenon.ch

Voici les déclarations des premiers signataires :

« Votons NON le 18 mai à l'achat d'avions de combat superflus ! »

NON au gaspillage de 9 à 10 milliards de francs !

« NON à la dépense, ces prochaines années, de plus de 9 milliards pour 22 Gripen superflus (3,126 milliards pour l'achat, plus du triple de cette somme en comptant leur exploitation et leur maintien à niveau). Cet avion n'est en service dans aucune armée du monde et la Suisse devrait verser un milliard de francs pour sa mise au point avant même de recevoir le premier Gripen. Rien ne garantit que les coûts ne vont pas exploser! »

« En 2010, même le Conseil Fédéral, ne recommandait pas l'achat de nouveaux avions de combat. La situation n'a pas changé: le rapport 2013 du Service de renseignement de la Confédération confirme que les risques de guerre classique en Europe restent extrêmement faibles! » serge.melly@vtxnet.ch

 « La police du ciel suisse n’est pas définie par un ca hier des charges satisfaisant puisqu’elle n’est assurée que durant les heures de bureau. Le Gripen est un avion bon marché pour une tâche inexistante et ne sert qu’à renflouer la RUAG » jacques.neirynck@parl.ch 

« En 2008, lors du débat sur la modernisation des F/A-18, je suis intervenu en précisant que leur modernisation permettrait justement de repousser à plus tard l’achat de nouveaux avions de combat, à savoir d'au moins 15 ans. Personne ne l'a contesté ! » eric.voruz@bluewin.ch

« M. Maurer ses colonels et l'industrie de l'armement nous mentent sur la collaboration avec Saab et la Suède, lorsqu'ils décrivent le Gripen comme un avion produit par un pays neutre, sur le prix, sur les affaires compensatoires, sur la nécessité du gripen pour assurer la sécurité aérienne de la Suisse !»christian.vansinger@hispeed.ch 

D'autres dépenses et investissements et dépenses sont prioritaires !

 « L’achat de ces avions impliquera des économies de plusieurs centaines de millions par année sur le budget de la Confédération, risquent d’être touchés: agriculture, santé, recherche, Ecoles polytechniques, routes nationales, trafic ferroviaire; il faudra faire un choix et l’assumer »isabelle.chevalley@bluewin.ch079 627 92 30

« Ne nous ruinons pas pour des chimères ! Payons plutôt pour combattre les vraies causes d'insécurité : misère, sous-développement, haine d'autrui. »j.dehaller@carouge.ch 

« Des milliards pour 22 avions de combat qui n’existent que sur le papier : « Le toit sur la maison Suisse », c’est de panneaux solaires dont il a besoin, des retombées assurément  plus durables pour nos entreprises ! » anne.mahrer@parl.ch 

« Dans ces périodes d’incertitudes économiques, il est bien plus urgent de donner les moyens aux étudiants et à la recherche, à la culture et au social, au soutien aux PME, qu’à des avions totalement superflus » anne@ssrs.ch 

« Des milliards superflus? Oui pour des infrastructures sur le territoire qui facilitent la vie des gens et NON pour des utopiques attaques célestes! » « La menace n°1, c’est la dissolution de la cohésion sociale. Pour une Suisse forte, investissons dans ce qui nous relie, combattons les inégalités, renforçons la sécurité sociale : payons pour la paix ! »liliane.maurypasquier@parl.ch 

« La Suisse ne devrait pas engager tous ces milliards au détriment de mesures qui s'imposent pour réduire les risques militaires : protection contre les cyberrisques, lutte contre le terrorisme et protection des installations sensibles, aide au développement et politique de la paix... »
« Une sécurité nationale crédible passe par une nouvelle définition des missions de notre armée vis à vis des menaces actuelles et sûrement pas par l'achat précipité et inutile de 22 nouveaux avions »
laurent.seydoux@vertliberaux.ch

Ne nous laissons pas berner par M. Maurer ses colonels et l'industrie de l'armement !
Ils nous mentent :
- Lorsqu'ils disent que le Gripen est nécessaire pour assurer la défense aérienne de la Suisse, s'ils en étaient convaincus ils ne feraient pas voler notre aviation qu'aux heures de bureau !
- Sur la collaboration avec Saab et la Suède, les rapports de l'ambassadeur de l'ambassadeur de Suède l'ont montré. SAAB est coutumier de corruptions et mensonges pour vendre ses avions.
- Lorsqu'ils décrivent le Gripen comme un avion produit par un pays neutre, qui contribuerait à notre indépendance.
- Sur le prix, ce n'est pas un prix maximum, mais un prix cible susceptible d'augmenter fortement en cas d'inflation en Suède.
- Sur les affaires compensatoires : ils essayent déjà d'affaiblir les moyens de contrôle.


C'est pourquoi nous appelons chacune et chacun à signer l'appel sur
gripenon.ch, à diffuser cet appel et à voter NON le 18 mai au fonds d’acquisition de l’avion de combat Gripen !

Commentaires

Les gens qui sont "contre" les Gripen n'ont rien compris. Le vote concerne le financement de l'appareil, soit l'utilisation du budget de l'armée. L'acquisition des Gripen a déjà été acceptée par le Parlement en 2012, et ce n'est pas sujet à un référendum. Quoiqu'il arrive avec cette votation, les avions seront achetés! La question est : Oui = Budget de l'armée / Non = Budget extérieur !!

Écrit par : Stéphane | 25/02/2014

Stéphane se trompe. Je lui conseille de lire le bas de la page 43 du Message du Conseil fédéral relatif à l’acquisition de l’avion de combat Gripen
(Programme d’armement 2012 et loi sur le fonds Gripen): " L’acquisition du Gripen présuppose l’entrée en vigueur de la loi fédérale sur le fonds Gripen. D’ici-là, le crédit d’engagement du programme d’armement 2012 reste bloqué. Si la loi sur le fonds Gripen est rejetée, le Gripen ne pourra pas être acquis."

Écrit par : Christian van Singer | 25/02/2014

Est-ce que ce dimanche soir, quelqu'un peut-il encore prétendre qu'un conflit dans le ciel de l'Europe est chimérique, alors que l'Ukraine vient d'interdire son espace à tous vols non civils. Comment faire respecter une telle interdiction sans aviation moderne et surtout disponible?
Les lecteurs trouveront un bon état des lieux sur le blog Avianews, ici même.

Écrit par : olivier | 02/03/2014

Pour que notre aviation militaire soit disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 il ne faut pas gaspiller des milliards pour des Gripen, pour l'instant en papier, mais faire d'autres choix dans le budget militaire.
Le Parlement l'a déjà demandé à M. Maurer en 2010. Votre chef suprême est tellement peu convaincu de l'utilité d'avoir une aviation militaire prête à tout moment qu'il a planifié des changements pour 2020... alors que 25 à 30 millions supplémentaires, dégagés dans les milliards du budget militaire, suffiraient pour avoir les pilotes et le personnel au sol indispensables pour une aviation prête aussi en dehors des heures de bureau.

Écrit par : Christian van Singer | 02/03/2014

"Votre" chef "suprême"?!
C'est "votre" ministre autant que le mien.
"Suprême", c'est quoi ce vocable anachronique?
A titre perso je ne suis pas UDC ni particulièrement militariste.
Attention aux amalgames...
Cela dit vous ne contestez pas ma considération quelque peu inquiète quant à la pérennité d'une paix "garantie éternelle".

Écrit par : olivier | 03/03/2014

Si cela vous intéresse, je pense que la Suisse ne peut pas se passer d'une armée efficace et adaptée aux risques d'aujourd'hui. Cela dit il n'y pas en Suisse 75% de russophones, et des bases navales russes, comme en Crimée. Les risques que la Russie intervienne chez nous sont donc moindres...

Écrit par : Christian van Singer | 03/03/2014

Le blog d'Avia news est parfait pour bien comprendre l'enjeu de ce vote.

"Les risques que la Russie intervienne chez nous sont donc moindres..."

Bien sûr les naïfs sont toujours béats en temps de paix et disparaissent physiquement ou objectivement en cas de conflit.
Plus personne n'est sûr de rien, nous sommes un pays, une patrie souveraine de 8 millions d'âmes et notre liberté a un prix indéniablement!

Des avions performants, mais surtout à hauteur technologiquement des potentiels adversaires, sur nos têtes seront le moindre des gages de sécurité. Je vais m'engager auprès des femmes pour qu'elles votent dans le sens des bons moyens aéronautiques pour préserver leurs enfants dans ce monde de fou et à l'évidence selon l'actualité, totalement incertain.

Écrit par : Corélande | 03/03/2014

Les commentaires sont fermés.