07/11/2011

Qui défend le solaire?

Samedi, dans le FACE A FACE de 24Heures entre Isabelle Moret et Luc Recordon, j'ai été choqué par l'affirmation d'I. Moret: Au Conseil national, nous venons d’obtenir que les petits panneaux solaires soient posés sans permis de construire. C'est la gauche qui s'oppose à cette mesure!

En réalité, plus de10'000 installations solaires sont bloquées, dans l'attente d'obtenir le rachat au prix coûtant (RPC) du courant vert, parce que PLR et UDC s'y opposent depuis des années. Ce verrou vient de sauter de justesse au Conseil des Etats (21 voix contre 20 pour la plupart UDC et PLR).

Parallèlement, au Conseil national, il y a eu une volonté quasi unanime de simplifier les procédures pour la réalisation des installations solaires. Trois propositions se sont affrontées sur la meilleure façon de procéder pour obtenir cet allégement:

  • Celle du PLR Fluri, soutenue par I. Moret, préconisait le maintien du système actuel, tout en précisant ce qu'est une « installation soigneusement intégrée ». Elle a été refusée, ne convenant pas aux installations solaires thermiques.

  • La proposition Schmid qui prévoyait une procédure simplifiée, également écartée.

  • Celle de la majorité, que j'ai défendue à la tribune (voir ci-dessous), proposant que les panneaux soient exemptés de permis de construire, sauf sur les monuments historiques. Elle a été acceptée par 106 voix provenant de tous les partis, dont 23 PLR.

(Le dossier est transmis maintenant au Conseil des Etats.)

Ça ne correspond pas aux affirmations d'I. Moret...

Ce n'est pas la seule inexactitude de la propagande du duo Moret-Parmelin, qui feint ignorer:

-  les recommandations des partis du centre: du PDC, qui recommande de ne pas élire Guy Parmelin, et des Verts libéraux, qui appellent à voter pour Recordon et Moret,

- le fait qu'en général les Vaudois votent comme Savary et Recordon, et contre les propositions de Moret et Parmelin, par exemple en refusant l'autorisation d'exploitation illimitée pour Mühleberg, la baisse des rentes du 2e pilier, le démantèlement de l'assurance chômage etc.

 

Voici la proposition de la majorité de la Commission CEATE-UREK soumise le 29 décembre au Conseil national pour simplifier les procédures pour l'installation de panneaux solaires :
Art. 18a Al. 1
Dans les zones à bâtir et les zones agricoles, les installations solaires dans et sur les toits ne nécessitent pas d'autorisation préalable si leur épaisseur ne dépasse pas 20 centimètres et si elles ne dépassent pas le faîte, la base et les côtés du toit. Les personnes concernées sont toutefois tenues d'en informer l'autorité compétente.
Al. 2
L'intérêt à l'utilisation de l'énergie solaire l'emporte sur les aspects esthétiques.
Al. 3
Les installations solaires ne doivent pas porter atteinte majeure à des biens culturels ou à des sites naturels d'importance cantonale ou nationale.


Extraits de mon intervention pour soutenir cette proposition:
van Singer
Christian (G, VD): Nous parlons à l'article 18a de panneaux solaires sur les toits. Dans le temps, presque tous les toits étaient gris. Ils étaient soit de paille, soit de tavillons. Dans beaucoup de régions, on est passé ensuite aux toits rouges ou bruns: aux toits de tuiles. A part quelques rares régions où l'on exige encore des tavillons pour des questions de protection des sites, on n'a pas besoin aujourd'hui de mise à l'enquête ou d'autorisation spéciale pour mettre des tuiles sur le toit.
Dès demain, on ne devrait plus avoir besoin de mise à l'enquête pour mettre des panneaux solaires sur les toits. On ne doit plus avoir besoin de procédure spéciale pour que les toits, au lieu d'être rouges, soient bleus ou noirs. Il faut savoir ce que l'on se veut. Si l'on veut réellement soutenir l'énergie solaire, qu'elle soit thermique ou photovoltaïque, il ne faut pas mettre des entraves, il ne faut pas donner 1000 francs de subvention pour inciter à installer des panneaux solaires et ensuite imposer 1000 francs de frais de procédure de mise à l'enquête pour pouvoir poser des panneaux thermiques sur les toits.
La proposition de la majorité est simple. Si les panneaux ne dépassent pas 20 centimètres d'épaisseur, s'ils ne dépassent pas le bord des toits, ils doivent pouvoir être installés simplement en informant l'autorité compétente, sans mise à l'enquête. Moins de bureaucratie, moins de frais; on tourne la page et on admet qu'aujourd'hui, sur les toits bien exposés, il doit y avoir des panneaux solaires.
Je m'exprimerai maintenant sur les autres minorités, car quelques personnes dans le groupe des Verts y sont favorables.
On peut admettre, comme le propose la minorité I (Schmidt Roberto), qu'il y ait une procédure simplifiée pour les installations solaires...
Par contre, la proposition Fluri est vraiment une très mauvaise solution. Et pourquoi cela? Parce qu'elle convient parfaitement aux panneaux photovoltaïques, qui sont souvent posés sur de grandes surfaces, mais pas du tout aux panneaux thermiques, car on n'en pose souvent que quelques mètres carrés. Dès lors, on ne peut pas avoir des panneaux qui couvrent tout le toit, ou qui le couvrent de haut en bas. La proposition Fluri peut donc se comprendre pour des installations qui servent à produire de l'électricité, mais pas pour la plupart des installations, qui servent simplement à produire de l'eau chaude.

...
Je résumerai la position des Verts de la manière suivante: ... à l'article 18a, il est important de faciliter la pose d'installations solaires sur les toits.

 


 

 

 

 

Commentaires

Bonjour,

J'attendais depuis plusieurs années qu'une décision politique exempte enfin les propriétaire de mise à l'enquêtes couteuses et longues pour les panneaux solaires...

J'en suis pour mes frais ! Si comme moi vous avez la malchance d'avoir sauvé de la ruine une vieille ferme dans un village (ferme comme il en existe des centaines dans nos régions) mais que celle-ci est classée, même au plus bas de l'échelle, vous pouvez oublier de faire qqch pour l'écologie et votre portemonnaie... il va falloir continuer à chauffer au tout mazout.

En effet, aucune chance que le service cantonal n'autorise la pose de deux panneaux solaires thermique pour le chauffage de l'eau (10m2 sur 270 de toiture. Et vu le prix de l'installation, je ne compte pas y mettre le double en frais d'étude, avocat et procédure...

Le diable se cache dans le détail et je suis TRES déçu qu'à nouveau nos politiques n'aient pas précisé la loi sur le type de monument concerné. Si nos bâtiments doivent êtres des musées, eh bien qu'on interdise d'y vivre !

Écrit par : Monument historique | 07/11/2011

L'article adopté par le Conseil national devrait répondre à vos attentes il dit clairement :
Al. 2
L'intérêt à l'utilisation de l'énergie solaire l'emporte sur les aspects esthétiques.
Al. 3
Les installations solaires ne doivent pas porter atteinte majeure à des biens culturels ou à des sites naturels d'importance cantonale ou nationale.

Je ne pense pas que quelqu'un osera affirmer que 10m2 de panneaux solaires sur le toit de votre ferme portent "une atteinte majeure à un bien culturel... d'importance cantonale ou nationale".
Mais il faut maintenant attendre que cet article soit approuvé par le Conseil aux Etats.

Écrit par : Christian van Singer | 07/11/2011

monsieur van Singer,

Mme Moret n'attendait qu'une chose, que vous tombiez dans le panneau!... On parle d'elle, c'est le plus important!

Depuis le temps que vous faites de la politique vous devriez savoir qu'un politicien qui ne ment pas, n'est plus vraiment politicien, où si il dit la vérité, c'est qu'il se trompe!... particulièrement en période électorale. Et ce n'est pas valable uniquement pour Mme Moret et son parti!

Écrit par : Baptiste Kapp | 07/11/2011

@ Baptiste Kapp, je ne fais pas de la politique de puis assez longtemps ou suis probablement resté trop idéaliste ou naïf, mais je continue à ne pas supporter qu'on mente et prenne les gens pour des imbéciles...

Écrit par : Christian van Singer | 07/11/2011

en réponse à la question,Bertrand Picard sans aucun doute

Écrit par : lovsmeralda | 07/11/2011

Cher Monsieur Van Singer,

Je vous connaissais plusieurs facettes, mais pas celle de la blanche colombe qui est trop idéaliste ou naïve...
Je me rappelle lorsque vous étiez à la ligue marxiste révolutionnaire, ce n'était pas triste !
J'espère que vous retrouverez votre fauteuil à Berne, afin d'éviter que vous changiez à nouveau de parti.

Écrit par : Jean-François Chappuis | 07/11/2011

@Jean-François Chappuis : Etonnant ce qu'on peut apprendre sur un blog...
Mais vous êtes mal informé : je n'ai jamais fait partie de la LMR. Ni étais leur sympathisant. Vous devez confondre avec qqn d'autre.

Si cela vous intéresse je vous copie ici la liste de mes engagements associatifs et politiques :

Membre fondateur d’Alternative Démocratique, puis membre successivement d’ASV et, dès 1984 à Lutry, du GPE-Vivre-Demain.

Membre des VERTS vaudois dès leur fondation.

De 1973 à 1984 engagements syndicaux (SSP - VPOD Vaud-Etat).

De 1979 à 1983 municipal à Chesalles-sur-Moudon.

Depuis 1983 nombreux engagements en relation avec la sauvegarde de l’environnement; les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, la défense du patrimoine naturel et construit

& dans ces cadres, rédaction d’articles de vulgarisation scientifique, conseils visant la réalisation d’installations aux énergies renouvelables.

De 1973 à 1996 caissier - comptable de coopérative d’habitation.

Depuis 1988 conseiller communal des VERTS à Lutry.

Depuis 2008 porte parole du comité Sortir du nucléaire.

De 1999 à 2000 membre de la Constituante.

De 2000 à 2007 membre du Grand Conseil vaudois

Depuis 2007 Conseiller national

Écrit par : Christian van Singer | 07/11/2011

Puisque M. van Singer est un spécialiste, je serais curieux de connaître la durée de vie d'un panneau solaire et son mode de recyclage.

Écrit par : octave vairgebel | 07/11/2011

Un capteur solaire thermique est un assemblage de métal, d'isolant et de verre. Il se recycle en principe facilement dans les filières usuelles.

Sa durée de vie économique est de 20 ans mais la plupart durent bien plus longtemps. Les miens ont 23 ans de bons et loyaux services et je ne vais les changer que parce que j'ai décidé d'augmenter la surface pour contribuer au chauffage.

Écrit par : emile | 11/11/2011

Merci Emilie, c'était une question que je me posais et les réponses étaient floues, en espérant que mon projet aboutisse au vu de la ténacité des opposants à voir émerger une maison passive autour de "chez eux"...

Enfin je constate qu'il y a deux camps bien distincts, les "sages" assis et les "fous" qui marchent...on les distingue généralement à la distance parcourue à œuvrer pour une cause, quelle qu'elle soit.

J'ai décidé d'arrêter de réfléchir et de marcher ! :-)

Écrit par : Androide | 15/11/2011

La bonne nouvelle, à posteriori, c'est que les mensonges de la fée clochette ne lui ont pas fait gagner l'élection. Les Vaudois-es se sont rendu compte qu'elle est plus clochette que fée et ne se sont pas fait avoir, bravo !

Écrit par : Fufus | 19/11/2011

Les commentaires sont fermés.