21/01/2011

Il y a 41 ans à Lucens, fin de la filière nucléaire helvétique

Il y a 41 ans, jour pour jour, un accident se produisait dans la centrale nucléaire expérimentale de Lucens, la mettant définitivement hors service. 100 millions s'évaporaient en quelques minutes. Le rêve d'une filière nucléaire helvétique indépendante prenait fin.

Heureusement qu'il s'agissait d'une petite centrale, pas plus puissante qu'une grande éolienne, et qu'elle était enfouie sous terre, de façon à limiter les risques.

Il n'y a pas eu de fuites radioactives importantes.

Aujourd'hui une partie des tunnels reste radioactive et bétonnée, une partie sert, depuis 1997, de dépôt de biens culturels cantonaux.

Pour la petite histoire, certains auraient voulu construire cette centrale sous l'école polytechnique à Zurich, mais le site broyard avait été préféré.

Dommage, car on peut parier que si cet accident avait eu lieu sous la capitale économique de la Suisse, on n'aurait pas construit de centrales nucléaires dans notre pays et on n'aurait pas pris de retard dans le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique.

Commentaires

Il est vrai qu'au site de Lucens, la cinémathèque Suisse y a fait son nid, la Protection Culturelle du canton y fait son dépot et il y a plus de 20 ans s'était le dépot de la nourriture de survie de la Protection Civile Vaudoise pour tout le canton!
Est-ce que vous croyez, que les responsables de cet organisme auraient pris le risque d'entreposer cette nourriture à l'ancienne Centrale Nucléaire de Lucens si vraiment le danger était éminent...
Mr Van Singer, arrêtez de peindre le diable sur la muraille pour tout!

Écrit par : Chappuis Jean-François | 23/01/2011

Il n'y a certainement aucun danger...

Alors mettons les centrales nucléaires au coeur des villes afin de profiter de leurs pertes de chaleur pour se chauffer (les 2/3 de l'énergie partent en chaleur dans des tours ou des rivières).

Et aucun problème pour les déchets ! Cela fait 40 ans que la Nagra travaille et toujours pas de solution.

Écrit par : gerardh | 23/01/2011

quand au chauffage longue distance ayant une durée de vie de trente ans d'après les chauffagistes auxquels furent posé la question que reste-t'il?le bois,quand on voit l'Amazonie qui devait être protégée,ne rêvons pas,quand au pétrole dernière ressource mais aux mains des pays producteurs,là aussi ne rêvons plus,que reste-t'il de tous ces rêves qui vont finir cauchemards?le charbon on y a survécu et comme disent les russes vivant en Sibérie,gros danger,mais monney,monney ,très bons salaires,alors nucléaire ou pas,en se levant chaque matin comme disait nos ancêtres y'a danger de chute et peut-être mortelle,ne peignons pas inutilement le diable sur toutes les trouvailles du moment qui possèdent toutes un revers!

Écrit par : lovsmeralda | 25/01/2011

Les commentaires sont fermés.