24/11/2010

Le nucléaire tue les fillettes?

Nucléaire : les scandales sanitaires s'accumulent
20'000 avortements causés par les centrales nucléaires en Suisse et en Allemagne?


Une étude de Ralf Kusmierz, Kristina Voigt et Hagen Scherb, du Centre allemand de recherche pour la santé environnementale, à Munich, a examiné le rapport entre les naissances et la proximité des centrales nucléaires, en Suisse et en Allemagne.

En général 100 filles naissent pour 105 garçons, ce n'est pas le cas dans les régions qui entourent les centrales nucléaires.

Il était déjà vérifié que guerres et rayonnement radioactif n'ont pas les mêmes effets sur les naissances de filles et de garçons, les conséquences sur les embryons féminins étant particulièrement lourdes.
L'étude a montré l'existence de conséquences graves en rapport avec la simple proximité des centrales nucléaires.
Dans les derniers 40 ans, dans les zones situées à moins de 35 kilomètres de distance des 31 centrales nucléaires allemandes et suisses, le nombre de naissances de fillettes résulte inférieur de 20'000 par rapport au nombre prévisible.


Les spécialistes ont aussi mis en évidence une augmentation nette des cas de tumeur enfantine jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres des centrales nucléaires.

Comment expliquer ces 20'000 avortements spontanés "en excès", meme en l'absence d'accidents majeurs dans les centrales examinées par l'étude?

Peut-être à cause d'accidents nucléaires soi-disant de "bas niveau", considérés comme de simples "pannes" avec une exposition à la radioactivité de la population définie "dans les limites de sûreté" mais qui, en raison de leur fréquence et de leur nombre, pourraient avoir des effets sur la santé bien plus graves que ceux estimés par les autorités de surveillance?
Peut-être à cause du dégagement de tritium, dont les effets, comme démontré par des études récentes, ont été largement sous-estimés?
Ou peut-être que la raison doit être cherchée dans d'autres conséquences des activités des centrales nucléaires comme les pertes durant le transport des déchets et d'autres matériaux dangereux nécessaires au fonctionnement des installations?

Jusqu'à quel point les gouvernements et l'AIEA omettent-ils d'informer les populations sur les effets réels des centrales nucléaires? Quelle incidence a vraiment le nucléaire sur la baisse de la fertilité humaine dans de nombreuses régions du monde?

Une chose est certaine, la politique des gouvernements et des organismes de contrôle vise à rassurer les populations sur la sûreté des installations, et les mises en garde de scientifiques « critiques » ne sont que rarement répercutées par les medias.

Commentaires

"Dans les derniers 40 ans, dans les zones situées à moins de 35 kilomètres de distance des 31 centrales nucléaires allemandes et suisses, le nombre de naissances de fillettes résulte inférieur de 20'000 par rapport au nombre prévisible."

Avec une population moyenne touchée de cinq millions de personnes et un taux de natalité moyen de dix pour mille, la diminution des naissances de filles aurait été, en quarante ans, de 20'000 sur plus d'un million, soit une variation de moins de 2 %.

C'est effectivement dévastateur pour le nucléaire-serial-killer-de-petites-filles.

Pour le reste, on notera un fuligineux amalgame entre déficit de naissances et fausses couches.

Je n'ai pas de conseils à vous donner, M. von Singer, mais quand vous écrivez pour d'autres que les vôtres, il faudrait être particulièrement rigoureux. Ou alors, vous faites comme Laufer, vous modérez.

Écrit par : Scipion | 24/11/2010

rumeurs ou pas il est certain que dès la fin de la guerre de nombreuses filles furent déjà menacées de stérilité,par suite de traitement aux fameux rayons de Rorgen,les médecins ne connaissaient pas les tenants et aboutissants des fameux rayons utilisés pour les radiologies de l'époque,car toute nouveauté même en médecine peut provoquer des erreurs de manipulations irreversibles,on ne saura jamais exactement le nombre d'organes qui devinrent cancérigènes et le nombre de personnes mortes suite à des traitements dont Marie Curie elle-même mourut,le sort de l'humanité reposait déjà sur les avancées techniques,le nucléaire est une suite logique et malheureusement dépassant de loin peut être les prévisions ou prémonitions des premiers utilisateurs qui pour beaucoup moururent eux-mêmes atteints dans leur santé,mais le mot rendement tuera lui-même aussi les humains,c'est triste mais logique ,les humains n'ayant plus le temps de raisonner logiquement,et humainement parlant!perso j'étais sensée n'avoir jamais d'enfant,mais ne l'appris qu'en 1973!

Écrit par : Elena | 24/11/2010

Monsieur, au rythme de vos recherches et de vos conclusions, vous allez bientôt nous annoncer la fin de l'humanité à cause des centrales nucléaires! Pour exemple: Marie Curie est morte du cancer, rien ne prouve que s'est dû aux radiations, bien des personnes décèdent du cancer du fumeur et n'ont jamais fumé. Arrêtez de peindre le diable sur la muraille dès qu'une occasion se présente à vous! Un peu de sérieux tout de mème...

Écrit par : Chappuis jean-François | 24/11/2010

@Monsieur Chappuis,combien de personnes ai-je soigné/ce durant plus de 40 ans/ et mortes de vieillesse n'ayant jamais fumé,pour un peu de logique il faudrait tout comme le stipule monsieur Buchs sur son blog doc faire les recherches généalogiques montrant bien le manque d'informations balayées sciemment par certains grouspuscules dès les années 30 dans notre pays,afin que toute anamnèse médicale prouve le bien fondé du tabac tueur mais qui rapporte des milliards a l'AVS,fermer les yeux sur le monde comme dirait notre regretté Général Guisan,c'est devoir le revivre et ce, qu'on le veuille ou non!
bien à vous et bonne journée

Écrit par : Elena | 25/11/2010

Oups lapsus,je voulais dire mortes de vieillesse,ayant fumé et ayant eu d'énormes problèmes d'alcoolisme,mais toutes sans cancer,non affirmer sans faire de véritable recherches sur la vie d'humains dont la descendance porte aussi en elle,des maux que nul n'est sensé ignorer est un leurre et une lâcheté encore pire que de ne jamais s'insurger face à la maltraitance qui eut lieu dans notre pays,et qui encore fait tache qu'on le veuille ou non!

Écrit par : Elena | 25/11/2010

en effet les années Stasi ont permi de cacher bien des secrets qui tout comme dans notre pays finissent toujours par être révélés au grand jour,tout comme les pays de l'ex union soviétique,eux aussi ont tenu des faits cachés,seuls les responsables militaires étaient au courant ils durent se taire,maintenant y'a prescription ,ils se libèrent de fardeaux devenu trop envahissants pour leur mémoire,on peut les comprendre.Mais le mal est fait,la bonne question est:comment réparer?

Écrit par : lovsmeralda | 25/11/2010

le nucléaire c'est comme en politique,on veut transformer,détruire changer et on oublie de réparer l'essentiel,le moment présent est oublié,depuis 1986,les sommets de la vanité et autres forums de l'irresponsabilité font courir les dirigeants de tous les pays leur faisant oublier que pour faire tourner l'économie il faut des humains déjà atomisés,oui la terre est une boule de feu en fusion d'origine nucléaire,mais ces humains ont droit a des centrales en bon état,nos dirigeants ont écarté la réalité du monde depuis la course de la terre à la lune,ils seraient temps qu'ils reviennent sur terre eux aussi,la Nasa nous a tous emporté vers des espaces intersidéraux nous laissant sidérés face à des usines qui devaient dès l'époque Kennedy être démantelées,mais succès oblige,le peuple trinquera comme depuis la nuit des temps!

Écrit par : Elena | 25/11/2010

Le nucléaire est une énergie à court terme. Ceux qui mettent cette énergie en avant ne voient que ses avantages sur l'immédiat!
Les connaissances(et recherches) actuelles des effets des irradiations (à faible doses et sur le long terme) sur notre corps ne sont encore de loin pas abouties.
Il serait temps que que nous remettions en question les accords entre l'AIEA et l'OMS!

Écrit par : Anne Berguerand | 27/11/2010

"Les auteurs de l’étude allemande n’ont toutefois rien pu affirmer de sûr sur les causes de ce constat. L’irradiation supplémentaire à laquelle l’exploitation des centrales nucléaires expose la population est si faible qu’elle ne peut vraisemblablement expliquer ce résultat."
www.canupis.ch

Le moins qu'on puisse dire, c'est que ces études allemandes suscitent des interrogations chez les scientifiques. La phrase ci-dessus est extraite de la présentation de l'enquête approfondie que la Suisse est en train de faire sur les cancers infantiles. Attendons ses conclusions avant d'affirmer quoi que ce soit. Mais si elles lui sont défavorables, M. Van Singer dénoncera probablement un complot pro-nucléaire.

Écrit par : Sherlock | 03/12/2010

Je suggère à Sherlock, et aux autres lecteurs et lectrices, quelques investigations supplémentaires:
1) Comment ont été fixées les limites d'émissions radioactives des centrales nucléaires en fonctionnement "normal"? Pourquoi on a admis des émissions 10 à 100 fois plus importantes que celles préconisées par médecins et biologistes? Pour tenir compte des impératifs économiques des exploitants?
Il trouvera par exemple que la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) explique, pour justifier ses valeurs-limites, qu’elles représentent pour la population un risque considérable de dommages génétiques.
«Mais elles peuvent être considérées comme supportables et justifiées au regard des avan­tages que l’on peut attendre de l’utilisation de l’énergie nucléaire.»...
2) Comment se fait-il que les scientifiques qui ont mené l'étude officielle allemande KIKK ("Kinderkrebs in der Umgebung von Kernkraftwerken") affirment clairement qu'il y a une corrélation entre augmentation des leucémies, cancers des enfants et proximité des centrales nucléaires, mais que la directrice Maria Blettner, mise en place par le gouvernement, prétend le contraire, vu le respect des limites d'émissions...
3) Comment se fait-il que pour l'étude Suisse "Canupis" on ait choisi précisément Maria Blettner pour faire partie du comité consultatif scientifique?
4) Pourquoi "Canupis" ne prend pas en compte l'exposition utérine, alors que les foetus sont particulièrement sensibles à la radioactivité?...

Écrit par : Christian van Singer | 03/12/2010

J'oubliais, la télévision suisse allemande a consacré un reportage sur ces effets inquiétants autour des centrales nucléaires, jeudi soir dans l'émission scientifique "Einstein". A visionner sous : http://www.videoportal.sf.tv/video?id=cd3f28ac-82b7-4d22-9ecc-26f8dcfcfb92

Écrit par : Christian van Singer | 03/12/2010

Excellent article du "Courrier", http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=447558

Écrit par : Anne Berguerand | 03/12/2010

"Excellent article du "Courrier"..."

Droite et gauche, nous sommes tous pareils : quand nous trouvons un article qui rapporte ce que nous avons envie de lire, nous le trouvons excellent, en faisant de tout esprit critique :o)

Écrit par : Scipion | 04/12/2010

Les commentaires sont fermés.