30/09/2010

Crier au loup !

Ce matin a lieu au Conseil national un de ces interminables débats fleuves.
Objet: le loup. 14 motions à discuter, alors qu'il n'y a qu'une dizaine de loups en Suisse!

Jusqu'à présent on demandait d'abattre des loups lorsqu'ils s'attaquaient à des moutons.
Il faut pourtant relever que la principale cause de mortalité parmi les 450'000 moutons suisses est l'abattage chaque année de centaines de milliers de moutons pour nourrir l'homme, suit la mort de 8 à 10'000 moutons en estivage, par accident ou maladie ou agression par des chiens errants. Viennent enfin les 100 à 400 moutons tués par la dizaine de loups qui vivent en Suisse !
Des mesures légales et réglementaires ont déjà été prises pour

  • dédommager les éleveurs touchés,
  • abattre les carnivores qui attaquent plusieurs animaux de rente et
  • encourager la prévention par le gardiennage à l'aide de chiens.

On peut et on doit encore améliorer ces mesures: le loup est un élément important pour la biodiversité dans nos contrées, et il faut prendre les mesures nécessaires pour faciliter la cohabitation avec cet animal sauvage.
Mais certaines des motions traitées aujourd'hui au Conseil national, montrent clairement que certains politiciens veulent éliminer ou fortement réduire le nombre de loups avant tout parce qu'ils représentent une concurrence pour les chasseurs.
Voulons nous vraiment décimer les loups parce qu'ils mangent du gibier? Ce serait pratiquement empêcher leur présence en Suisse :
un très mauvais signal dans cette année de la biodiversité !
Les expériences faites dans les pays voisins montrent que loups et chasseurs peuvent cohabiter sans mesures d'abattage spéciales et que les grands carnivores opèrent un tri salutaire parmi les animaux sauvages les plus faible ou malades, peu intéressants pour les chasseurs.
Les chasseurs n'ont pas besoin d'être protégés du loup!
Mais les loups de certains politiciens qui écoutent un peu trop les chasseurs!

Commentaires

Dommage que vous ne vous engagiez pas pour l'éradication du sanglier une bestiole bien plus nuisible et dangereuse que le loup et le lynx réunis.
Demandez au paysan vaudois ce qu’ils pensent du sanglier.

Écrit par : Pierbe | 01/10/2010

"On peut et on doit encore améliorer ces mesures: le loup est un élément important pour la biodiversité dans nos contrées..."

Ca fait cent, cent cinquante ou deux cents ans qu'on s'en passe. On continuera...

"...un très mauvais signal dans cette année de la biodiversité !"

Un très mauvais signal adressé à qui ? Pfffffff... :o)

Écrit par : Scipion | 01/10/2010

Ca faisait 60 ans qu'on se passait très bien des nazis mais vous voyez, Scipion, vous êtes quand même l'un des premiers à profiter de leur réintroduction dans notre biotope politico-social. Alors soyez sympa avec les loups, sachez partager avec d'autres le bonheur de se savoir encore vivant, en sursis certes, et promis à un avenir aussi court que fulgurant, mais vivant alors qu'on aurait dû être mort.

Écrit par : Michel B | 01/10/2010

@ Michel B. Avez-vous conscience que vu de l'extérieur et sans parti pris, vous vous ridiculisez jour après jour en vous en prenant de manière particulièrement désagréable à un seul individu ?

Car Scipion, même si l'on peut ne pas partager ses idées voire aucune, a au moins de mérite d'étayer ses interventions et d'amener quelque chose au débat que vous êtes bien l'un des seuls à ne pas voir, trop occupé à déverser vos insultes, certes relativement bien tournées, mais insultes quand même.

Le jour ou vous donnerez enfin votre avis (mais en avez-vous seulement un mis à part les étrangers et le loup sont mes amis ?)sur un sujet, vous commencerez enfin à devenir autre chose qu'un pantin lassant et couard.

Écrit par : A. Lenoir | 01/10/2010

"..., vous vous ridiculisez jour après jour en vous en prenant de manière particulièrement désagréable à un seul individu ?"

Je vous trouve très dur avec ce bon Michel B. Il possède une maîtrise du point Godwin que beaucoup d'internautes pourraient lui envier...:o)

Mais merci quand même.

Écrit par : Scipion | 01/10/2010

Scipion n'amène rien au débat. Ce n'est qu'un masque anonyme. Scipion, c'est tout le monde, c'est n'importe qui, je me fous de Scipion.

Écrit par : Michel B | 01/10/2010

Et bien on ne dirait pas vu que vous intervenez à chacun de ses commentaires.

Écrit par : Pascal D. | 01/10/2010

@Scipion : je dois avouer qu'on tient là un champion du monde ! tiens ça me rappelle une excellente comédie française :-))


@ Michel B Donc j'en conclus que vous utilisez votre temps à insulter personne... Quel courage... et surtout quel niveau !!

En matière d'anonymat, petit cafard, avez-vous remarqué que contrairement à vous, moi c'est mon prénom que je fais suivre d'un point ?

Écrit par : A. Lenoir | 01/10/2010

Pouvez-vous svp limiter vos commentaires à des remarques sur le fond de la question, sans vous agresser ni vous insulter mutuellement?

Écrit par : Christian van Singer | 01/10/2010

Promis j'arrête là.

En ce qui concerne la présence des loups, j'ai un père agriculteur donc forcément un autre son de cloche. En ce qui me concerne, leur présence ne me pose pas de problème particulier, par contre j'exécre les donneurs de leçon dogmatiques souvent citadins qui n'ont jamais mis les pieds en montagne autrement que pour pic-niquer et qui se croient autorisés à donner des leçons aux éleveurs de métier.

En ce qui concerne les chasseurs, j'ai peine à croire que ceux-ci aient peur de la "concurrence" du loup même si je ne suis pas chasseur et n'ai même jamais tenu un fusil de ma vie !

Excellent WE

Écrit par : A. Lenoir | 01/10/2010

"Scipion n'amène rien au débat."

Désolé, Michel B, mais c'est faux ! Il m'arrive assez souvent d'y amener... Michel B. Et ça, c'est très loin d'être rien :o)

"...j'ai un père agriculteur donc forcément un autre son de cloche."

Moi, j'ai de la famille dans l'agriculture et l'élevage et je ne connais pas un seul éleveur qui se console d'avoir trouvé des animaux égorgés et exsangues, qui se dit "Bof, je m'en fous, on me dédommage".

Je n'en connais aucun non plus qui emmène ses animaux à la boucherie en sifflotant et en songeant à l'argent qu'il ramènera. Ce faisant, les éleveurs se soumettent à cette loi de la nature qui veut que les uns meurent pour que les autres vivent, c'est leur gagne-pain et s'ils ne se résignaient pas à la mort de leurs bêtes, ce sont eux qui mourraient, sinon physiquement, à tout le moins professionnellement...

Dans cette optique, je comprends que la mort par le loup les révolte, parce que si le loup lui aussi obéit à la loi de la nature, et bien on peut préférer que ce soit le loup qui meure pour que les animaux d'élevage vivent, suivant en cela le destin qui est le leur, c'est-à-dire pour lequel on les a fait naître.

Et, pour ma part, je le préfère d'autant plus que je n'ai pas entendu un seul argument qui plaide en faveur de la présence du loup dans un pays d'où il avait disparu... Le seul qui tienne un peu la route, l'élimination des animaux sauvages faibles et malades, ne résout pas un problème qui se poserait de façon perceptible dans les zones d'où le loup est complètement absent...

Écrit par : Scipion | 01/10/2010

Monsieur van Singer,

Une dizaine de loups en Suisse?
Vous ne comptez donc pas les plus dangereux prédateurs pour notre pays... Les loups de la politique (tous partis confondus), prêts à tout pour défendre leur territoire.

Écrit par : Baptiste Kapp | 03/10/2010

Le dénommé Scipion n'amème rien au débat, il étale sa méchanceté et accessoirement son complexe d'infériorité.

Le loup lui, superbe animal, amène le débat sur un terrain des plus intéressants.

En effet, qui de lui ou d'un paysan valaisan subventionné à le plus de légitimité à vivre dans les Alpes?

De plus le loup, contrairement au suisse n'est ni vénal, ni cupide, ni lâche.

En conséquence, et sans discussion, c'est le loup qui est de facto dans ses terres dans les Alpes.

De plus j'attend avec plaisir le retour de l'ours, afin que ces paysans subventionnés trouvent une autre raison de ce plaindre.

Écrit par : antiSSuisse | 04/10/2010

"Le dénommé Scipion n'amème rien au débat..."

C'est Michel B. qui ne va pas être content :o)

Écrit par : Scipion | 04/10/2010

En l'occurrence ce ne sont pas des éleveurs qui sont concernés par les décisions prises au Conseil national, mais les chasseurs, qui ont obtenu que les loups qui tueraient trop de gibier soient abattus... En bref, certains chasseurs, et les politiciens qui les ont suivis, aimeraient que les loups deviennent herbivores !

Écrit par : Christian van Singer | 04/10/2010

Les commentaires sont fermés.