18/02/2010

Lausanne a-t-elle raison d'ouvrir l’apprentissage aux jeunes clandestins?

24heures sonde sur une proposition de la Municipalité de Lausanne :
"Lausanne a-t-elle raison de défier Berne en ouvrant l’apprentissage aux jeunes clandestins?"
http://www.24heures.ch/sondages/sondage-233
Il ne s'agit pas de défier Berne, mais de donner à des jeunes "sans papiers" qui ont suivi l'école obligatoire chez nous, la possibilité de suivre un apprentissage, de s'intégrer harmonieusement dans notre société.
N'hésitez pas à répondre OUI!
- Ces jeunes ne sont pas responsables des choix faits par leurs parents, travailleurs "clandestins" à Lausanne.
- Impossible de les renvoyer: ils n'ont pas d'autre "chez soi": chez eux, c'est chez nous...
- Nous n'avons aucun intérêt à avoir des centaines de jeunes traîner dans la rue à la fin de leur scolarité, sans possibilité de suivre un apprentissage, ni de trouver un travail légal.
- Donner à ces jeunes "sans papiers" la possibilité de suivre un apprentissage, ce n'est pas une question "gauche-droite", c'est une question d'humanité et de bon sens!

Commentaires

Dans la mesure où ce nouvel avatar de la préférence étrangère* - une place offerte à un issu de la clandestinité, c'est une place déniée à un jeune de chez nous - apporte de l'eau au moulin de l'UDC, la Municipalité a raison.

"- Ces jeunes ne sont pas responsables des choix faits par leurs parents, travailleurs "clandestins" à Lausanne."

Il convient, par conséquent, de donner une prime à l'irresponsabilité de leurs parents... avant de les régulariser au motif qu'ils ont un fils en apprentissage "à l'Etat" !

"Impossible de les renvoyer: ils n'ont pas d'autre "chez soi": chez eux, c'est chez nous..."

Dans ces conditions, c'est un passeport qu'il faut leur donner... avant d'en donner un à leurs parents, puisqu'ils ont un fils de nationalité suisse.

"Nous n'avons aucun intérêt à avoir des centaines de jeunes traîner dans la rue à la fin de leur scolarité, sans possibilité de suivre un apprentissage, ni de trouver un travail légal."

Ils iront rejoindre les rangs du travail au noir, comme leurs parents, puisque personne ne les traque pour les expulser...

"- Donner à ces jeunes "sans papiers" la possibilité de suivre un apprentissage, ce n'est pas une question "gauche-droite", c'est une question d'humanité et de bon sens!"

Votre "humanité" et votre "bon sens" sont en train de passer un mauvais quart d'heure dans le sondage.

* Préférence étrangère : carburant loufoque avec lequel les gauches alimentent le moteur de la machine à perdre les élections

Écrit par : Scipion | 18/02/2010

Si l’autorité élue d’un pays démocratique, poussée par de bons sentiments, agit, comme parfois les Eglises et certaines ONG, sans base légale, à qui et comment, non d’une pipe, demandera-t-on d’appliquer la loi ? D’ailleurs, les habitants avec papiers, qui le désir, ont-ils tous une place d’apprentissage ? Ne mettons pas la charrue avant les bœufs et commençons le sillon au bout du champ. Légalisons d’abord les sans papiers, ceux que nous avons engagés et qui accomplissent les tâches que nous leurs laissons. La question des apprentissages sera alors ainsi naturellement résolue.

Écrit par : Philippe Berney | 18/02/2010

Votre fond d'humanité vous donne raison, Mr Van Singer. Cependant j'ai une remarque urgente à faire. Comment une démocratie peut-elle fonctionner avec une telle hypocrisie: soit avoir des enfants qui font un apprentissage devant les yeux de toute la population et des parents cachés qui craignent d'être refoulés dans leur pays d'origine? C'est inadmissible. Vous en conviendrez avec moi. Bonne journée.

Écrit par : pachakmac | 18/02/2010

Monsieur van Singer,

Cette solution: une question d'humanité! D'accord!
Mais, malheureusement, votre argumententation contient un point qui est aussi électorialiste que ce que peut faire de pire l'UDC. Il s'agit de celui-ci:

"- Nous n'avons aucun intérêt à avoir des centaines de jeunes traîner dans la rue à la fin de leur scolarité, sans possibilité de suivre un apprentissage, ni de trouver un travail légal."

Ce n'est pas une ouverture à l'apprentissage pour un plus grand nombre de jeunes qui va changer d'un iota le total des jeunes qui traînent dans les rues. Pour ce faire, il serait nécessaire que la Muni augmente (de beaucoup) le nombre des places d'apprentissage et non pas simplement qu'elle ouvrent celles qui sont existantes à un plus grand nombre.

Je ne remets pas en cause le principe de cette ouverture, mais je constate que, comme toujours, les politicien raconte n'importe quoi afin d'étayer leurs prises de position.

Le fait est que, au niveau des jeunes sans place d'apprentissage, rien ne changera, si ce n'est le volume du réservoir de ceux qui seront susceptibles d'optenir une telle place et ce n'est que le jour où le réservoir "place d'apprentissages" sera égal ou plus grands que le réservoir "candidats" que la donne sera changée. Et uniquement dans ce cas là!... Mais nous en sommes malheureusement très loin!

Comnment voulez-vous être crédible dans vos autres combats (avocats pour animaux, nucléaire, caisses de pension, p. ex.) si vous utilisez des contre-vérités dans vos argumentations. Vous feriez le lit de vos adversaires si ceux-ci n'utilisaient les mêmes procédés.

Bouille Jean-Claude alias Père Siffleur

Écrit par : Père Siffleur | 18/02/2010

Oups! ... les politiciens racontent...

Mon orthographe est aussi mauvais que certaines argumentations!

Écrit par : Père Siffleur | 18/02/2010

Suivant les métiers, de nombreuses places d'apprentissages ne sont pas pourvues. Mais je conviens avec le Père Siffleur qu'à elle seule cette proposition ne résout pas le problème.
Mercredi 3 mars, le Conseil national se prononcera, entre autres, sur 3 motions qui traitent des jeunes "clandestins" ayant suivi leur scolarité obligatoire en Suisse:
Mo. Barthassat. Accès à l’apprentissage pour les jeunes sans statut légal
http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20083616
Mo. Hodgers. Respect de la Convention des droits de l’enfant pour les enfants sans statut légal
http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20094236
Mo. van Singer. Accès à l'apprentissage et régularisation des jeunes clandestins ayant suivi leur scolarité en Suisse http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20083835
Leur acceptation pourrait faciliter une intégration harmonieuse de ces jeunes dans notre société.

Écrit par : Christian van Singer | 18/02/2010

D'accord avec vous sur le principe.
Mais il y a tout de même une question qui se pose: Qu fait-on de nos jours des lois ? Des gens s'installent illégalement dans notre pays, on le sait, et on connaît parfaitement bien leurs identités (les enfants sont inscrits dans nos écoles, en tout cas à Genève)et on ferme les yeux ? Pourquoi ? Avons-nous vraiment besoin de tous les sans papiers pour notre économie ? Avons-nous pas encore assez de chômeurs et aussi de jeunes gens qui ne trouvent pas un premier emploi ni un apprentissage dont les parents ont contribué à la richesse de notre pays ?
Il est vrai que ces jeunes gens n'y sont pour rien. Mais si la grande nouvelle se répand, comme quoi on Suisse les enfants des sans papiers ont les mêmes droits que les suisses ou travailleurs immigrés légalement, allez-vous pouvoir accueillir tout le monde ? Il y a tout de même des limites.

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 18/02/2010

D'accord avec vous sur le principe.
Mais il y a tout de même une question qui se pose: Qu fait-on de nos jours des lois ? Des gens s'installent illégalement dans notre pays, on le sait, et on connaît parfaitement bien leurs identités (les enfants sont inscrits dans nos écoles, en tout cas à Genève)et on ferme les yeux ? Pourquoi ? Avons-nous vraiment besoin de tous les sans papiers pour notre économie ? Avons-nous pas encore assez de chômeurs et aussi de jeunes gens qui ne trouvent pas un premier emploi ni un apprentissage dont les parents ont contribué à la richesse de notre pays ?
Il est vrai que ces jeunes gens n'y sont pour rien. Mais si la grande nouvelle se répand, comme quoi on Suisse les enfants des sans papiers ont les mêmes droits que les suisses ou travailleurs immigrés légalement, allez-vous pouvoir accueillir tout le monde ? Il y a tout de même des limites.

Écrit par : Marion Garcia-Bedetti | 18/02/2010

Vous avez vu le dernier truc de Laufer? Ce type est tellement con qu'il va se faire de la pub pour lui-même sur le blog de Salem...

Écrit par : Géo | 18/02/2010

Et Géo est tellement triste et seul qu'il en oublie ses propres commentaires. Pauvre Géo.

Écrit par : Michel B | 18/02/2010

Bientôt une dénonciation pénale et administrative pour remettre au pas de la légalité les élus de la ville....!!!
C'est ça la nouvelle méthode, on élabore des trucs illégaux, mais qu'importe on est vraiment plus à ça près!
Si Leuba démontre la totale illégalité, vous pouvez tous prendre la porte....et rapidement!
Et un point de plus pour l'UDC! Il faudra vraiment y adhérer, tous ensemble.
Si nous voulons que les lois de notre pays soient les mêmes pour tout le monde, et respectées par tous!

Écrit par : Corélande | 18/02/2010

La Municipalité de Lausanne fait oeuvre de pionnier.
Pourquoi ne pas considérer les aspects positifs de cette initiative.
Tout le monde est gagnant : les enfants de clandestins qui, je le rappelle, n'ont pas à payer pour les actes des parents, pourront suivre une formation.
Et la société tout entière en profitera, car ces jeunes au lieu de "zoner" ou de travailler au noir, pourront s'insérer harmonieusement dans notre société, Et ils payeront plus tard l'AVS, des impôts... Et financeront même les pensions des braves UDC qui s'opposent aujourd'hui à leur régularisation!

Écrit par : Christian van Singer | 18/02/2010

Je ne crois pas qu'à long terme que tout le monde soit gagnants. C'est une porte ouverte pour la clandestinité. Une immigration non gérée fini pas poser des problèmes structurels et sociaux. ( les banlieues françaises sont là pour le rappeler ) Il y a des lois qui ont été votée démocratiquement sur l'octroi des permis de séjour. Déjà là, c'est une discrimination vis à vis des ressortissants étranger légaux et une atteinte à l'état de droit.

Mais il n'est pas normal non plus que des clandestins soient scolarisés à l'école public et que personne ne s'occupe de l'origine de ces personnes venu en Suisse. Il est vrai que ce n'est pas vraiment de la faute du clandestin. Mais déjà le fait de donner des places d'apprentissage tout en étant encore clandestin, frise l'irresponsabilité des autorités lausannoises ( ils pourraient au moins par logique de demander au canton de les faire régulariser ) et cela risque de faire le lit de l'UDC, qui pourrait bien s'opposer par référendum avec les conséquences de renvoie des personnes incriminés.

Les socialistes sont en train de construire des futurs drames sociaux.

D.J

Écrit par : D.J | 18/02/2010

" Une immigration non gérée fini pas poser des problèmes structurels et sociaux. ( les banlieues françaises sont là pour le rappeler )"

Je vous suggère de regarder aussi du côté de l'Italie où le même processus qu'en France - mais en plus violent - se déroule avec vingt-cinq ans de décalage, preuve que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Et, à l'heure actuelle, aucun des différents modèles d'intégration appliqués en Europe, ne donne les résultats escomptés. Tout simplement parce que le repli communautariste est intrinsèque à un certain niveau de diversité.

Malgré cela, les immigrationnistes, dans leur angélisme béat, ne se rendent toujours pas compte qu'ils mettent en place les éléments des affrontements interethniques de demain. Et naturellement, ce sera la faute des méchants blancs qui auront refusé de s'intégrer aux nouveaux venus... :o(

Écrit par : Scipion | 18/02/2010

Trop drôle.... des semaines que je n'étais plus passé par ici. Et qu'est-ce qu'on retrouve, à chaque fois ? Les commentaires excédés de Géo Oltramare, de Scipion l'anti-africain et de Corélande les points d'excla !!!
Vous n'avez pas de vie... les gens !?

Écrit par : XYZ | 19/02/2010

C'est gentillement la porte ouverte à l'anarchie!
Et cela vient d'élus qui prônent leur humanisme envers des étrangers contre ceux de l'"intérieur" compatriotes con-tribuables.
C'est un scandale pour tous ceux qui ont des enfants et se lèvent le matin pour aller travailler et payer honnêtement leurs factures et les frais relatifs à l'éducation instruction de leurs enfants.

Écrit par : Corélande | 19/02/2010

Corélande: vous préférez ces jeunes sans papiers mais élevés ici errants dans les rues, sans futur, révoltés (tels les jeunes Yverdonnois des années 80), saccageant les commerces, s'adonnant aux drogues et boissons, pour finir dans la criminalité ou à l'aide sociale?

Écrit par : Mahrmoud Ouarzazat Ben Afflelou El Visilab | 19/02/2010

MOBAEV.....se référer à la prochaine votations qui aura lieu sur l'expulsion des étrangers criminels!

Écrit par : Corélande | 19/02/2010

Bouh ! Corélande.
Bouh !

Écrit par : Mahrmoud Ouarzazat Ben Afflelou El Visilab | 19/02/2010

Corélande: mais pour les expulser où, puisqu'il sont sans papiers?
Quel pays va les "reprendre"?
Quels accords de réadmission ont été signés et de quel parti est le ministre de la justice, et celui des 8 dernières années, lorsque la situation s'est aggravée?
Il faut voir un peu plus loin que le bout de son nez, Corélande.
Mais je ne suis pas rancunier, je vous invite à goûter dans mon échoppe un de mes kebabs à la coriandre, Corélande. Je vous l'offre. Pas cher, même gratuit !

Écrit par : Mahrmoud Ouarzazat Ben Afflelou El Visilab | 19/02/2010

"Et cela vient d'élus qui prônent leur humanisme envers des étrangers contre ceux de l'"intérieur" compatriotes con-tribuables. "
corélande a oublié constérnante... cela lui va si bien.

Écrit par : broutard | 19/02/2010

"je vous l'offre, pas cher, même gratuit: Bourriquet!

Broutard: Vous vouliez dire consternée.....en effet!

Écrit par : Corélande | 19/02/2010

Dehors, les sans-papiers.

Écrit par : ShereKhan | 05/03/2010

et ensuite ? on leur donne un permis de séjour avec leur CFC ??

c'est stupide. De plus les adversaires de cette pseudo-inititive risquent non seulement de le combattre, mais de saisir l’occasion pour demander que les sans-papiers ne puissent plus accéder aux études postobligatoires. Or, certains d’entre eux étudient maintenant au niveau gymnasial et universitaire. Ils profit(ai)ent en fait d’un flou juridique sur la question.

Écrit par : Isabelle | 01/05/2010

Ecrit par : Corélande | 19.02.2010

Dehors, les sans-papiers.

Mias mettez vous à leur place au moins une seconde Mme.Corélande.....

Écrit par : Yaliny | 19/11/2010

Ecrit par : ShereKhan | 05.03.2010

et ensuite ? on leur donne un permis de séjour avec leur CFC ??

c'est stupide. De plus les adversaires de cette pseudo-inititive risquent non seulement de le combattre, mais de saisir l’occasion pour demander que les sans-papiers ne puissent plus accéder aux études postobligatoires. Or, certains d’entre eux étudient maintenant au niveau gymnasial et universitaire. Ils profit(ai)ent en fait d’un flou juridique sur la question.


Peut-être c'est stupide pour vous mais je pense le contraire si les parents de ces enfants clandestins viennent c'est parce que ils ont de la diifuculté ils viennent pas pour rien on est tous égaux donc ils devraient avoir la même possibilités

Écrit par : Yaliny | 19/11/2010

Les commentaires sont fermés.