12/02/2010

Un avocat pour les animaux maltraités?

avan.jpgLa Suisse dispose d'une bonne loi pour la protection des animaux.
Mais alors pourquoi l'initiative « Contre les mauvais traitements envers les animaux et pour une meilleure protection juridique de ces derniers (Initiative pour l'institution d'un avocat de la protection des animaux) » est-elle soumise au vote?
La réponse est simple: il ne suffit pas d'avoir une bonne loi, il faut aussi se donner les moyens de la faire appliquer.
Actuellement ce n'est pas le cas partout : dans de très nombreux cantons, des actes inadmissibles de cruauté envers les animaux ne sont pratiquement pas punis.
Pourtant les mauvais traitements et les actes cruels envers des animaux sont inacceptables. S'en rendre coupable n'est pas une attitude digne, humaine, et doit être sanctionné.
Emmanuel Kant, qui était pourtant opposé à l’idée de droits des animaux, disait déjà en 1785 dans sa « Métaphysique des mœurs » : « Relativement à cette partie des créatures qui est vivante, quoique dépourvue de raison, traiter les animaux avec violence ainsi que cruauté est intérieurement plus opposé au devoir de l’homme envers lui-même, parce que l’on émousse en l’homme ainsi le sentiment de sympathie qui concerne leurs souffrances et qu’une disposition naturelle très favorable à la moralité dans les rapports aux autres hommes est affaiblie et peu à peu anéantie ».
Hier, comme aujourd'hui, de la cruauté envers les animaux, on glisse facilement à la cruauté envers les enfants, les femmes et les hommes!
Pour éluder la nécessité d'une défense efficace des animaux, les opposants racontent n'importe quoi au sujet de l'initiative. N'a-t-on pas lu un juge déclarer « Quand on aura écrasé une fourmilière et que j'aurai 64 cadavres sur les bras, je me sentirai surqualifié.»(LE MATIN 8.029), alors que la loi s'applique uniquement aux vertébrés élevés, produits, détenus, commercialisés, transportés, soumis à des expérimentations médicales ou abattus par l’homme!
On comprend par contre que des citoyen-nes s'interrogent au sujet du coût d'application de cette initiative. Regardons ce qui se passe à Zurich, où un avocat des animaux est en fonction depuis 1992.
L'avocat de la protection des animaux a coûté 8 centimes par habitant et par an: 80'000 francs à comparer aux 100 millions dépensés chaque année pour la justice pénale. Et les petits Cantons pourront recourir aux services d'un même spécialiste.
Tout comme la nature, les animaux n’ont pas les moyens de se défendre par eux mêmes lorsque les dispositions qui les protègent sont piétinées. Pour assurer l'application de la loi sur la protection de la nature, on a prévu un droit de recours des associations. Un avocat des animaux jouerait un rôle comparable, permettant une application plus sérieuse et plus uniforme sur le terrain de la loi sur la protection des animaux.
N'hésitons donc pas à voter OUI à l'initiative « Contre les mauvais traitements envers les animaux et pour une meilleure protection juridique de ces derniers (Initiative pour l'institution d'un avocat de la protection des animaux) »

Le texte de l'initiative:
La Constitution est modifiée comme suit à l'art 80.al. 4 et 5
Al. 4 La Confédération édicte des dispositions sur la protection des animaux en tant qu’êtres vivants doués de sensations.
Al. 5 En cas de procédures pénales motivées par des mauvais traitements envers des animaux ou pour d’autres violations de la législation sur la protection des animaux, un avocat de la protection des animaux défendra les intérêts des animaux maltraités. Plusieurs Cantons peuvent désigner un avocat de la protection des animaux commun.

Commentaires

Vous pensez vraiment qu'un ver de terre est un "être vivant doué de sensations"?

Écrit par : Nicolas | 12/02/2010

"Vous pensez vraiment qu'un ver de terre est un "être vivant doué de sensations"?"

C'est la raison pour laquelle il est obligatoire de l'étourdir avant de l'accrocher à son hameçon ;o)

Écrit par : Scipion | 12/02/2010

"N'hésitons donc pas à voter OUI à l'initiative..."

N'hésitons pas à voter NON à l'initiative. C'est un pas supplémentaire de trop sur la voie qui conduit à l'interdiction des nourritures carnées.

Écrit par : Scipion | 12/02/2010

Un ver de terre n'est pas un vertébré: cette initiative ne le concerne pas...

Écrit par : Christian van Singer | 12/02/2010

Que je sache on n'interdit pas au Zurichois depuis 1992 de manger de la viande... Par contre on devra probablement réduire la consommation de viande pour éviter les famines.

Écrit par : Christian van Singer | 12/02/2010

"Que je sache on n'interdit pas au Zurichois depuis 1992 de manger de la viande..."

C'est la fameuse tactique du salami - à base de cornatur, en l'occurrence :o)

Écrit par : Scipion | 12/02/2010

Les victimes de chiens dangereux n'ont pas droit à un avocat d'office et doivent payer pour leur défense.
Pour déposer plainte contre le propriétaire irresponsable, il faut payer pour porter plainte et débourser pour disposer d'un avocat.
.
Tandis que le chien dangereux aurait droit à un avocat d'office pour éviter l'euthanasie grâce à cette initiative, et aurait droit à une deuxième "chance" de rendre invalide une autre victime ?
.
Cette initiative est tout simplement absurde. D'autres causes sont prioritaires.
Il suffit de lire le verdict d'aujourd'hui qui refuse toute indemnisation à la veuve d'une victime de l'amiante, pour prescription, alors qu'elle a déposé plainte cinq jours après le décès de son mari.
.
N'obstruons pas les tribunaux avec des procès contre les propriétaires de chats et de chiens qui abandonnent leur animal à la veille des vacances, alors que les policiers découragent les victimes de chiens dangereux de déposer plainte à leurs frais, pour obtenir réparation.
.
Comme parent d'adolescent, j'ai dû insister pour déposer plainte pour mon fils victime d'une agression causée par deux autres adolescents. Lors du procès et de la lecture de l'instruction, j'ai constaté que plus de 70% des parents dans mon cas avaient retiré leur plainte, probablement en raison des multiples embêtements semés par la procédure judiciaire. Ce qui fait que les coupables, multi-récidivistes (incendies, viols, vols, agressions, conduite sans permis, dégâts à la propriété publique, etc), ont été relâchés peu de semaines après.
.
Pour mieux protéger les animaux, il suffit d'introduire un permis de détention, soumis à examens, de retirer ce permis en cas de conduite coupable (abandon, maltraitance), et d'interdire la vente d'animaux à ceux qui ne disposent pas d'un permis.

Écrit par : Praline | 12/02/2010

Il est important de sanctionner la cruauté et l'irresponsabilité à l'égard des animaux, tant il est vrai que celles-ci favorisent la cruauté et l'irresponsabilité entre humains. Abandonner son animal, par exemple, est un comportement égocentrique, consumériste et irresponsable. Il ne faut laisser aucun refuge à ce type d'attitudes. Instituer des avocats ou défenseurs pour animaux sera très utile pour faire appliquer la loi qui les protége. Votez OUI!

Écrit par : ShereKhan | 12/02/2010

La remarque de Praline : Les victimes de chiens dangereux n'ont pas droit à un avocat d'office et doivent payer pour leur défense... Tandis que le chien dangereux aurait droit à un avocat d'office pour éviter l'euthanasie grâce à cette initiative... est sans fondement: ce cas ne relève pas de la protection des animaux, puisque c’est la personne mordue qui est lésée par le chien dangereux! Aucun avocat des animaux n'interviendrait dans ce contexte. C'est clairement indiqué dans le texte de l'initiative (al. 5)
Par contre la personne qui aurait rendu ce chien dangereux, en le maltraitant, l'affamant, voire le dressant à attaquer, ne l'aurait peut-être pas fait, craignant d'être puni.
Quant à la crainte que la présence d'un avocat des animaux surchargerait les tribunaux, l'expérience de Zurich montre que ce n'est pas le cas. Au contraire, sa présence garanti un fonctionnement plus rapide et efficace de la justice.

Écrit par : Christian van Singer | 12/02/2010

Evidemment, le manque de protection pour les victimes de chiens dangereux ne relève pas de la protection des animaux.
.
Malheureusement, M. van Singer, vous n'avez pas saisi le sens de mes propos.
.
C'est surtout la différence de traitement (discrimination) entre les êtres humains, victimes, et les animaux, victimes elles aussi, que je voulais souligner.
.
Les autorités et les instances politiques ne semblent pas se préoccuper autant du sort des victimes humaines, que des victimes animales. C'est là une injustice criante et la raison principale pour refuser une protection accrue pour les animaux, tant que les victimes humaines ne bénéficieront pas des mêmes mesures.
.
Quant à l'alinéa 5, je n'ai pas la même lecture que vous.
.
On peut très bien imaginer qu'un intervenant prenne pour prétexte le mauvais traitement qu'aurait subi un chien tueur, pour excuser son agressivité et demander qu'il soit défendu par un avocat pour échapper à l'euthanasie.
.
Ainsi, au risque qu'il blesse ou tue à nouveau, ce chien pourrait être replacé.
.
A nouveau, les victimes humaines, potentielles ou réelles, seraient moins bien défendues que certains animaux qui ne le mériteraient pas forcément.
.
On constate le même déséquilibre en ce qui concerne l'absence de législation efficace au niveau fédéral contre les chiens dangereux. Le CF refuse toujours notamment, d'interdire certains chiens réputés dangereux, en consultant davantage les spécialistes canins, que les victimes, les avocats des victimes et les médecins.
Les statistiques (notamment aux USA, où une statistique renouvelée chaque année depuis plus de dix ans, se fonde sur les jugements des tribunaux, c'est-à-dire uniquement sur les cas de gravités assez importantes pour actionner la justice) soulignent clairement la dangerosité nettement supérieure des races molossoides, pour les graves blessures, mais le CF suit aveuglément l'avis du lobby des amis des molosses, en occultant l'intérêt des victimes, et la sécurité publique.
.
Il en va de même avec cette initiative. Les principaux consultés ou défenseurs de cette nouvelle loi, sont les avocats et les vétérinaires. Si elle passe, ils seront les principaux bénéficiaires directs.
.
Il y a tant à faire en amont pour éviter la maltraitance des animaux.
Le renforcement de la répression, lorsque le mal est fait, manque la cible.
L'application de la loi proposée par cette initiative sera à la fois coûteuse, inefficace, et discriminatoire.
Lorsque les associations de victimes seront aussi puissantes et écoutées que les associations de protection des animaux, et que les SPAs de chaque canton militeront ensemble pour l'introduction de permis de détention d'animaux, il sera toujours temps de renforcer la répression des contrevenants, si nécessaire.

Écrit par : Praline | 13/02/2010

On peut bien sûr, comme Praline, brandir des menaces inexistantes pour refuser un projet. Mais il suffit d'examiner ce qui se passe à Zurich (1,1 millions d'habitants, un sixième de la population suisse) pour voir qu'elles ne sont pas justifiées. Ils bénéficient depuis 1992 d'un avocat pour les animaux, il coûte huitante mille francs au Canton, la justice pénale pour les humains cent millions de francs. Comment peut-on affirmer au vu de ces chiffres qu'en acceptant un avocat des animaux on se préoccuperait trop des bêtes et pas assez des humains? L'initiative propose simplement qu'un système qui a fait ses preuves à Zurich soit étendu à toute la Suisse, avec la possibilité pour les petits Cantons de recourir aux services d'un même spécialiste.
Il ne faut pas opposer un droit à un autre. Il faut bien sûr prendre toutes les mesures nécessaires pour la prévention et pour améliorer la défense des humains victimes d'injustices ou d'agressions. Pour que la justice soit plus juste et efficace. Mais il faut aussi prendre LA MESURE indispensable pour que la loi sur la protection des animaux soit appliquée et que les mauvais traitements intentionnels ou de actes de cruauté envers les animaux soient poursuivis dans tous les Cantons avec la même sévérité. Il faut donc voter OUI à l'"Initiative pour l'institution d'un avocat de la protection des animaux"!

Écrit par : Christian van Singer | 13/02/2010

Praline, vos arguments sont faibles.

Imaginer que les victimes animales auront plus de droits que les victimes humaines est absurde. Les humains sont doués de raison: qu'ils l'utilisent en saisissant les tribunaux. Les animaux n'ont pas cette faculté, ils ont besoin d'une voix qui fasse entendre leurs intérêts.

A propos, le mot "euthanasie" est inapproprié et enjolive la réalité. Il s'agit d'exécutions. L'euthanasie est la mort demandée par ceux qui la subiront - ce n'est pas le cas ici.

Quant à la notion d'un "permis de détention", elle parait bien bureaucratique. Une fois de plus des faits divers qui font peur inspirent des demandes de contrôle étatique. Chacun doit rester responsable de ses actes: s'ils sont inappropriés, ils peuvent déboucher sur une procédure contradictoire avec garanties démocratiques.

Enfin, ce n'est pas parce qu'on peut agir en amont qu'il faut négliger l'aval. Là-dessus, l'argumentation des opposants à l'initiative est très pauvre.

Bien à vous.

Écrit par : ShereKhan | 13/02/2010

"Ils bénéficient depuis 1992 d'un avocat pour les animaux, il coûte huitante mille francs au Canton..."

Si c'est par année, c'est la preuve qu'il ne sert à rien. Six mille six cent soixante-six francs et soixante-sept centimes par mois, c'est le salaire d'une secrétaire, charges non comprises, et quelques frais de port et de téléphone...

"Chacun doit rester responsable de ses actes: s'ils sont inappropriés, ils peuvent déboucher sur une procédure contradictoire avec garanties démocratiques."

Et ça lui fait une belle... gueule, surtout les garanties démocratiques, à celle ou à celui qui est défiguré(e) à vie.

Écrit par : Scipion | 13/02/2010

Scipion, si vous payez votre secrétaire 80,000 francs, très bien pour elle. En attendant cet avocat ne coûte que 8 centimes par an au contribuable, et la défense des animaux est mieux assurée.

Sur le second point, on ne peut extrapoler à partir de quelques faits divers. Ce n'est d'ailleurs pas là un point qui fait partie du débat.

Écrit par : ShereKhan | 13/02/2010

"Scipion, si vous payez votre secrétaire 80,000 francs, très bien pour elle..."

Pas la mienne, celle de l'avocat, qui doit être bi- ou trilingue, outre quelques notions de turc et de serbo-croate. Et je formule ma remarque autrement, sous forme de question :

- Avec un avocat, on a droit à quoi pour six mille six cent soixante-six francs et soixante-sept* centimes par mois ?

* arrondi au centime supérieur, pour être bien précis.

Écrit par : Scipion | 13/02/2010

Peu importe. Cet avocat ne fait peut-être pas que cela. L'initiative prévoit d'ailleurs qu'il s'agit plus d'un "Anwalt", ce qui est plus large qu'un avocat, et inclut différentes formes possibles de défenseurs.

Écrit par : ShereKhan | 13/02/2010

M. Singer, je ne demande qu'à vous croire lorsque vous dites que "la loi s'applique uniquement aux vertébrés élevés". Malheureusement, je ne trouve aucune mention de cette distinction dans la constitution fédérale suisse, et encore moins dans le texte de l'initiative. Pouvez-vous m'éclairer sur ce point? Merci.

Écrit par : Nicolas | 13/02/2010

Bonjour Nicolas,
La Constitution suisse précise à l'art 80 (que l'initiative propose de compléter par les alinéas 4 et 5 soumis au vote):
Art. 80 Protection des animaux
1 La Confédération légifère sur la protection des animaux.
2 Elle règle en particulier:
a.la garde des animaux et la manière de les traiter;
b.l’expérimentation animale et les atteintes à l’intégrité d’animaux vivants;
c.l’utilisation d’animaux;
d.l’importation d’animaux et de produits d’origine animale;
e.le commerce et le transport d’animaux;
f.l’abattage des animaux.
3 L’exécution des dispositions fédérales incombe aux cantons dans la mesure où elle n’est pas réservée à la Confédération par la loi.
(l'Initiative propose d'ajouter les al.4 et 5)

Et la Loi fédérale sur la protection des animaux (LPA)
du 16 décembre 2005 (Etat le 1.9.2008), précise
vu les art. 80, al. 1 et 2, et 120, al. 2, de la Constitution1, vu le message du Conseil fédéral du 9 décembre 2002:
Chapitre 1 Généralités
Art. 1 But...
Art. 2 Champ d’application
1 La présente loi s’applique aux vertébrés. Le Conseil fédéral détermine à quels invertébrés elle s’applique et dans quelle mesure. Il s’appuie à cet égard sur les résultats de la recherche scientifique menée sur les capacités sensitives de ces derniers...

Donc en consultant Constitution et loi, on voit clairement que les alinéas que l'initiative propose d'ajouter s'appliquent aux vertébrés, en relation avec leurs capacités sensitives.

Écrit par : Christian van Singer | 13/02/2010

Comme Scipion, je constate que si l'avocat des animaux ne coûte que Fr. 80'000.- par année, c'est soit parce que cet avocat n'a rien à faire et travaille chez lui, ou plus probablement parce qu'on oublie de comptabiliser bon nombre de frais. Notamment:
- la location de son bureau,
- le salaire de sa secrétaire,
- les frais annexes (liés aux déplacements et repas inévitables),
- les charges salariales,
- les frais d'instructions,
- les frais d'expertises,
- la location du tribunal pour les procès,
- les honoraires des juges, instructeurs, et autres personnes, pour les procès,
- les frais de garde des animaux en attendant leur replacement,
- etc...
donc cette initiative a un coût et comme le budget des collectivités publiques est limité, il est opportun de se demander si cette somme ne serait pas mieux placée ailleurs, dans l'intérêt des animaux.
.
Quand on pense aux tergiversations interminables - et coûteuses elles aussi - pour ne pas légiférer contre les chiens dangereux, ou de façon si peu convaincante, au niveau fédéral, on se doit de refuser cette initiative inapropriée.
.
@Sherekhan,
euthanasie ou exécution, c'est comme vous voudrez. Mais je refuse de m'appitoyer sur le sort d'un chien qui a gravement mutilé ou tué une victime et qui pourrait récidiver s'il était remis en circulation.
Le sort des victimes enfants (le plus souvent) m'importe davantage.
.
Quant aux permis de détention, ou surtout une mesure d'interdiction pour les races dangereuses, cela me semble nettement moins bureaucratique, et surtout plus efficace, puisque préventif, que des procédures judiciaires qui mettent en branle les tribunaux et tout le tintouin des hommes en robe.
.
Regardez Lausanne, qui vient d'engager un enquêteur canin, pour vérifier que les molosses sont bien déclarés et que les propriétaires sont correctement autorisés.
.
Si les molosses étaient interdits, il ne serait pas nécessaire de les controller. Les contrevenants seraient vite repérés par n'importe quel policier, ou dénoncé par le premier passant.
Les propriétaires illicites ne passeraient pas deux jours dans la rue sans être poursuivis. Leur nombre seraient très vite limité et les victimes moins nombreuses.
De plus en considérant que les propriétaires de molosses dangereux maltraitent leur chien plus souvent que les autres, on compterait moins de molosses maltraités.

Écrit par : Bellerive | 13/02/2010

En Nouvelle Zélande on a crée un droit des animaux et tuer un primate devrait être puni comme un homicide.
Beaucoup d'interventions anthropocentriques ici chez les intervenants . Toujours l'homme sur un pied d'estale , cette sale bête la plus immonde de la création. Inutile de rappeler toutes les horreurs que l'on a faites ce serait trop long!.

Oui on ferait bien de manger un peu moins de viande qui nous rend malade origine de nombreux cancers et des crises de goutte et cela ferait de la place pour cultiver ce que les pâturages ne permettent pas et cela éviterait de traiter comme des déportés de camps de concentration les élevages concentrationnaire en batterie où là au contraire on gave au lieu d'affamer!

Écrit par : hervé | 13/02/2010

"...cette sale bête la plus immonde de la création."

Immonde toi-même, primate ! Cette sale bête a construit l'Acropole; elle a manufacturé le cratère de Vix; elle a peint le "Retour de la chasse"; elle a sculpté la Pietà; elle a composé la Symphonie Héroïque; elle a écrit "Le Voyage au bout de la nuit"; elle a réalisé "Qu'elle était verte ma vallée"; elle est allée dans la lune et, aujourd'hui, elle te dit merde :o)

Écrit par : Scipion | 13/02/2010

: Christian van Singer


J'aime les animaux, j'ai grandi avec des chiens, chats, canard... mais je trouve cette initiative exagérée. Je pense qu'il suffit d'instaurer des lois strictes car je ne sais pas comment va faire un avocat afin d'interpréter les miaulements ou aboiements d'une bête.

Écrit par : la Franchise | 13/02/2010

Bellerive, vous projetez beaucoup. Ce ne sont pas les molosses qui sont responsables, mais ceux qui les ont sélectionnés, produits et dressés - c'est-à-dire nous-mêmes. Il ne s'agit pas s'apitoyer sur quiconque. Reste que je ne suis pas de ceux qui veulent interdire dès qu'il y a un problème, ni mettre un policier derrière chaque citoyen. Quant au coût de l'avocat, c'est la première fois que j'entends dire qu'il faut compter les salaires des juges dans sa rémunération. Si à chaque fois qu'on crée un emploi public, il fallait inclure comptabiliser dans son coût le temps passé par ses collègues à collaborer avec lui...on n'en sortirait pas. Pour le reste, je ne suis pas en désaccord avec Hervé.

Écrit par : ShereKhan | 13/02/2010

Franchise, il ne s'agit pas de retourner aux procès du Moyen Age. Ce sont bien des êtres humains qui seront poursuivis par d'autres êtres humains, sur la base de la loi. Le but de l'initiative, c'est que la loi soit plus strictement appliquée.

Écrit par : ShereKhan | 13/02/2010

ShereKhan,
S'il n'y avait plus de molosses, il n'y aurait plus de sélectionneurs, d'éleveurs et de propriétaires de molosses. Ils s'occuperatient d'autres races de chiens.
Pour les amoureux des bêtes, il existe bien d'autres animaux, d'ailleurs plus naturels, puisque non sélectionnés ou façonnés génétiquement par l'homme.
Si tous ces fanatiques des molosses reportaient leur amour sur des animaux moins dangereux que les molosses, il y aurait moins de victimes innocentes.
.
Et pour hervé, je ne crois pas qu'une personne qui haït ses semblables soit capable d'aimer les animaux. Tous les deux (êtres humains et bêtes) appartiennent au règne animal. Qui respecte la vie, respecte les deux.
.
Mais quand j'observe les associations de défense des molosses, je ne reconnais pas dans leurs actions, le respect de la vie des enfants d'autrui. Ils ne sont pas prêts à de vrais concessions pour la sécurité publique.

Écrit par : Bellerive | 13/02/2010

"S'il n'y avait plus de molosses..."

...les complexés trouveraient autre chose pour se mettre en valeur, je ne me fais pas de soucis pour eux.

Ce qu'il y a de fâcheux dans cette affaire, c'est que tout le monde sait que l'interdiction tombera un jour, et que ce sera après le drame tragique "de trop". Et malgré cela, on raisonne, on ratiocine, on attend...

Écrit par : Scipion | 14/02/2010

A lire également sur le sujet, les pages 704 à 712 du Teletext, où le président des vétérinaires cantonaux s'exprime pour dire pourquoi il votera NON à cette initiative parce qu'elle est innapropriée et qu'il y a mieux à faire pour la protection des animaux.
.
En fait avec la nouvelle législation, cette initiative aurait dû être retirée, parce qu'elle n'apporte rien de plus, sinon des complications d'application, et des effets collatéraux nuisibles.

Écrit par : Bellerive | 14/02/2010

La sauvagerie commence aussi par les mauvaises habitudes comme la castration et autres mutilations !

Écrit par : corto | 14/02/2010

La plupart des vétérinaires ne partagent pas l'avis du président des vétérinaires cantonaux. Apparemment, ce Monsieur veut sauvegarder les prérogatives de sa corporation, mais il admet ne pas connaître la situation zurichoise.
En réalité dans les nombreux cas où la peine infligée à des personnes qui ont maltraité voire torturé des animaux est insignifiante, il faudrait que le vétérinaire cantonal puisse avoir accès au dossier, recourir, mais les lois ne le permettent pas. Seul un avocat des animaux, institué en cas d'acceptation de cette initiative, serait habilité à le faire.
Plusieurs bloggueurs s'étonnent du coût très bas de l'avocat des animaux zurichois.
C'est dû à la fois aux tarifs appliqués qui ne sont pas excessifs, qu'au nombre de cas relativement faible: 190 en 2008. Mais dans le Canton de Vaud, où il n'y a pas d'avocat des animaux, il n'y a eu que deux cas. La nouvelle loi n'y est pas appliquée correctement. Un OUI à l'initiative s'impose!

Écrit par : Christian van Singer | 14/02/2010

A Scipion @ Vous vous sentez concerné par l'ignominie pour être si en colère?!!! Il n'y a que la vérité qui blesse!!

La grossièreté n'a jamais été un argument dans les débats. C'est un peu facile d'invectiver l’autre sous le couvert de l'anonymat. On en profite par lâcheté et manque de courage.
Oui je confirme que l'homme a un aspect immonde avec les animaux et ses semblables. Il suffit de voir comme on traite les animaux élevés en batterie, comment les chinois dépècent les chiens et chats vivants comment on a enmerdé les bêtes de sommes pendant des siècles comment on les traite de façon ignominieuse dans les laboratoires de recherche. Et avec ses semblables vous voulez que je vous rappelle quelques souvenirs que vous semblez ignorer! Les massacres des populations entières femmes et enfants compris des villes prises après un sièges , les abominations des nazis , des communistes , de Pol Pot , de Mao. Le génocide du Rwanada : 600000 tutsis découpés à la machette en 3 mois un record et les autodafés les supplices cruelles et raffinés du Moyen Age etc … !!
On pourrait remplir des pages entières des faits ignobles de l'homme que jamais aucun animal n'a commis




Non c'est la conscience universelle de la morale qui vous dit merde.
Et puis je n'ai pas gardé les cochons avec vous pour me tutoyer.Vous étes un malotru.

HERVE

Écrit par : hervé | 14/02/2010

A Bellerive@
Il n'ai pas question de hair l'homme il est question de constater une vérité qui crève les yeux . L'homme au cours de l'histoire sans doute par bêtise c'est comporté de façon immonde et en particulier avec les animaux. Tout le monde le sait et veut l'oublier sur le moment. Ce n'est parce que maintenant les choses vont assez bien en Europe qu'il n'y a plus d'exactions maléfiques de par le monde. On dit bien l'homme est un loup pour l'homme et il faut toujours s'en méfier ; la bête scélérate est toujours prète à ressurgir. Il suffirait d'un écroulement de l'économie mondiale comme cela a failli arrivé en 2008 pour que des comportements hostiles et agressifs resurgissent. L'homme ne changera jamais ce sont les intitutions,les lois, l'amélioration des régléments, le respect de la morale qui changent et qui protègent les hommes de leurs dérives natuelles pernicieuses.
Bien sur que certains esprits éclairés sont capables d'insufler leur génie et montrer l'exemple pour rendre les gens capable du meilleur. Mais il faut reconnaitre que les hommes et ça continuent se sont conduit d'une façon lamentable avec les animaux!

Écrit par : hervé | 14/02/2010

Un avocat pour animaux, c'est la porte ouverte à toute les plaintes pour des prétextes futiles.
.
Exemple: dans un immeuble, un locataire est importuné par les aboiements du chien du voisin. Un coup de fil à l'avocat en décrivant des sorties du chien trop rares, une maigreur supposée, un abandon de quelques minutes dans la voiture au soleil, peu importe la raison. Quand on veut noyer le chien du voisin, on l'accuse de la rage.
.
A l'avocat d'enquêter pour rien, d'établir la vérité au frais du contriuable.
.
Pendant ce temps, les vraies victimes de maltraitance peuvent mourir incognito, et le propriétaire n'aura aucun mal à acquérir d'autres animaux en remplacement pour leur faire subir le même sort.
.
Votez NON à une mesure qui râte sa cible.

Écrit par : Bellerive | 14/02/2010

"Vous vous sentez concerné par l'ignominie pour être si en colère?!!! Il n'y a que la vérité qui blesse!!"

Nos échelles de valeurs respectives sont tellement éloignées l'une de l'autre qu'aucune de vos "vérités" ne parviendra jamais à me blesser.

"Et avec ses semblables vous voulez que je vous rappelle quelques souvenirs que vous semblez ignorer!"

Je n'ignore rien du tout. Je pense simplement que l'Inquisition et la chapelle Sixtine sont les deux faces de la même médaille, et ça ne me dérange pas qu'il en soit ainsi.

Toutes deux procèdent du même principe, une foi intransigeante, absolue et conquérante, et croire qu'on pourrait, un jour, avoir l'une sans l'autre, est une illusion d'utopiste.

Quant aux massacres du Rwanda, dois-je vous rappeler que c'est le très progressiste Mitterrand qui a laissé tomber dédaigneusement . "Un génocide dans ces pays-là, ce n'est pas trop important."

P.S. - Alors que chez nous, les chiens sont, sauf exceptions, bien traités, que pensez-vous des Chinois qui, dit-on, les battent avant de les tuer pour les cuisiner, parce que leur viande serait meilleure quand elle est gorgée d'adrénaline ?

Écrit par : Scipion | 14/02/2010

"une foi intransigeante, absolue et conquérante,"

Vos collègues de l'UDC savent que leur porte-parole bloggiste joue les Charles Martel de la blogosphère romande ?

Écrit par : Tapioca | 14/02/2010

"Un génocide dans ces pays-là, ce n'est pas trop important." Il ne disait pas que des conneries.

Écrit par : Géo | 14/02/2010

"...savent que leur porte-parole bloggiste joue les Charles Martel de la blogosphère romande ?"

Ah non, ce serait plutôt les Vlad Ţepeş :o)

P.S. - Avec moi, tu es sûr de toujours apprendre quelque chose :o)

Écrit par : Scipion | 14/02/2010

"Un génocide dans ces pays-là, ce n'est pas trop important." Il ne disait pas que des conneries."
Voir mon commentaire chez Hubler...

Écrit par : Géo | 14/02/2010

A Scipion @

Et bien vous êtes d'accord avec moi pour l'ignominie des hommes vis à vis des animaux puisque vous me citez les chinois et leurs chiens voilà au moins une de mes vérité qui semble vous toucher.
Et pour le Rwanda que ce soit Mitterand ou tartampion qui ait laché le morceau cela n'ôte rien une fois de plus à l'abomination qui s'est perpétré au Rwanda . l'important ce n'est pas Mitterand mais que les hommes soient capables et en plus des chrétiens de commettre de si horribles carnages au coup coup de 600000 humains, femmes et enfants compris en 3 mois de temps. Même des bonnes soeurs et des curées si étaient mis! Un record.
Jamais dans le règne animal on voit de telles choses . Franchement on ne peut pas conclure autrement que l'homme est un animal aliéné pour ne pas dire pire afin de ne pas heurter votre sensibilité!

Écrit par : hervé | 14/02/2010

"Et bien vous êtes d'accord avec moi pour l'ignominie des hommes..."

Ignominie ! ignominie ! Ce sont des choses qui existent et contre lesquelles nous sommes bien impuissants. La pitié stérile est très coûteuse en influx nerveux, occupons-nous donc de problèmes qui sont à notre portée, mais vraiment à notre portée.

Et quand on voit que le black sucker de la Maison Blanche lui-même, est incapable de fermer Guantanamo, ça nous oblige à bien choisir nos objectifs...

Écrit par : Scipion | 15/02/2010

Pour ma part mon chat m'a toujours dit que s'il ne peut être représenté par moi même, il prèfère ne pas avoir d'avocat. Il n'a absolument aucune confiance aux avocats et c'est lui qu'il me l'a dit et il a encore moins envie d'être représenté par une sous-espèce humaine qui prétend le comprendre (mon chat a horreur de ca)

Pas besoin d'avoir d'avocat exprès pour chat pour alourdit les amendes d'atrocité contre les animaux, il suffit de modifier les peines. Il veulent juste se donner une utilité de plus...

Car effectivement je trouve que certaine maltraitance sont très peu sévèrement punie. Et c'est cela qu'il faut améliorer, pas besoin de payer un avocat animaux.
Le plus marrant c'est que les amis des animaux se plaignent de vivre dans un monde où le pognon est rois mais eux y contribuent de la plus belle des manières. Je précise -> je n'ai pas dit qu'il ne faut pas protéger les animuax parce que ca coute cher, je dis qu'il y'a pas besoin d'avoir des avocats pour animaux pour alourdir les sanctions...
Bientot on sera inculpé à la même hauteur qu'un homicide involontaire si malheureusement un animal passe sous une voiture. Deja que c'est feja ridicule de condamner certain accident de la route (Oû ni l'alcool, ni la vitesse n'est l'origine de l'accident), alors d'être condamné pour avoir renverser un animal (quand cela n'est pas fait exprès..).

Enfin, comme d'habitude, les émotionnellement-instables le comprendront bien trop tard quand se seront eux même qui n'auraont pas pu éviter l'accident et que l'avocats des animaux, ils utilisent les animaux innocent pour satisfaire sont ardoise professionelle...

Écrit par : DdDnews | 15/02/2010

DdDnews nous donne un condensé des craintes infondées que cette initiative suscite, et de la méconnaissance de la situation actuelle.
DdDnews reconnaît que "certaines maltraitances sont très peu sévèrement punies", justement le rôle d'un avocat pour animaux "officiel" serait d'intervenir dans de tels cas, en consultant le dossier et déposant un recours. Les sociétés de protection des animaux et les vétérinaires constatent que malheureusement chaque année des centaines d'animaux sont victimes de maltraitances graves et volontaires, d'actes cruels, mais ils n'ont pas la "qualité pour agir" pour déposer un recours si la peine infligée est trop faible. C'est justement ce que fait à Zurich, un avocat spécialisé, mandaté à cet effet, et ce qui se passerait dans toute la Suisse en cas d'acceptation de l'initiative. L'expérience nous montre qu'il faut un avocat des animaux pour alourdir les sanctions en cas d'infractions graves, mais que les honnêtes citoyens, ne seraient absolument pas concernés. Les nombreux exemples absurdes donnés par les opposants à l'initiative (comme le cas d'un animal involontairement écrasé par une voiture donné par DdDnews) n'ont pas entraîné l'intervention de l'avocat des animaux à Zürich depuis 1992 et ne pourraient la susciter ailleurs en cas d'acceptation de l'initiative. Il faut le rappeler: avec ou sans initiative, la législation suisse ne permet pas que, comme dans les séries américaines, n'importe quel avocat en mal de mandats cherche à gagner de l'argent en suscitant des procès "pour satisfaire son ardoise professionnelle" comme le craint DdDnews.

Écrit par : Christian van Singer | 15/02/2010

Et c'est quand que nous pourrons ouvrir un compte bancaire pour chien ou chat ou etc....?
Moi je ne veux pas payer pour mon chat, il a besoin d'un avocat et bien il prendra sur son épargne retraite pour payer, moi j'assume le gîte, le couvert et les soins....c'est tout!

Écrit par : Corélande | 15/02/2010

Les victimes de chiens dangereux n'ont pas droit à un avocat d'office et doivent payer pour leur défense... Tandis que le chien dangereux aurait droit à un avocat d'office pour éviter l'euthanasie grâce à cette initiative... est sans fondement: ce cas ne relève pas de la protection des animaux, puisque c’est la personne mordue qui est lésée par le chien dangereux! Aucun avocat des animaux n'interviendrait dans ce contexte. C'est clairement indiqué dans le texte de l'initiative (al. 5)


En bref, le chien ne sera pas défendu pour avoir mordu, mais il se retournera contre son propriétaire, qui lui sera condamné. A quoi ? A lui verser des indemnités pour l'avoir maltraité ? Mais est-ce que cela va rendre le chien moins agressif ? Est-ce que lorsqu'il aura touché ses indemnités, il n'y aura plus aucun risque pour nos enfants lorsqu'il sera dans les parages ?

Cette initiative est ridicule et inutile. Les ver(t)s et les défenseurs des animaux feraient mieux de redéfinir leur sens des priorités et de s'occuper de nos soucis quotidiens (mais en ont-ils vraiment l'envie ?) plutôt que de perdre du temps, de l'énergie et de l'argent, pour des "problèmes" qui n'en sont pas !

Écrit par : Pavel | 15/02/2010

"Et c'est quand que nous pourrons ouvrir un compte bancaire pour chien ou chat ou etc....?"

Et nous marier, donc ? Les animaux de compagnie, c'est pareil que les conjoints d'homos il n'y a pas si longtemps* : ils ne peuvent pas avoir des nouvelles de leur maître(sse) hospitalisé(e) parce qu'ils ne sont pas de la famille et ils ne font pas automatiquement partie des héritiers non plus.

* Rares sont ceux qui ont compris que le mariage homosexuel et les pacs, ou assimilés, sont des conséquences directes de la pandémie de sida.

Écrit par : Scipion | 15/02/2010

@Pavel,
.
Très justement observé.
.
Autrement dit, les victimes de chiens dangereux sont actuellement tellement peu aidées, qu'elles seraient mieux défendues contre les mauvais propriétaires de chiens, grâce à un avocat des animaux !!!
.
C'est un argument très tordu qui plaide vigoureusement en faveur du rejet de cette initiative.

Écrit par : Bellerive | 15/02/2010

Finement observé Scipion. Toujours un argument juste et percutant.

Écrit par : Géo | 15/02/2010

Je vais clore ce débat. J'espère qu'une majorité de citoyennes et citoyens responsables voteront OUI à l'initiative « Contre les mauvais traitements envers les animaux et pour une meilleure protection juridique de ces derniers (Initiative pour l'institution d'un avocat de la protection des animaux) », mais constate que certains ne veulent pas admettre qu'instituer des avocats pour les animaux est nécessaire pour faire appliquer dans tous les cantons la loi sur les animaux et punir les actes de cruauté et de maltraitance volontaire envers les animaux!
Par ailleurs, je constate avec inquiétude, un peu comme Pavel, qu'il y a dix fois plus de commentaires lorsque je parle d'avocat pour les animaux, que lorsque je dénonce la baisse proposée du taux de conversion minimal = pillage des rentes.
J'espère vivement qu'un NON au vol des rentes sorte des urnes le 7 mars. Il en va des moyens que les ainés auront à disposition pour leurs vieux jours. Il faut que cesse le pillage des rentes organisés par certains assureurs!

Écrit par : Christian van Singer | 15/02/2010

Les commentaires sont fermés.