22/12/2009

Mühleberg : lamentable Monsieur Leuenberger !

Monsieur Leuenberger a décidé de lever la limitation dans le temps de l'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Mühleberg. Pour ce faire il s'est fondé, selon le communiqué du DETEC, sur le rapport de sécurité établi par l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) en 2007. Ce rapport n'a pas pris en considération :

  • L'agrandissement, qui s'est poursuivi, des fissures du coeur du réacteur nucléaire.
  • Les fissures des conduites permettant de refroidir par aspersion le réacteur en cas d'urgence, dont l'existence a été révélée en 2008.
  • Les inhomogénéités de la cuve de pression du réacteur, découvertes lors de la dernière révision annuelle.
  • La corrosion-fissuration du tuyau de vidange principal, dont on va mesurer l'importance.
  • Les faiblesses de Mühleberg en cas de séisme...

On sait en outre que l'IFSN se compose de personnes foncièrement favorables au nucléaire. On peut craindre que même en cas de risque important de tCHernobyl à Mühleberg, l'IFSN ne proposerait pas la fermeture de la centrale.

On peut aussi craindre que cette autorisation conforte les électriciens suisses dans leur choix néfaste d'investir prioritairement dans des centrales nucléaires. Les mêmes sommes investies dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique assureraient pourtant plus d'énergie et créeraient au moins dix fois plus d'emplois. Et cela sans les risques et les déchets du nucléaire.

NON NUC.jpg Les intérêts financiers des exploitants de Mühleberg ne devraient pas être prioritaires. Monsieur Leuenberger aurait pu, et dû, s'appuyer sur le vote très clair des Vaudois, sur le NON de Fribourg, de Neuchâtel, de Genève, de la ville de Berne et de l'Autriche, alors que seules les autorités du Canton de Berne, pour des raisons financières, et de Soleure, s'étaient montrées favorables à l'octroi d'une autorisation illimitée.
Il est lamentable que Monsieur Leuenberger, se réfugiant derrière des considérations juridiques, n'assume pas ses responsabilités politiques. S'il a fait ce choix pour se conformer aux décisions de la majorité conservatrice du Conseil fédéral, il devrait au moins le dire.

J'étudie avec mes collègues de la députation verte à Berne, du comité « www.muhleberg-illimite-non.ch » et de « l' Alliance NON au Nucléaire », les mesures politiques et/ou juridiques à prendre.

Commentaires

"On sait en outre que l'IFSN se compose de personnes foncièrement favorables au nucléaire. On peut craindre que même en cas de risque important de tCHernobyl à Mühleberg, l'IFSN ne proposerait pas la fermeture de la centrale."

On sait à combien de milliers de kilomètres de Mühleberg sont domiciliées ces "personnes foncièrement favorables au nucléaire" et leurs familles ?

Écrit par : Scipion | 22/12/2009

Monsieur van Singer,

Désolé!
Mais vous ne pouvez dire d'un hommme qu'il est lamentable si celui-ci, au lieu de l'avion, il prend un train pour Copenhague!

... Et puis, de nos jours, niveau réaction venant du coeur , des filles sûres, ça n'existe plus!

Écrit par : Père Siffleur | 22/12/2009

Monsieur Leuenberger a surtout pu s'appuyer sur le OUI de l'exécutif cantonal bernois, un gouvernement à majorité PS-Verts. Ca n'est pas moins scandaleux que la décision elle-même.

Écrit par : Julien Sansonnens | 22/12/2009

Monsieur Sansonnens,

Voilà! Là, vous faites votre boulot! C'est très bien!

Une seule remarque: vous avez pu le faire sans entrave parce qu'il n'y a certainement pas de POPiste dans ce gouvernement bernois. Je reste donc avec ma conviction: le POP n'a absolument rien à faire dans un exécutif!... C'est d'ailleurs ce qui perd les Verts aussi! L'exemple de notre Syndic (le mieux payé de Suisse) en reste l'exemple le plus probant! Après lui, comment pouvoir croire Monsieur van Singer et le double language de son parti où il ne s'agit plus que de:

"faites comme nous disons, mais en aucun cas comme nous faisons!"

L'environnement est quelque chose de par trop sérieux pour être laissé entre les mains des Verts!

Mais continuons d'aller voter!... puis fermons là, ils feront le reste!

Écrit par : Père Siffleur | 22/12/2009

"On sait en outre que l'IFSN se compose de personnes foncièrement favorables au nucléaire. On peut craindre que même en cas de risque important de tCHernobyl à Mühleberg, l'IFSN ne proposerait pas la fermeture de la centrale."

Les centrales nucléaires en Suisse comme en occident en général ,sont pourvu d'enceinte de confinement qui empêchent en cas d'accident types Tchernobyle de laisser s' échapper une pollution radioactive . Tchernobyle justement ne possédait par d'enceinte de confinement .

D.J

Écrit par : D.J | 22/12/2009

"Et puis, de nos jours, niveau réaction venant du coeur , des filles sûres, ça n'existe plus"!

Ahahah c'est trop drôle, j'ai dû m'imposer cette lecture pour comprendre :-))))

Très Joyeux Noël
Blanc Père Siffleur.
Que la veillée soit belle
brillante de tant de lueurs
......d'esprit!....Merci!

Écrit par : Corélande | 22/12/2009

Si seulement D.J. avait raison.
Malheureusement les enceintes des centrales suisses ne résisteraient ni à un accident majeur - et plusieurs enchainements de pannes, différentes qu'à Tchernobyl, peuvent y conduire - ni à un attentat du type 11 septembre.
L'administration fédérale, office de la protection civile, a évalué dans un rapport officiel les conséquences possibles: 100 000 personnes irradiées, la moitié du pays contaminée, à évacuer, plus de 4000 milliards de francs de dégâts...
On comprend que la Berne officielle préfère oublier ce rapport et laisser les citoyen-nes dans l'ignorance.
C'est indispensable pour poursuivre l'exploitation des poules aux oeufs d'or (radioactifs) que sont les centrales nucléaires amorties.

Et merci à Père siffleur pour son jeu de mots.

Écrit par : Christian van Singer | 22/12/2009

"Malheureusement les enceintes des centrales suisses ne résisteraient ni à un accident majeur - et plusieurs enchainements de pannes, différentes qu'à Tchernobyl, peuvent y conduire - ni à un attentat du type 11 septembre."

Vous en savez quoi ? il n'y a jamais en d'accident grave type Tchernobyle en Suisse et personne n'oserait faire un test grandeur nature .Par contre la central américaine Tree miles island fut victime d'un tel accident . Les dégats furent minimes.
On est loin de ceux de la centrale ukrainienne et cela grâce à son enceinte de confinement .

Quand au rapport officiel sur un accident de grande ampleur en Suisse , il s'agit tout simplement de l'honnêteté des autorités que le risque zéro n'existe pas . Reste qu'en Suisse ou en occident , le nucléaire peut se venter par à port à n'importe quelles industries de n'avoir à comptabiliser un nombres de mort par accident sur les doigts d'une main .

Le risque d'attentats type 11 septembre est réel , mais l'efficacité n'est pas garanti . Il est certainement plus facile pour les terroristes d'utiliser des bombes radiologiques artisanales .Supprimer le nucléaire civil ne vas pas empêcher ce risque .

D.J

Écrit par : D.J | 22/12/2009

Leuenberger il est pas de gauche? Comme les Verts suisse (Vert de gris) ils sont maqués, dans les conseils d'administrations des centrales nucléaires et autres!

Jetons de présences obliges, alors on ferme les yeux, et on remplit son compte en banque!

Le problème c'est que les citoyens dit de gauche ont votés pour ses imposteurs cupides, alors allez y retrouver vos petits!

Écrit par : dominiquedegoumois | 22/12/2009

Demain on sera tous radioactifs donc lumineux, donc plus besoin de lumière la nuit, donc économie d'énergie, donc écolos! OUF!

Écrit par : dominiquedegoumois | 22/12/2009

Monsieur Sansonnance m'a censuré sur son blog l'autre jour, parce que je critiquais l'ensemble des partis politiques, de gauche et de droite!
Crime de lèse majesté donc!

La gauche suisse n'est pas plus démocratique que la droite!

La gauche suisse est Sarko-Berlusconnienne et la droite Berlu-Sarcosienne, avec ça tout est dit!

C'est sympa tout le boxon qu'on va laisser dernière nous, parceque dans 4000 ans, ça sera toujours radioactifs nos bidules et nos machins, c'est vraiment irresponsable et criminel!

Enfin Leuenberger sera réincarné en âne, et on le laissera dans un prés juste à côté de Mullenberg!

Les jeunes au chômage devront sortir dans la rue pour montrer qu'ils n'en peuvent plus!

Écrit par : dominiquedegoumois | 22/12/2009

Les Verts suisses sont des imposteurs, je l'ai écrit sur leurs blog, il faut absolument faire quelque chose!

Je vais écrire à Europe Écologie, nous devons dénoncer ce danger, et cette politique qui n'a rien d'écologique!

Je constate en plus que les Verts suisses ne font rien, ils ne prennent position sur rien, la vente des terres arables des pays pauvres par exemple (Land Grabbing), c'est inaccepteble!

Dans la poche le pognon!
Et puis rien dans le citron!

Écrit par : dominiquedegoumois | 22/12/2009

A l'att. de dominiquedegoumois.
Représentant les Verts dans la Commission du Conseil national de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie, je peux constater que ce sont de nombreux parlementaires des partis bourgeois qui siègent dans les conseils d'administration de centrales nucléaires et compagnies d'électricité et défendent avec acharnement le nucléaire.
Quelques élus Verts ou Socialistes représentent des collectivités locales dans des Conseils d'administration des entreprises électriques et en général s'engagent efficacement pour le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique.
Si vous suiviez plus précisément la vie politique, les votes des uns et des autres, vous constateriez que les positions des élus des différents partis sont malheureusement fort différentes dans le domaine de l'énergie comme dans d'autres domaines. Je dis malheureusement car je suis convaincu que la défense de l'environnement et de la qualité de vie, ça devrait être l'affaire de tous.
C'est trop rarement le cas.

Écrit par : Christian van Singer | 22/12/2009

"...la vente des terres arables des pays pauvres par exemple (Land Grabbing), c'est inaccepteble!"

Inacceptable pourquoi ? Si les gens de là-bas ne les exploitent pas, c'est quand même mieux qu'elles servent à quelqu'un, non ? C'est comme toutes ces richesses naturelles dont les Africains n'ont pas l'usage et que, paraît-il, on leur vole...

Écrit par : Scipion | 22/12/2009

«Mais vous ne pouvez dire d'un hommme qu'il est lamentable si celui-ci, au lieu de l'avion, il prend un train pour Copenhague!»

C'est sûr qu'un siège passager sur Easyjet ça induit davantage de pollution, qu'un train spécial avec quatre wagons supplémentaires pour prendre sa Cour avec soi...

... et surtout que le flop de Copenhague était cousu de fil blanc, comme le sera celui de Mexico, puis celui de Rio, puis de Ouagadougou, puis de Naples, puis d'Athènes, puis de Durban... on peut en rajouter à perpète si l'on veut !

Écrit par : petard | 23/12/2009

Ne pas être pour le nucléaire est une atitude irrésponsable car par quoi remplacer le nucléaire? Il ne faut pas ^étre enfantin ,les solutions de l'énergie durables éoliennes panneaux solaires ne seront jamais assez suffisant pour contenter la demande de l'industrie en éléctricité. C'est peut être valable ponctuellement pour les maisons individuelles encore que l'amortissement de telles installation est souvent prohibitif. Il reste alors les centrales au charbon mais gare alors au dégagement de co2! L'hydraulique étant désormais complètement saturép tous les sites possibles d'installation de barrages étant occupé donc conclusion seul le nucléaire est encore possible si l'on ne veut pas voir de plus en plus de déléstages et encore l'uranium n'est pas inépuisable le grand espoir est la fussion nucléaire que l'on tente de créer près de marseille dans la centrale en construction appelée ITER

Louis HERVE

Écrit par : hervé | 23/12/2009

"Ne pas être pour le nucléaire est une attitude irresponsable car par quoi remplacer le nucléaire?"

Ne pas être pour le nucléaire, c'est d'abord du bon sens (1.problème - presque éternel - des déchets, 2.risques d'accident). Et puis "ne pas être pour" n'empêche pas d'être pragmatique (utiliser aujourd'hui 40% d'electricité provenant du nucléaire) et de penser à comment faire demain pour avoir une électricité plus propre.

"Il ne faut pas étre enfantin": vous avez raison: http://www.dailymotion.com/video/xaxnau_didier-super-chante-les-enfants_fun

"les solutions de l'énergie durables éoliennes panneaux solaires ne seront jamais assez suffisant pour contenter la demande de l'industrie en éléctricité": vous le savez comment ça ? Vous êtes voyant-ultra-lucide ? Vous venez du futur, c'est ça ? ;)

Écrit par : Fufus | 23/12/2009

Intéressante réflexion. L'erreur du "développement durable" est qu'il n'envisage en aucun cas une réduction des besoins, ni de s'attaquer aux besoins totalement artificiels. Je ne peux m'empêcher de livrer aux lecteurs de ce blog un exemple magistral de ce qu'est le "développement durable".

Une commune (je tairai son nom) s'enorgueillit d'oeuvrer pour notre planète bleue en plantant prochainement une vingtaine d'éoliennes sur son sol. Magnifique. Voici des gens avisés, "verts", dans le vent, quoi... Or la même commune a installé il y a quelques années un autre type d'infrastructures: des canons à neige pour assurer son "développement" (pas durable, mais bon, c'est un détail). Comme il n'y a pas de réserve d'eau sur place, ladite commune pompe l'eau du lac sis en Plaine, environ 1000 m plus bas. Elle refroidit ensuite cette eau avant d'en asperger ses pistes...
L'opération, comme vous vous en doutez, est assez onéreuse en énergie: l'eau, elle a de la peine à monter la pente toute seule!

C'est assez drôle, je trouve. Et cela illustre parfaitement ce qu'est le développement durable: de la poudre aux yeux pour naïfs qui refusent de remettre en question le "confort" artificiel et insensé qui caractérise notre société mais qui souhaitent quand même avoir bonne conscience. On skie quand il neige, c'est tout. Sinon, on peut courir, faire du vélo ou de la danse de salon. Cette option là, que certains appellent "décroissance" est nettement plus sensée de mon point de vue. Et on est d'accord: moins de ski, ce n'est quand même pas le retour à l'âge de pierre. Si? Il est dommage, très dommage que les verts de ce pays se situent essentiellement dans le paradigme du développement durable, car il ne s'agit de rien d'autre que de faire "durer" la logique d'un développement qui commence à sérieusement montrer ses limites.

Écrit par : Anne | 23/12/2009

Anne@ Vous dites beaucoup de choses sensées. Cependant, si l'on parle de croissance et décroissance économique, il faudrait aussi aborder la question de la croissance démographique. Deux jeunes et courageux députés verts s'y sont risqué, vous avez certainement lu comme moi le flot d'insultes qui leur est tombé dessus. De la part surtout des socialistes, me direz-vous, trop heureux de pouvoir balancer un gros de bâton conformiste dans les jambes de leurs alliés qui leur piquent de plus en plus de voix. Cependant, en une année ou deux, la Suisse a vu sa population grossir de 500'000 personnes. Cela ne reste pas sans influence sur l'économie et sa croissance nécessaire. Comme Hervé, je pense qu'il serait illusoire de renoncer au nucléaire à court et moyen terme, ce qui ne signifie pas qu'il faut renoncer à s'attaquer aux gisements d'énergie gaspillée...
Sauf que dans votre exemple, il sera difficile de trouver un accord dans la population, et que cette situation va se répéter ailleurs...

PS. Laissez par pitié l'expression "oeuvrer pour notre planète bleue" aux primitifs qui confondent l'humanité et la planète sur laquelle elle vit. Celle-ci ne s'apercevra même pas de notre absence...

Écrit par : Géo | 23/12/2009

A Futus@

Il ne suffit pas de s'énerver d'être véhément pour avoir raison non il faut réfléchir et avoir des arguments cohérent et non croire de façon aveugle et souffler dans la même corne que le consensus général du moment sans esprit critique.

Une éolienne moyenne a une puissance de entre 500et 600 KW, une centre nucléaire présente en moyenne 1500MW (millions de watts) si on ramène tout à l'unité donc le watt pour remplacer une centrale nucléaire il faut donc 2500 éoliennes. Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'immensité de champ éolien que cela représente mais c'est absolument insensé d'abord pour la dénaturation de l'environnement, le bruit et surtout c'est une énergie intermittente. En moyenne une éolienne tourne 1/3 de l'année car attention quand il y a trop de vent elles sont à l'arrêt c'est ce que j'ai vu en Espagne quand j'allais à Saint Jacques de Compostelle à pied en octobre nous avions un fort vent de l'est glacial et bien durant les 15 jours de ma marche je n'ai pas une fois vu les forêts d'éoliennes d’Espagne tourner, trop de vent!! (toutes les données que j’avance se retrouvent dans les sites scientifiques et manuels)
D’ailleurs les gouvernements ne s’y trompent pas. En France on est entrain de construire deux centrales nucléaire de troisième génération. Pourquoi s’amuser à faire cela si c’était si simple avec les éoliennes et inutile de ramener le lobby des nucléaires on peut tout aussi bien accuser le lobby des éoliens.
Je ne dis pas que tout est parfait avec le nucléaire loin de là mais si vous ne voulez pas avoir de coupure de courant l’hiver ne comptez surtout pas sur les éoliennes. C’est là où du coup tous les petits bourgeois nantis écologistes d’Europe hurleraient parce que pas de courant et froid glacial chez eux. Non il faut être complètement irresponsable pour tabler tout sur les énergies renouvelables. Heureusement les politiques ne s’y trompent pas.


Louis HERVE

Écrit par : hervé | 23/12/2009

"Cette option là, que certains appellent "décroissance" est nettement plus sensée de mon point de vue. Et on est d'accord: moins de ski, ce n'est quand même pas le retour à l'âge de pierre. Si?"

Non, non. Juste à la fin du XIXe siècle, quand les riches oisifs étaient seuls à pouvoir se rendre dans les stations, en fonction de l'enneigement plutôt que des contraintes du calendrier.

Ceux d'aujourd'hui ne demanderaient peut-être pas mieux que d'être débarrasser de la triviale promiscuité inhérente aux bénéficiaires des congés-payés.

Écrit par : Scipion | 23/12/2009

Bien vu, Louis Hervé. Le problème, c'est que beaucoup de gens qui prêchent l'éolien n'envisagent pas cela comme une machine, mais comme une sorte de totem, un truc magique qu'il suffirait juste de poser pour que tout soit résolu. C'est un peu caricatural, mais malheureusement, souvent vrai. Comment comptez-vous gérer l'intermittence? Comptez-vous construire des centrales à flamme? Quel part effective de la production est utilisée par le consommateur? Sur quelle durée de vent sont basés les projections de production, etc.
Aucune réponse. En général, ils bottent en touche et rétorquent que nous préférons les déchets nucléaires. Et bien non, pas du tout. C'est tout de même étrange que le débat soit si peu technique, alors que l'on parle juste de machines. En fait, les rapports un tant soit peu techniques sur l'éolien n'intéressent personne, surtout pas ceux qui en font l'apologie.

Écrit par : Anne | 23/12/2009

@Louis Hervé

Pour en venir directement aux arguments, celui de la dénaturation de l'environnement me fait sourire. Quand bien même il faudrait 1000 éoliennes* pour remplacer une centrale nucléaire, les effets sur la nature sont dans un cas bénins et superficiel, dans l'autre durables et profonds. Vous confondez dénaturation de l'environnement lui-même et perception de dénaturation de l'environnement pour le plaisir de vos yeux non-habitués aux éoliennes.

Quant au bruit: effectivement, ça fait un peu de bruit. Bientôt sûrement un peu moins. Pareil pour le stockage de l'énergie: des innovations arriveront bientôt à maturité dans le domaine avec l'accumulateur à air comprimé notamment.

*: on notera que pour remplacer Mühleberg en terme de production annuelle (2867GWh), il faudrait 667 éoliennes comme celles de RhônEole à Collonges (4,3GWh).

Écrit par : Fufus | 24/12/2009

Hervé@ "à Saint Jacques de Compostelle à pied en octobre"
Marrant, je vous ai peut-être dépassé à vélo. Sauf que je n'ai pas pris le col du Perdon (celui des éoliennes près de Pamplona), mais celui de l'Etxauri juste à côté...
Mes excuses pour le HS au tenant du blog...

Écrit par : Géo | 24/12/2009

"Le 22 décembre 2009, l'éolienne Mont d'Ottan mise en service le 16 mai 2008 à Martigny a franchit le seuil des 5 mio de kWh produit (prod. annuelle). Un résultat très satisfaisant pour l'éolienne décorée d'un Watt d'Or le 8 janvier de cette année !"
http://www.rhoneole.ch

Écrit par : Alain Hubler | 24/12/2009

A Futus@

D'accord que les éoliennes ne font pas beaucoup de bruit si l'oreille est celle d'un touriste mais si vous avez une éolienne à côté de chez fou le problème devient obsédant surtout en été quand les fenêtres sont ouvertes.
J'ai connu un écologiste béton qui ne jurait que par les éoliennes, le jour où ils ont installé ces "paisibles machines" à coté de chez lui, cela a été un revirement à 180° et une détestation totale de ces engins!!!
Je ne vous souhaite pas de subir le même sort mais si vous habitez un beau chalet suisse il se peut à tout moment qu’il arrive, intérêt public oblige, que l'on monte ces dinosaures ailés sous votre nez et là l'enthousiasme écolo. va sacrément sombrer! Tout dépend où l’on habite.
a Geo@
J'étais dans le Meseta espagnole du 3 au 17 octobre avec un froid de canard le matin , oui j'ai vu beaucoup de VTT, on a sympathisé avec des vététistes allemands, on a rencontré une jolie suissesse qui faisait le pèlerinage toute seule depuis Genève et obligée de faire le retour à pied car plus de sou pour se payer le train!! Les filles sont tout de même gonflées actuellement.
"Mes excuses pour le HS...." je ne comprends pas. Des fois je suis bouché

Hervé

Écrit par : hervé | 24/12/2009

"à coté de chez fou" il faut lire a côté de chez vous . Toutes mes excuses!

Écrit par : hervé | 24/12/2009

Hervé@ HS, ce n'est pas "hors service", mais "hors sujet"...
Oui, les filles sont de plus en plus gonflées. C'est très bien, mais je n'aimerais pas être à la place de leurs parents...
Joyeux Noël à vous. Là où je suis, dans le pays qui faisait couvrir les ailerons des avions Swissair pour cacher la croix, il est interdit de le fêter. Soit dit en passant, cela m'est bien égal...

Écrit par : Géo | 24/12/2009

@Hervé

C'est clair que je n'aimerais pas trop devoir dormir avec un moulin à 5cm de l'oreille.. Je ne dis pas qu'il faut en planter partout sans réfléchir ni penser au problème du bruit. Il n'empêche que l'avantage de ce genre de nuisances est qu'il cesse immédiatement après l'arrêt de la machine, inversement à une centrale nucléaire. C'est facile de profiter aujourd'hui des avantages de quelque chose et de laisser les générations futures se démmerder avec les inconvénients.

Écrit par : Fufus | 25/12/2009

"Son potentiel d'extension [de l'énergie éolienne[ est désormais limité pour deux raisons : le faible régime des vents continental et le nombre restreint de sites appropriés (exposition, accès routier, liaison électrique, protection des paysages). A cet égard, l'objectif des autorités fédérales de multiplier par 10 la production éolienne indigène d'ici 2010 paraît peu réaliste."

Puis:

"Pour garantir la sécurité d'approvisionement dans notre pays, il faudrait en outre mettre à disposition de grande capacité d'énergie de réglage et de réserve dans des centrales à gaz et au charbon ainsi que dans des centrales de pompage-turbinage. Toutes ces mesures sont onéreuses et entraveraient encore davantage la compétitivité du courant éolien étranger face à l'énergie nucléaire suisse."

Un communiqué intitulé: "Oui à l'énergie éolienne, mais pas pour remplacer l'énergie nucléaire".

Qui a écrit cela? un comité d'opposants? de vieux c... propriétaires de chalet?... Non. Juvent, société exploitante des éoliennes de Mont-Crosin! (communiqué de presse, 2002).

Un texte intéressant qui aborde (au moins) trois points clés: 1. une grande puissance éolienne installée requiert d'autres moyens de production en soutien (dont certains d'entre eux n'ont rien de très verts et vont contre le souci de diminution du CO2) 2. Les conditions offertes en Suisse, outre l'exception notoire de la Vallée du Rhône, ne sont pas propices (Ndlr: rendement de 15% dans le Jura en moyenne contre 75% en mer du Nord) 3. Personne, mais alors personne parmi les producteurs d'électricité n'a l'intention de remplacer le nucléaire par quoi que ce soit d'autre et surtout pas par des éoliennes.

Je crois qu'îl est urgent de s'informer en détail sur la stratégie exacte qui actuellement pousse au développement de l'éolien industriel dans des lieux où il est si peu approprié.
On découvre très rapidement que les bonnes intentions écologiques servent simplement de paravent à un gros business. Autrement dit, le rendement énergétique des machines et la contribution à un approvisionnement en électricité "propre" est le cadet des soucis des promoteurs de ces projets. Ce qui compte, c'est de faire main basse sur la manne à disposition actuellement pour le développement du renouvelable.

Et les acteurs du nucléaire compte bien entendu avoir leur part du gâteau. Même Areva en France s'est mis à fabriquer des éoliennes, pour faire "joli" et pour faire "propre"... Ceci au détriment des populations qui vivent à côté des machines (les pauvres ou les ploucs des régions périphériques) et de l'environnement. Si les déchets nucléaires sont une plaie, des pans entiers des derniers coins de nature pourris de si peu rentables machines le sont aussi.

Autrement dit: il ne vaut pas la peine d'en rajouter. 30% d'économies possibles en Suisse. 30%, c'est énorme (Rapport Société à 2000 Watts). Commençons peut-être par là, non?
Ah, zut, j'oubliais. Dans une société de consommation, les économies ne sont dans l'intérêt de personne... Le business reste le business. Il change simplement de couleur.

Écrit par : anne | 26/12/2009

Les commentaires sont fermés.