02/05/2009

Drôle de conclusion au défilé du 1er mai à Lausanne

Le cortège de 400 personnes avait défilé de façon tout à fait pacifique à travers la ville, mais juste après la traversée du pont Chaudron, plusieurs dizaines de gendarmes et policiers ont entouré les manifestants en queue de cortège, parmi lesquelles il y avait une vingtaine de jeunes «autonomes» et autant de syndicalistes et d'élus.
On a ainsi vu les forces de l'ordre provoquer le désordre, bloquer inutilement la circulation et de nombreux bus pendant une demi-heure.
A quoi bon? Questionné téléphoniquement un responsable, au poste de commandement, a répondu qu'ils avaient l'ordre d'interpeller 25 manifestants. Pourquoi? Qu'avaient-ils fait? Impossible d'obtenir une explication.
Pourquoi ne pas laisser tout le monde défiler jusqu'au casino de Montbenon, où la manifestation dévait se poursuivre avec les discours officiels, et intervenir uniquement si des manifestants s'éloignaient du parcours autorisé ou provoquaient des dégâts?
Quelle image de notre démocratie donnons-nous aux jeunes, si la police commence à interpeller des gens pour délit de faciès, d'âge, d'habillement ou d'opinions politiques?
Des responsables du POP ont essayé à plusieurs reprises d'atteindre le Municipal de la police lausannoise pour lui demander de faire cesser cette intervention policière, pour le moins incompréhensible. En vain! Une occasion de perdue de montrer l'utilité de conserver des polices municipales autonomes, proches de la population...
Il est possible que certains n'aient pas été là pour manifester leur solidarité avec le monde du travail. Ils l'ont d'ailleurs montré plus tard, quand ils ont chahuté bruyamment le Conseiller d'Etat Pierre-Yves Maillard aux cris de « UDC fachos, PS collabos », l'empêchant dans un premier temps de parler.
Stupide et peu démocratique. Stupide, car on connaît l'engagement remarquable de PYM pour les travailleurs et d'une façon plus générale pour les défavorisés. Peu démocratique : pourquoi n'ont-ils pas écouté ce qu'il avait à dire, quitte, le cas échéant, à demander ensuite le micro pour le contredire, le critiquer...
Mais ce ne sont certainement pas des interventions intempestives de la police qui favorisent l'apprentissage de ces règles élémentaires de la démocratie.

Commentaires

"Peu démocratique : pourquoi n'ont-ils pas écouté ce qu'il avait à dire, quitte, le cas échéant, à demander ensuite le micro pour le contredire, le critiquer..."

Avec leur vocabulaire de 150 mots, dont un tiers en verlan, et leur accent du 9-3 ? :o)

Écrit par : Scipion | 02/05/2009

Face à l'immense crise sociale qui se prépare, il faut bien que les profiteurs qui nous gourvenent exercent leurs chiens de garde à écraser toute forme de contestation de l'ordre établi...
Et puis provoquer et tabasser quelques manifestants, c'est toujours utile pour dire qu'il y a des casseurs dans les manifs et pour justifier les très coûteux équipements anti-émeutes de notre chère police

Écrit par : Vérité | 02/05/2009

J'ai pris le micro à Jean-Yves Maillard, j'ai parlé de ce pays pseudo-démocratique. J'ai parlé du fait que nous étions là malgré tout. J'ai parlé du fait que nous avions le droit à la parole autant que vous. J'ai parlé du fait qu'il est scandaleux d'arrêter des manifestant par délit de sale gueule. J'ai parlé intelligemment. Bravo Christian van Singer, vous n'étiez probablement pas là pour savoir que j'ai demandé le micro, et que j'ai parlé. Sur ce, bonne suite.

Écrit par : NqKe | 02/05/2009

PS : Scipion, c'est avec plaisir que j'aurais entamé un débat avec toi. Mais je ne peux pas, car j'ai un vocabulaire de 150 mots, dont un tiers en verlan et un accent du 9-3.

Écrit par : NqKe | 02/05/2009

"Des responsables du POP ont essayé à plusieurs reprises d'atteindre le Municipal de la police lausannoise pour lui demander de faire cesser cette intervention policière, pour le moins incompréhensible. En vain!"

Désolé M. le Conseiller national, cette phrase est factuellement fausse, Marc Vuilleumier a répondu, certes après plusieurs appels, et la police a quitté le carrefour Chauderon-Gonin, dans la minute. Je ne sais pas si c'était lié à l'appel. Il n'en demeure pas moins que le dispositif (comme ils disent) était complètement disproportionné.

"Une occasion de perdue de montrer l'utilité de conserver des polices municipales autonomes, proches de la population ..."
Ça c'est de la politique politicienne ...

Écrit par : Alain Hubler | 02/05/2009

"Scipion, c'est avec plaisir que j'aurais entamé un débat avec toi. Mais je ne peux pas, car j'ai un vocabulaire de 150 mots, dont un tiers en verlan et un accent du 9-3."

Dommage, vraiment dommage, que tu ne n'exprimes pas en langage SMS, t'as frôlé le parcours sans faute :o)

Écrit par : Scipion | 02/05/2009

Manifestant + s si c'est ça dont tu parles, moi je ne relis pas 15 fois mes phrases pour être sûr de pas faire de faute, et c'était sûrement une faute en frappant. Et puis... j'ai pas à me justifier, continue à nous cracher dessus sur Internet, c'est bien de faire le beau derrière son clavier, mais face-à-face je ne suis pas sûr que tu parlerais autant. Bon courage dans ton développement neuronal.

Écrit par : NqKe | 02/05/2009

@ Hubler. disproportionné?! facile à dire a posteriori. rappelez vous le 1er mai 08, Blocher à Beaulieu, le G8. Pas de casse cette fois, quel soulagement. Est-ce si choquant de penser que c'est grâce au dispositif, justement?

Écrit par : olivier | 02/05/2009

Grâce au dispositif ? Non. Grâce au sous-nombre du groupe qui ne s'était pas vraiment organisé cette année. On remet ça à l'année prochaine, tu verras mon petit Olivier. Sur ce, suis bien le berger, ne t'éloignes pas trop du troupeau, les grands méchants loups rôdent.

PS: Comment peux-tu parler de la sorte ? Frapper 30 personnes (dont des journalistes, ou d'autres), en arrêter une dizaine, tout ça vaut mieux qu'une vitre cassée ? Et bien, après ça se dit humaniste, bravo.

Écrit par : NqKe | 02/05/2009

"... face-à-face je ne suis pas sûr que tu parlerais autant."

Ca tiendrait au fait que je n'ai strictement rien à dire à un mec comme toi. C'est parce que tu m'as apostrophé du haut de ta vacuité que j'ai été obligé de te torcher le nez.

Autrement, à peine lu la signature, j'aurais oublié l'existence d'un soi-disant NqKe.

Écrit par : Scipion | 02/05/2009

Allons Messieurs, cessez de vous invectiver de la sorte et tâchez de trouver une manière plus constructive de passer votre samedi après-midi. Aérez-vous, aidez une voisine âgée à faire ses courses, achetez un petit cadeau à un enfant, souriez.

Écrit par : MF | 02/05/2009

La casse et les mises à sac dans les manifs organisées par la gauche est devenu presque une habitude.Et ces derniers se posent encore la question de "pourquoi faut-il qu'il ait des forces de l'ordres qui font un travail de prévention contre tout dérapages?"

Pour des gens habitués par leur "principe de précaution sut tout",ces derniers sont atteints une fois de plus d'amnésie selective.

D.J

Écrit par : D.J | 02/05/2009

Il n'y rien à ajouter Scipion, tu n'as rien à me dire car tu n'as rien à dire du tout, simplement. Peut-être envierais-tu le fait que d'autres bougent pendant que tu fais le spectateur qui critique, ma foi.

@ MF -> Tu as raison, quoi que je fasse, cela demeurera toujours mieux que de me prendre le chou avec un fantôme virtuel qui, mis à part le dénigrement de l'engagement des autres, ne sait pas trop quoi faire. Peut-être que le jour de ses 18 ans, il prendra pour résolution de regarder les choses avec un peu de recul.

@ D.J -> Une habitude, oui. Mais dans ce monde, ne faut-il pas des gens qui montrent, radicalement ou non, que ce système court à sa propre perte ? Alors il y a les syndicalistes, qui ne représentent plus les travailleurs et qui s'amusent à manifester pour faire joli, pire que la police, pire que la droite. Il y a les partisans, plus ou moins à gauche, qui tremblent à la vue du premier policier, et qui n'osent pas crier haut et fort leur désarroi, et il y a les autres, ceux qui osent, ceux qui hurlent, ceux qui, malheureusement ou non, cassent parfois. Cela ne justifie tout de même en rien le fait qu'on s'autorise, sans raison, à les mépriser, les matraquer et les arrêter, avant même qu'ils n'aient eu le temps de faire passer leur message. Alors oui, nous continuerons, et non, la police et les politiciens ne nous arrêterons pas. Nous étions, sommes, et seront là, tant que ce système, pseudo-démocratique, inégalitaire et ridiculement mal organisé, demeurera vivant.

Vous ne voulez pas nous donner la parole, nous la prendront de force. Nous sommes la rage vivante d'une planète mourante, que vous le vouliez ou non, l'avenir et les changements appartiennent à ceux qui s'engagent. Nous avons besoin de révolutionnaires, pas de révoltés. Alors que ça soit PS ou autre, ne pas être content c'est bien joli, mais le faire savoir, c'est encore mieux.

Écrit par : NqKe | 02/05/2009

"Vous ne voulez pas nous donner la parole, nous la prendront de force. Nous sommes la rage vivante d'une planète mourante, que vous le vouliez ou non, l'avenir et les changements appartiennent à ceux qui s'engagent. Nous avons besoin de révolutionnaires..."

'tain, nous voilà bien, ils affichent déjà cent millions de morts au compteur, et ils veulent remettre ça. Heureusement, l'histoire ne repasse pas les plats et les prolétaires, pas cons, savent bien que la victoire des gauches extrêmes signifierait un très net recul de leur niveau de vie, puisque les nouveaux nomenklaturistes prendraient sur ce qu'ils ont encore, pour distribuer à ceux qui ont infiniment moins, à savoir les claque-dents du tiers-monde.

Or, quand on fait la révolution, NqKe, c'est en se disant qu'on sera beaucoup mieux après qu'avant - ce qui ne s'est jamais vérifié ! - et jamais en sachant que ce sera inifiniment pire.

Écrit par : Scipion | 02/05/2009

"Une habitude, oui. Mais dans ce monde, ne faut-il pas des gens qui montrent, radicalement ou non, que ce système court à sa propre perte ?"

"Vous ne voulez pas nous donner la parole, nous la prendront de force. Nous sommes la rage vivante d'une planète mourante, que vous le vouliez ou non..."

Et la démocratie,vous en faite quoi? En Suisse comme dans toute les démocraties tout le monde à la parole,même vous.Ce blog en est la preuve.Toute les tendances politiques sont représentées en Suisse comme ailleurs.

Si les partis anti-capitaliste font des scores ridicules aux élections,c'est que leurs idéologies ne sont pas compatible avec la modernité et si certains groupes anti-capitalistes ne veulent pas la loi des urnes comme celà semble pour vous et que seul la force prime,c'est que vous êtes un dangereux esprit totalitaire,qui n'a rien à faire dans un état de droit.

C'est la porte ouvert à la dictature et à l'imposition d'idées minoritaires à la majorité qui en ne veulent pas.

D.J

Écrit par : D.J | 02/05/2009

"Si les partis anti-capitaliste font des scores ridicules aux élections,c'est que leurs idéologies ne sont pas compatible avec la modernité"

Les vrais anti-capitalistes n'ont pas de parti. Pourquoi avoir un parti ? Pour gouverner quoi ? Le système capitaliste ? Un peu paradoxale ta manière de voir le monde. De plus, si les "partis anti-capitalistes" font des scores ridicules, c'est plutôt parce que les médias, les autres partis, et les gens comme vous, s'amusent à les discréditer et à étouffer leur vrai message en leur collant une étiquette.

Sur ce, à plus sous l'bus. :o)

Écrit par : NqKe | 02/05/2009

"Des responsables du POP ont essayé à plusieurs reprises d'atteindre le Municipal de la police lausannoise pour lui demander de faire cesser cette intervention policière, pour le moins incompréhensible."

Je suis effrayé par cette phrase et sa conclusion .... la police agit sous l'autorité de la justice, pas d'un homme politique (fut-il en charge de la sécurité de sa commune) !

Vous imaginez une seconde un cambrioleur appeler un pote dans un exécutif communal et lui demander de faire quitter les lieux aux policiers qui l'auraient surpris au cours de son larçins, etc etc etc

Non, vraiment, cette conception des choses me dépasse et m'effraie venant d'un homme politique de votre importance !

Écrit par : Soe | 02/05/2009

De la justice, mais de quelle justice ? La justice veut que l'on intervienne en cas de délit, pas qu'on frappe des gens et les arrête sans raison, sous prétexte qu'ils sont potentiellement dangereux.

Tu interprètes très mal les propos, dans notre cas, nous n'avions rien fait d'illégal au moment de l'attaque des CRS.

Écrit par : NqKe | 02/05/2009

"nous n'avions rien fait d'illégal au moment de l'attaque des CRS."

Mauvaise conception des choses. La police est là pour récolter des preuves, entendre les témoins, etc pas décider si un comportement est légal ou non. C'est le rôle de la justice et d'un juge. Si des policiers estiment qu'un comportement doit être dénoncé à la justice, c'est leur rôle d'intervenir, tout comme de protéger des biens ou l'intégrité de tiers. S'ils se trompent, agissent de manière disproportionnée, etc, il y a des voies légales pour obtenir réparation / condamnation. C'est l'apanage d'un Etat de droit.

Cela étant, mon interrogation ne portait pas sur ce point. Trouvez-vous normal qu'un homme politique trouve normal (?) et tout à fait légitime (?) que des personnes téléphonent à un homme politique du même parti (!) pour qu'il fasse interrompre une action de la police ? A mon sens, c'est proprement scandaleux, c'est nier l'indépendance des pouvoirs et c'est ouvrir la porte à tous les débordements... Comment prétendre à la légitimité de la police si celle-ci doit être aux ordres d'un homme politique (fut-il en charge du dicastère de la sécurité (= veiller pour l'essentiel à ce que les forces de police disposent des moyens financiers pour exercer leur tâche)) et dépendre de ses orientations politiques ?? On fera quoi à l'avenir ? Si la ville vote pour un type d'extrême droite qui aime qu'on frappe les femmes, il suffira de l'appeler pour obtenir un blanc-seing ? une immunité totale ?, qu'importe les lois votées de manière démocratique et qui doivent s'appliquer à tous ????


Non, vraiment, si vous avez à vous plaindre d'un comportement d'un policier, adressez-vous à un juge, pas à un homme politique ! et la tâche des hommes politiques devrait être, à mon sens, de le rappeler (pas d'encourager de tels comportements).... Si j'ai tort, je serais intéressé d'en discuter... pas de dialoguer sur la justesse d'une manifestation dont j'ignore tout et de l'opportunité d'une intervention policière dont j'ignore également tout. ;)

Écrit par : Soe | 03/05/2009

"S'ils se trompent, agissent de manière disproportionnée, etc, il y a des voies légales pour obtenir réparation / condamnation. C'est l'apanage d'un Etat de droit."

Quelle hypocrisie, tu sais autant que moi que cette voie est là pour faire joli, et que jamais on n'obtiendra réparation pour ce genre d'erreur, dont la nature injustifiée n'est pas discutable.

Pour ce qui est de ton deuxième paragraphe, tu t'en prends à Christian van Singer, pas à moi. Même si je suis toujours d'accord avec lui, car cette intervention n'était pas justifiée quel que soit ta vision des choses tu es dans ton tord. Essaie de relire les droits Suisses, et tu sauras que la police n'était pas du tout en droit d'intervenir, malgré ce que tu affirmes. Tu parles de démocratie, et blablabla, un État de droits... Bravo, c'est une belle façon d'appréhender la chose. Un État de droits, peut-être, mais à ton avis, on a plutôt l'impression que c'est un État de droits seulement pour ceux avec qui on est plus ou moins d'accord.

Pour ce qui est du "si vous avez à vous plaindre d'un comportement d'un policier, adressez-vous à un juge, pas à un homme politique" je ne vois pas à quoi tu fais allusion...

Écrit par : NqKe | 03/05/2009

"je ne vois pas à quoi tu fais allusion..."

Réponse : -> Citation: "Des responsables du POP ont essayé à plusieurs reprises d'atteindre le Municipal de la police lausannoise pour lui demander de faire cesser cette intervention policière"

"u sais autant que moi que cette voie est là pour faire joli"

C'est quoi ton alternative ? la loi de la rue, celle du plus fort ?

Écrit par : Soe | 03/05/2009

Pour ce qui est de l'appel des responsables du POP, c'est tout à fait normal, je ne vois pas le problème au fait qu'ils essaient de défendre la liberté du citoyen. Nous nous faisons attaquer sans raison, la police était en tort, donc le POP n'a rien à se reprocher.

Pour le reste, au niveau de mon alternative, je n'en ai pas à proposer. Je ne peux pas lutter contre un système, puis lui faire "confiance" pour qu'il répare ses propres erreurs, c'est ridicule. Si tu me demandes "C'est quoi ton alternative ?" c'est que tu es autant conscient que moi que cette voie ne sert à rien et qu'elle est là pour décorer, sinon tu m'aurais contredit. Sur ce, je vois que sur le fond, tu es plus ou moins d'accord avec moi, dans ce pays, la police et ceux qui ont le pouvoir font ce qu'ils veulent, tout en laissant, par-ci par-là, quelques textes laissant croire que la liberté du citoyen est garantie et qu'en cas de problème, réparation sera faite. Ce qui, comme tu l'admets sans le vouloir plus haut, n'est malheureusement qu'une illusion. Ma foi, l'ordre naît de la liberté. Qu'ai-je à rajouter...

Écrit par : NqKe | 03/05/2009

C'est à présent confirmé : les syndicats avaient connaissance de l'intervention policière puisque la demande de cette intervention musclée et illégitime vient précisément des syndicats. Que pensez-vous de ceci Soe? La police devait-elle intervenir aussi violemment -oui, violemment, précisément-? Hé non, la police n'est pas le bras armé de la justice, tout comme la "justice" n'est pas au service de la.. justice. Les autonomes qui n'avaient, certes, pas fait de demande de manifester, se sont simplement greffés à la manifestation, le tout, sans violence. Faut-il conclure que syndicalistes et PS -dont la moyenne d'âge devait tourner autour des 65 ans- n'attendaient que des gens adhérents à leurs syndicats ou parti? Il est beau la premier mai ouvert et unitaire, youhouuu.

Écrit par : Plutch | 03/05/2009

Bravo Plutch, rien à ajouter.

Écrit par : NqKe | 03/05/2009

Répression du 1er mai à Lausanne
Communiqué de presse

Durant les nombreuses années de reflux des luttes ouvrières en Suisse, la bureaucratie syndicale a insidieusement développé son pouvoir en se détachant des préoccupations quotidiennes des travailleurs. C’est dans ce contexte-ci que nous avons systématiquement vu, durant les dernières grèves, des syndicalistes professionnels dépassés par la base des grévistes endosser leur vrai rôle de médiateur entre, d’un côté, le patronat et l’État et, de l’autre, les intérêts immédiats des travailleurs. Les organisations syndicales revêtent la même structure organisationnelle que celle de la société dont nous ne voulons plus.



Ce 1er mai, les organisations syndicales lausannoises et la police ont organisé conjointement l’expulsion des forces révolutionnaires du défilé. La première tentative, au départ du bloc révolutionnaire à St-François, échoua lamentablement. La police essaya une deuxième fois après le pont Chauderon, alors que le cortège touchait presque à sa fin. La solidarité de la part d’autres secteurs de la gauche de la gauche aura été plus forte que prévu et la police a du se retirer face au nombre.

Nous avons été pris pour cible, non pas pour des faits, mais à cause de nos positions politiques. Parce que nous sommes partisans de la rupture avec l’État et le patronat, parce que nous ne souhaitons pas la paix du travail mais la lutte des classes, parce que nous exprimons haut et fort notre antagonisme. Les faits sont là. En tant que mouvement extraparlementaire, les manifestations de rue restent une des dernières interventions politiques possibles. Nous enlever ça, c’est nous acculer dans une radicalité de plus (voir les années de plomb). Nous ne croyons pas que vous en seriez gagnant; au contraire.

Contrairement aux retraités nostalgiques de Staline et autres patrons de gauche invités par les syndicats à manger des saucisses un jour de travail, nous autres jeunes révolutionnaires avons eu de la peine à nous réunir en masses cette année parce que, contrairement à d’autres, nous travaillons. Vous pouvez donc compter sur une importante mobilisation le samedi 1er mai 2010, et nous n’oublierons pas la façon dont nous avons été traités cette année...

Action Autonome


Pourquoi avoir chahuté Pierre-Yves Maillard ?
Le conseiller d’État et son parti représentent tout le contraire des intérêts des travailleurs suisses. Ils font partie de ce que l’on pourrait appeler un grand compromis historique. L’activité révolutionnaire, avec comme point culminant la grève générale, a permis d’arracher de nombreuses concessions à la bourgeoisie. Les forces réformistes ont passé des accords avec le patronat pour préserver l’ordre établi en établissant la paix du travail. Dès lors, le parti socialiste a participé au sein des gouvernements successifs à l’élaboration de toutes les politiques antisociales, jusqu’à la remise en question même de nos acquis sociaux les plus élémentaires. Cette politique réactionnaire des « socialistes » fera exploser le taux d’abstentionnisme et aura permis le développement de la droite populiste. Le parti socialiste est tout autant responsable des répercussions de la crise économique en suisse que la droite économiciste. La réforme est le contraire de la révolution.

Écrit par : Action Autonome | 03/05/2009

"Nous avons été pris pour cible, non pas pour des faits, mais à cause de nos positions politiques. Parce que nous sommes partisans de la rupture avec l’État et le patronat, parce que nous ne souhaitons pas la paix du travail mais la lutte des classes, parce que nous exprimons haut et fort notre antagonisme."

Quand on est tout ça, il faut pas s'étonner d'en prendre plein la gueule, de la part de ceux qui ne sont pas partisans de la rupture avec l'Etat et le patronat, qui souhaitent la paix du travail et pas la lutte des classes (cette affligeante vieillerie d'un XIXe siècle vieux de cinq cents ans, au moins) et qui vous prennent antagonistement au mot quand vous exprimez haut et fort votre antagonisme.

"...nous autres jeunes révolutionnaires..."

Vous verrez quand vous serez grands, vous aurez des vrais soucis et vos romantiques débordements juvéniles vous feront sourire avec attendrissement.

Debout les damnés de la terre,
La raison tonne en son cratère :o)

Écrit par : Scipion | 03/05/2009

Ce n'est plus de la politique mais de la paléontologie. On a retrouvé un fossile vivant de mao spontex vulgaris...

Écrit par : Géo | 04/05/2009

Pourquoi continuer à se moquer ? Pourquoi continuer à discréditer ?

Pourquoi ne pas argumenter ? Pourquoi ne pas s'expliquer ?

C'est facile de vouloir faire passer les gens pour des cons, mais avec des explications concrètes, c'est encore mieux.

Écrit par : NqKe | 04/05/2009

" Pourquoi ne pas s'expliquer ?"

Expliquer quoi ?

Qu'en croyant que l'homme était capable de se passer de la religion et de se gouverner selon sa raison, les Lumières se sont magistralement plantées ?

Qu'en conjecturant l'avènement d'un Homme nouveau, version évoluée de "l'Homme des Lumières", Marx s'est embourbé encore plus profond dans l'insanité ?

Et que cela s'est soldé par cent millions de morts qui n'étaient devenus "nouveaux" ni assez rapidement ni assez complètement ?

P.S. - Il est parfaitement inutile de me traiter de bigot, d'intégriste ou de quoi que ce soit de semblable, je suis agnostique. Ce qui n'empêche pas la lucidité !

Écrit par : Scipion | 04/05/2009

Premièrement, au niveau des religions, les avis divergent. Ne pas généraliser.

Ensuite, Marx, penseur doté d'un cerveau peut-être 100 fois plus évolué que le tien, a bien parlé, comme, à mon avis, émis des choses sur lesquelles il aurait du garder un certain recul. Cependant, n'espère pas pouvoir, en une phrase qui tient en deux lignes, remettre en cause l'ensemble de sa réflexion sur le monde.

Pour ce qui est des morts, il faudrait également éviter de rattacher ça à Marx (d'ailleurs, je ne sais pas pourquoi tu parles de lui tout à coup...)

Pour ce qui est de "ce que tu es". Intégriste, bigot ou agnostique, tu demeures, à mes yeux, quelqu'un qui refuse de regarder plus loin que le bout de son nez, quitte à se refuser l'accès à tout espoir d'un monde nouveau, basé sur l'Homme et sa capacité à s'autogérer.

Écrit par : NqKe | 04/05/2009

"Ensuite, Marx, penseur doté d'un cerveau peut-être 100 fois plus évolué que le tien..."

On se connaît ou c'est une estimation au pif ?

Maintenant, il ne faudrait pas confondre le volume de la chevelure avec celui de la boîte crânienne...

Écrit par : Scipion | 04/05/2009

Belle conclusion, merci.

Écrit par : NqKe | 04/05/2009

@ Nqke,

Vous dites,
"Essaie de relire les droits Suisses, et tu sauras que la police n'était pas du tout en droit d'intervenir, malgré ce que tu affirmes."

Et après vous dites,
"Vous ne voulez pas nous donner la parole, nous la prendront de force. Nous sommes la rage vivante d'une planète mourante, que vous le vouliez ou non..."

Imposer vos opinions par la force,est un délit.Vous êtes mal placé pour dire aux gens de relire leurs droits.

D.J

Écrit par : D.J | 04/05/2009

Je ne vois pas le rapport. On la prendre de force s'il le faut, on ne va pas s'en gêner ! Ce commentaire est ridicule, car l'un n'empêche pas l'autre.

1. Prendre la parole de force n'est pas "imposer ses opinions de force", donc, ce n'est pas un délit. En plus, jamais je n'ai dit vouloir imposer mes opinions, je demande juste le droit de m'exprimer.

(Premier argument qui tombe à l'eau, ça fait 1 à 0)

2. Je suis peut-être mal placé pour dire aux gens de relire leurs droits, mais moi, les "droits" Suisses, je les ai lus, et je les connais. Il est spécifié, en tant que droit fondamental, que tout Être vivant dans ce pays -là question est, sommes-nous encore considérés comme des Êtres ?- a le droit, et ce dernier est inaliénable, de manifester. Tout comme tout Être vivant dans ce pays a droit à la liberté d'expression. Tout comme tout Être vivant dans ce pays a le droit à la liberté d'opinion.

Personnellement, je m'en fiche totalement de mes droits, ou pas. Je vais pas me priver de m'exprimer sous prétexte qu'on m'en empêche. Car empêcher un citoyen de s'exprimer, d'avoir son opinion, ou encore de manifester, est un délit. Et personnellement, avant de vouloir se ranger du côté des gentils qui appliquent la loi à la lettre, j'aurais relu mon discours. Car entre nous, je me demande qui en commet le plus, de délits, si tu soutiens l'action de la police.

PS: C'est pas pour rien qu'Amnesty International classe la Suisse parmi les pires pays à ce niveau.

PS2: Je te laisse compter pour le score.

Écrit par : NqKe | 04/05/2009

"En plus, jamais je n'ai dit vouloir imposer mes opinions, je demande juste le droit de m'exprimer."

Il me semble que vous êtes en train de les dires vos opinions,sans pour autant les demandés.En fait,vous vous insurgez sur un droit que vous utilisez autant que vous le voulez.Vous êtes totalement contradictoire.

Personne n'a interdit en Suisse les défilés du premier mai.La police est là pour empêcher les dérapages (souvant constatés lors de manifs)et non pour empêcher le droit de manifestation.

"Prendre la parole de force n'est pas "imposer ses opinions de force" Alors dites moi ce que c'est "de prendre la parole de force"

D.J

Écrit par : D.J | 04/05/2009

Nqq, Nculcul, Ncaca ou je ne sais quoi... Vous êtes un révolté et n'avez rien de constructif à proposer, si ce n'est "la lutte des classes", comme en 1850, ou la révolution et le renversement du système, quel qu'en soit le prix à payer. Ou encore "casser du flic". Vous êtes sans doute un ado de 11-12 ans qui cherche à s'affirmer.

Et bien moi je vous dis non, Nculcul. Je veux pouvoir continuer à boire mon café le samedi matin et lire le journal sans qu'un black block viennent défénestrer la devanture de mon bistrot préféré. Apprenez le compromis ou rendez-vous utile et donnez vos organes à ceux qui en ont besoin ou laissez-nous tranquille en restant chez vous.

Écrit par : Mamboko | 04/05/2009

Casser du flic ? Premièrement, pour répondre à DJ, la police est là pour empêcher les dérapages... Pas pour les faire.

Ensuite, c'est clair, Mamboko, à lire ton message (notez "Nqq, Nculcul, Ncaca ou je ne sais quoi...", c'est vrai que c'est moi qui ai l'air d'un ado de 11-12 ans qui cherche à s'affirmer.

Pour ce qui est de ton deuxième paragraphe, je ne vois pas grand chose à dire non plus... A part que c'est clair, il est beaucoup plus constructif que mes propositions... Ah oui !

PS: Si un jour j'te croise avec un pavé dans la main, j'essayerai de pas rater ta tête :D (A prendre au 11ème degré)

Écrit par : NqKe | 04/05/2009

Joli clash... Pas besoin de nommer le vainqueur...
hahaha
Restez dans votre confort crasse et laissez-nous faire germer nos zones de liberté et d'autonomie, ces fameuses zones qui ont l'air de vous faire si peur...

Et si vous vous preniez enfin en main?

Écrit par : haha | 05/05/2009

Je ne peux que plussoyer.

+1

Écrit par : NqKe | 05/05/2009

** Communiqué de presse du POP & Gauche en mouvement ***

1er mai à Lausanne : répression policière inacceptable.

Madame, Monsieur,

Le POP & Gauche en mouvement condamne avec fermeté la disproportion des
interventions policières ayant eu lieu en fin de cortège du 1er mai à Lausanne.

A l’extrémité du pont Chauderon, alors que les manifestants défilaient dans le calme, les « forces de l’ordre » ont en effet chargé le cortège et s’en sont prises sans ménagement au tronçon des autonomes. Les policiers ont agressé et arrêté une vingtaine de jeunes gens - dont de nombreux mineurs - qui défilaient pacifiquement, bousculant au passage d’autres manifestants et semant la confusion au sein du cortège. Cette charge fait suite aux très nombreuses provocations policières qui ont émaillé le défilé (photographies et videos de manifestants, présence totalement disproportionnée de « robocops », etc…).

Ces arrestations « préventives » sont indignes d’un Etat de droit, et constituent une attaque grave contre la liberté de manifester. Le POP & Gauche en mouvement condamne la logique du « délit de faciès » et de « délit d’intention » qui ont présidé à cette intervention. En période de crise, il semble bien que la volonté de criminaliser la contestation soit plus forte que jamais. Les travailleurs n’accepteront pas ces formes d’intimidation.

Les organisateurs du cortège ont-ils, comme la presse le rapporte, donné leur accord à ces arrestations « préventives » ? Si tel est le cas, ils doivent s’en expliquer. Nous demandons également des explications à la Municipalité de Lausanne ainsi qu’au Conseil d’Etat. Entendent-ils répondre à la détresse sociale par le bâton ? Des participants au cortège ont-ils été fichés ? Le « délit de sale gueule » justifie-il désormais l’intervention des « forces de l’ordre » ?

Écrit par : NqKe | 05/05/2009

La lecture de Marx est souhaitable NqKe, et vos "débordements romantiques" sont a votre honneur...si vous n'ëtes pas marxiste a 20 ans vous n'avez pas de coeur, mais si vous l'ëtes encore a 30 vous n'avez plus de tête :)

Écrit par : Caton | 05/05/2009

"...si vous n'ëtes pas marxiste a 20 ans vous n'avez pas de coeur..."

Il y a des gens qui ont eu vingt ans pendant les procès de Moscou et les grandes purges, vingt ans au moment du procès de Prague, vingt ans au moment du soulèvement hongrois, vingt ans lors du printemps de Prague, vingt ans pendant le génocide cambodgien, alors je crains que vous ne deviez revoir votre stock de citations...

Écrit par : Scipion | 05/05/2009

Caton, j'ai lu Marx. J'ai ~20 ans, mais je ne suis pas Marxiste. Soit je ne dois pas avoir de cœur... admettons, si ça fait plaisir aux vieux Stalinistes nostalgiques.

Pour ce qui est de Scipion, arrête donc de jouer sur les mots, tu veux ? Déjà que c'était pas très glorieux, ça en devient ridicule.

Écrit par : NqKe | 05/05/2009

Le communiste est celui qui a lu Marx.L'anti-communiste,est celui qui l'a lu et qui l'a compris.

D.J

Écrit par : D.J | 05/05/2009

En quoi cela fait-il avancer le débat ? Encore une remarque inutile. Tout comme je pourrais dire : Le parfait petit citoyen connait le système, le révolutionnaire le connait et l'a compris !

Écrit par : NqKe | 05/05/2009

"Le communiste est celui qui a lu Marx..."

La première phrase du "Manifeste" pour 90 % d'entre eux :

"Un spectre hante l'Europe : le spectre du communisme."

Oooouuuu... oooouuuu... oooouuuu :o)

Écrit par : Scipion | 05/05/2009

Scipion, alias l'Homme qui fait le comique pour faire oublier qu'il a aucune rhétorique.

*Clap clap clap* :o)

Écrit par : NqKe | 06/05/2009

"Scipion, alias l'Homme qui fait le comique pour faire oublier qu'il a aucune rhétorique."

Il n'y a pas de honte. On ne peut pas tous être des zinzintellectuels qui se laissent berlurer par des théories à la graisse de chevaux de bois...

Écrit par : Scipion | 06/05/2009

Effectivement, mais je ne t'en veux pas. :o)

Écrit par : NqKe | 06/05/2009

Les commentaires sont fermés.