09/04/2009

Nouveau polar nucléaire?

Le Canard Enchaîné de hier (mercredi 8 avril) révélait que Stéphane Lhomme, porte-parole français du réseau "Sortir du nucléaire", a été placé "sous surveillance par la société suisse Securewyze", basée à Lausanne, dans le cadre d'un "contrat" passé par Electricité de France (EDF).
A quel niveau de la multinationale du nucléaire cette décision a été prise? Les responsables de la sécurité ou la direction? L'enquête, suite à la plainte déposée par le réseau "Sortir du nucléaire" devrait l'établir.
Apparemment EDF voulait découvrir qui était à l'origine de la diffusion, en 2003, d'un document classé "confidentiel secret défense", indiquant que l'EPR (le nouveau type de centrale nucléaire) ne résisterait pas au choc d'un avion de ligne.
Une révélation qui démolit la propagande du lobby nucléaire tendant à montrer que la nouvelle génération de centrales nucléaires est sûre.
Des contrats qu'EDF était sur le point de conclure aux USA auraient été suspendus suite à cette révélation: compréhensible après le 11 septembre...
Mais cela ne semble pas avoir découragé les électriciens d'ALPIQ de projeter la construction d'une centrale nucléaire de ce type en Suisse!
Cette affaire n'est pas la première du genre: le Canard Enchaîné avait déjà révélé le 18 mars l'espionnage de Greenpeace par EDF. Le recours à des officines privées pour espionner ses détracteurs semble être monnaie courante chez cette multinationale.
Doit-on en conclure que le nucléaire n'est pas seulement une nuisance au niveau environnemental, mais aussi pour la démocratie?

Commentaires

Faudra admettre aussi que les actions de Greenpeace sont loins d'être toujours nobles.Le mensonge,la manipulation et certains financements obscures de cette multinationale de l'environnement ne la place pas dans la catégorie de la vertu démocratique.Et celà n'arrange pas les actions de type "Sortir du nucléaire"

Quand on sème le vent....!!!!

D.J

Écrit par : D.J | 09/04/2009

"Doit-on en conclure que le nucléaire n'est pas seulement une nuisance au niveau environnemental, mais aussi pour la démocratie?"

Je ne vois pas en quoi il serait anti-démocratique de surveiller les manoeuvres de l'ennemi et de tenter de percer ses intentions.

Sauf à admettre, bien sûr, que ce droit soit strictement réservé aux "bons" et interdits aux "vilains". Les "bons" étant comme il se doit auto-proclamés`!

P.S. Ce que je préfère, chez les écoluches, c'est quand ils accusent l'UDC de spéculer sur la peur des gens :o)

Écrit par : Scipion | 09/04/2009

Une chose est sûre: le lobby pro-nucléaire européen, c'est à dire tous ceux qui ont ou vont toucher des pots-de-vins ainsi que ceux qui ont ou vont toucher des rémunérations légales provenant du nucléaire, aura de plus en plus de mal à faire croire que l'énergie qu'il prône est sûre et propre suite à la décision de l'IRSN de faire la transparence sur l'ensemble de la filière nucléaire française.

Écrit par : fufus | 12/04/2009

La démocratie s'arrête là où commence les intérêts des multinationales...

Écrit par : Martin Olivier | 02/05/2009

Les commentaires sont fermés.