17/01/2009

Manifester à Genève lundi 19 janvier

Depuis une semaine de nombreux correspondants sont intervenus sur ce blog pour relever, les uns la responsabilité du Hamas, les autres celle de l'Etat d'Israël, dans les événements de Gaza.
Le plus souvent un dialogue de sourds, alors même qu'en Suisse nous n'endurons pas les souffrances des personnes directement concernées.
Je ne peux qu'inviter tout le monde à s'inspirer de l'appel du mouvement pour une paix juste et durable au Proche-Orient « Le Manifeste » (www.manifeste.ch/francais2.htm) et à participer au rassemblement organisé lundi 19 janvier 2009 de 18h à 20h sur la Plaine de Plainpalais, à Genève pour demander la fin de la violence et de la guerre.
image001.jpg

«Le Manifeste»

Mouvement pour une paix juste et durable au Proche-Orient
qui réunit Juifs, Arabes et autres citoyens
en faveur du dialogue entre Israéliens et Palestiniens

 

invite à
un rassemblement de lumières pour la paix
en silence, avec bougies, flambeaux et autour d’un feu
sans drapeaux ni slogans
le lundi 19 janvier 2009 de 18h à 20h
sur la Plaine de Plainpalais, à Genève
pour demander la fin de la violence et de la guerre

Parce que :

  • Nous sommes tristes, inquiets et révoltés devant le nombre de victimes causé par la guerre.
  • Nous croyons que le conflit ne peut pas se résoudre par la violence.
  • Nous voulons dire non à la violence des armes, d’où qu’elle vienne, et nous voulons que cesse le cycle des représailles.
  • Nous demandons que le droit international soit respecté et que l’accès à toutes les victimes soit garanti.
  • Nous appelons à la reprise urgente du dialogue et à la négociation sur un pied d’égalité entre toutes les parties concernées.
  • Nous insistons pour que l’occupation des territoires palestiniens prenne fin.
  • Nous voulons la création immédiate de deux Etats côte-à-côte qui garantisse à chacun et à chacune un quotidien paisible, ainsi que le droit à la sécurité et à des frontières définies et protégées.
  • Nous n’avons pas les moyens de mettre fin aux hostilités ou d’imposer la paix, mais nous pouvons refuser de nous laisser diviser par une logique de guerre inacceptable ici ou là-bas.
  • Nous tenons à faire savoir que des Juifs et des Arabes continuent de se parler malgré la violence et à démontrer qu’il est possible de maintenir un espace de dialogue justement à cause de nos divergences, l’essence même du dialogue étant de connecter des points de vue différents ou opposés.
  • Nous sommes convaincus qu’il ne saurait y avoir de Paix sans Justice.

Venez nombreux nous rejoindre ! Apportez avec vous une bougie !
Nous avons besoin du soutien de tous ceux et celles qui sont décidés à ne pas céder à la spirale de la violence
Résistons ensemble à la peur de l’autre et à la haine.

Commentaires

Heureuse initiative, espérons qu'il y aura du monde et que tout se passe bien.
Quand à vous Mr van Singer c'est un sacré retournement de veste.
Mais comme on dit: il n'y a que les...pas d'avis.

Écrit par : broutard | 17/01/2009

Aucun retournement de veste! merci de relire ce que j'écrivais le 10 :
"Pourtant j'irais manifester sans hésiter s'il s'agissait de demander « la Paix maintenant! ». Que les Palestiniens cessent tout attentat contre les Israéliens. Que l'Etat d'Israël cesse sa campagne militaire et favorise la création d'un Etat palestinien viable et prospère. Que la Communauté internationale s'interpose pour garantir la paix...
Et j'appuierai toute action qui aide Palestiniens et Israéliens à vivre en bonne harmonie..."

Écrit par : Christian van Singer | 17/01/2009

Enfin une bonne chose ! Il est temps de réunir toutes les bonnes volontés pour qu'enfin une paix durable s'installe au Proche orient ! Dommage que ce genre d'initiative n'ait pas eu lieu il y a déjà plusieurs mois, avant la fin de la trêve par le Hamas, on certainement pu éviter ce que nous vivons aujourd'hui !

je souhaite que le Hamas soit dissoud, que les soldats israéliens puissent rentrer dans leurs foyers et que ces deux peuples construisent ensemble un avenir en commun !!

Si seuelement on pouvait lire la même chose sur certain blog, au lieu de se déferlement de Haine..!!

Écrit par : Erich | 17/01/2009

Mémoire sélective?
"Si la Suisse était dans la même situation qu'Israël, je n'accepterais pas que mes proches et mes amis risquent tous les jours de se faire massacrer dans un attentat suicide. Qu'un million des mes compatriotes vive sous la menace permanente d'un tir de roquettes ou de mortier. Je souhaiterais certainement que mon gouvernement réagisse!"

Mais pas un mot sur les 18 mois de blocus et l'assassinat de 4 activistes pour rompre la trêve.
Un siège d'administration dans une future entreprise? D'armement?

Écrit par : broutard | 17/01/2009

"Que l'Etat d'Israël cesse sa campagne militaire et favorise la création d'un Etat palestinien viable et prospère"
Et non seulement cesse sa campagne de colonisation de la Cisjordanie, mais se retire de la plupart de celles déjà créées (en échange de Jérusalem-Est ???).
Si j'ai écrit quelque part que cette guerre allait encore durer encore 4000 ans (version optimiste...), c'est que Israël a tout à gagner à l'état de guerre permanent et c'est exactement aussi le cas pour certains de ses adversaires, ceux motivés par des considérations de conquête religieuses en tous cas.
Israël devrait tout reconsidérer ses droits sur l'eau dans la région...Fini les riches Israéliens qui se prélassent dans leur piscine à quelques centaines de mètres de pauvres gens qui font la queue pour obtenir quelques litres d'eau...

En principe, le plus sale coup que les Palestiniens pourraient faire aux Israéliens, c'est de se lancer dans un juridisme international virulent et pro-actif. Dans le contexte international, ils voleraient de succès en succès et les Israéliens devraient faire des concessions majeures, en particulier dans le domaine de l'eau.

Malheureusement, l'existence ou non d'Israël est le fonds de commerce des extrémistes musulmans issus de la révolution khomeyniste. Dont le premier acte politique a été la prise en otage du personnel de l'ambassade US à Téhéran durant une période de deux ans (???). A mes yeux, une barbarie comparable à celui de génocide. Depuis des milliers d'années, les humains avaient compris qu'il fallait respecter les ambassadeurs.

Les représentants à Gaza de ces Barbares sont le Hamas.

George W Bush, en s'attaquant à ce brave Papi légèrement cinglé Saddam Hussein pour que sa société Halliburton se fasse des couilles en or avec son pétrole a donné la main aux Iraniens.

that's the problem, guys.

Écrit par : Géo | 17/01/2009

Avec une photo, votre article aurait encore plus d'impact.

http://tinyurl.com/75xfdx

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/01/2009

Il y a 1 avant et 1 après.

Du temps de l'Empire Ottoman ...

Pour empêcher l'Empire Ottoman ... la Perfide Albion envoie Lawrence en Arabie ... juifs, chrétiens et musulmans, luttent ensemble contre l'Empire Ottoman ...

Sir Winston Leonard Spencer-Churchill est nommé en juillet 1917, ministre des Munitions ...

La Perfide Albion sauve sa peau ...

On assassine Bhutto ...

Bonne Année 2009 !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/01/2009

Vous avez vu le TJ de ce soir ? Cessez-le feu à Gaza. Du coup les boys sortent de leur trou en pleine forme et rigolards. Mangent tranquillement un bon sandwich. Toutes ces histoires de souffrance c'est de l'histoire de journaliste de bas de gamme RSR ou TSR. Tous d'origine musulmane soit dit en passant. Rochebin d'Iran. Babarmachi de Syrie. Mehmet Gultaz ou Fati Derder turc et kurde (espérons qu'ils ne s'entretuent pas en plein journal !!!). Ceux-ci ont réussi à éliminer le méchant chrétien Pascal Décaillet et ce n'est qu'un début.
Ou de fonctionnaires NU copains comme cochons avec les Gazaouites voire autochtones. On nage et on patauge dans la propagande de caniveau...

Écrit par : Géo | 17/01/2009

C'est beau l'angélisme. Comme si il suffisait de demander la paix pour l'obtenir.
Israèl utilise des bombes au phosphore qu'il lache sur des dépôts de nourriture et des refuges de civils signalés par l'ONU et de manière répétée. Ensuite Israèl nie.

On ne demande pas la paix à un Etat coupable de crimes de guerre, qui totalisent 1'100 morts en 18 jours. On impose cette paix par la force et en condamnant les bouchers devant un tribunal international.

Assez de cette complicité passive qui prolonge la durée des atrocités.

Écrit par : Praline | 17/01/2009

Praline, il va sans dire que le but des manifestations n'est pas d'influencer la réalité du terrain ou de changer le cours des hostilité. Ni celles qui appuient un camp ni celles qui se contentent de vaticiner sur la paix n'auront d'impact sur la situation en Palestine, ni ne sont en vérité censées en exercer. Qu'une foule de badauds vociférants s'assemble sur une place de Berne ou de Genève, ou d'ailleurs, brandisse des calicots et hurle des slogans ne peut rien changer aux intérêts stratégiques des belligérants, cela va sans dire. L'objet réel d'une manifestation, son vrai motif, caché sous un prétexte ou un autre, est toujours à comprendre à l'égard de la politique locale... Il s'agit de marquer sa position sur la scène locale, d'occuper le terrain, de gagner un capital médiatique, ou simplement de donner cours à une émotion interne. Israël, Gaza, les bombes aux phosphores, la souffrance des enfants de tel côté ou de tel l'autre ne sont jamais que les occasions, point les raisons véritables de ces démonstrations.

Écrit par : stéphane staszrwicz | 17/01/2009

@ géo
Amalgame raciste de bas étage, ramassis de raccourcis ignobles de chemises brunes en mal de cibles. Changez de chaîne, y a TF1!
Comme thérapie je conseille le paintball avec de amis à vous ou le sketch des inconnus sur la galinette cendrée...

Écrit par : broutard | 17/01/2009

Monsieur Van Singer,
Comment appelle-t-on ces gens de peu de conviction, qui suivent l'actualité et la commentent en fonction du sens du vent ?
Je commence à comprendre pourquoi les Verts ont choisi l'éolienne comme symbole.. A moins que ce ne soit la girouette ?

Écrit par : Marcel Amé | 17/01/2009

Broutard@ j'ai toujours pensé que beaucoup de humanitaristes cachaient un coeur de facho. Merci pour votre démonstration.

Écrit par : Géo | 17/01/2009

@Stéphane,

Il y a paix et paix. Ceux qui se manifestent en faveur d'une paix qu'on attendra de voir venir aussi longtemps que le plus faible survivra, choisissent la paix qui arrange le plus fort.

Ceux qui se prononcent en faveur d'une paix qu'on impose, choisissent une paix qui maintient l'existence de deux communautés autant qu'un sentiment de justice qui peut faire modèle d'exemple.

Si par notre action, on peut montrer à nos gouvernements la direction à suivre, alors faisons-le de la bonne manière.

Écrit par : Praline | 17/01/2009

"that's the problem, guys."

Tiens le ciel me tombe sur la tête.
C'est bien la première fois que je suis d'accord avec Géo! Pratiquement à 100%!

Comme quoi...

Ou alors, c'est un sous-marin qui signe Géo sans être le seul, le vrai Géo qui ne rêve que bastonnade et tir au pistolet, qui veut me faire sentir le poids des mots... (alors pas encore trouvé mon adresse?)

"On nage et on patauge dans la propagande de caniveau..."

Ah, je me disais bien! Voilà le vrai.

"les bombes aux phosphores, la souffrance des enfants de tel côté ou de tel l'autre ne sont jamais que les occasions, point les raisons véritables de ces démonstrations."

Si c'est pas du cynisme ça.
Parlez pour vous. Je suis sûr que vous n'écoutez que vous.

Écrit par : Johann | 17/01/2009

@ géo en fait de démonstration, relisez vous!

Écrit par : broutard | 17/01/2009

Vous n'aimez pas que l'on trouble votre jeu, Johann ? Je n'écoute peut-être que moi, en effet, mais j'ai au moins la prétention que cela serve à me connaître et à connaître mes mobiles. Je doute que vos vues naïves sur la structure du pragma politikon vous permettent d'en faire autant.

Écrit par : stéphane staszrwicz | 18/01/2009

Johann@ le 11/01 à 16h22, je vous ai envoyé ça sur votre hotmail :

Monsieur,
Je peux très bien comprendre qu'émotionellement les événements de Gaza peuvent vous perturber, mais il est particulièrement navrant de ne pas voir ou savoir que les fascistes des années 30 étaient particulièrement anti-sémites. Géo Oltramare serait aujourd'hui un grand admirateur du Hamas et "mein kampf" est aujourd'hui encore un best-seller dans de nombreux pays arabes.
Ensuite, il convient pour les gens émotionellement sensibles tels que vous semblez l'être de bien considérer que les combattants palestiniens ont fait preuve d'une constance redoutable dans l'usage de stratagèmes qui paraissent dans notre culture totalement inacceptables. Utiliser l'emblème de la Croix-rouge, du Croissant Rouge ou des NU pour transporter des armes ou des combattants, cacher des arsenaux dans des immeubles d'habitation, se cacher derrière les femmes et les enfants pour tirer,...etc, etc.
Si vous étiez à la place des Israéliens, vous finiriez comme eux par ne plus respecter non plus ces règles de guerre des gens civilisés pour adopter les moeurs des "Barbares". Il n'y a pas un droit à se cacher derrière les femmes et les enfants. Alors, la conséquence, c'est que des femmes et des enfants, que des combattants lâches utilisent comme bouclier, finissent par mourir. Les musulmans n'ont aucune considération pour ces êtres inférieurs et méprisent la considération que nous avons pour eux.

Écrit par : Géo | 18/01/2009

@Van Singer,
Faire de léa politique c'est bien, être bien informé c'est mieux

@Geo
"Alors, la conséquence, c'est que des femmes et des enfants, que des combattants lâches utilisent comme bouclier, finissent par mourir".
Lisez le dernier Marianne, un officier israelien raconte comment, en territoire colonnisé, s'ils voyaient un sac suspect, il demandait au premier passant palestinien de l'ouvrir au risque qu'il explose et durant ses rondes, il prennait un enfant palestinien comme bouclier humain pour éviter les agressions.

Écrit par : dim | 18/01/2009

Dim@t Et à sa place, vous auriez agi différemment ? Permettez-moi d'en douter.

Écrit par : Géo | 18/01/2009

Aux modérateurs, qu'on me désinscrise de ce fil de discussion passe encore mais qu'on laisse passer ça ... et tant d'autres de ce géo? Je ne comprends pas. Deux poids deux mesures?

Vous avez vu le TJ de ce soir ? Cessez-le feu à Gaza. Du coup les boys sortent de leur trou en pleine forme et rigolards. Mangent tranquillement un bon sandwich. Toutes ces histoires de souffrance c'est de l'histoire de journaliste de bas de gamme RSR ou TSR. Tous d'origine musulmane soit dit en passant. Rochebin d'Iran. Babarmachi de Syrie. Mehmet Gultaz ou Fati Derder turc et kurde (espérons qu'ils ne s'entretuent pas en plein journal !!!). Ceux-ci ont réussi à éliminer le méchant chrétien Pascal Décaillet et ce n'est qu'un début.
Ou de fonctionnaires NU copains comme cochons avec les Gazaouites voire autochtones. On nage et on patauge dans la propagande de caniveau...

Écrit par : broutard | 18/01/2009

Tiens? Il a passé, pourtant in m'a été signalé que j'avais été désinscrit de ce post.
Tant mieux, un clin d'oeil a géo en passant

Écrit par : broutard | 18/01/2009

"un rassemblement de lumières pour la paix
en silence, avec bougies, flambeaux et autour d’un feu
sans drapeaux ni slogans"

c'est trop beau...
Quand les palestiens se font massacrés, on appelle à un rassemblement en silance, sans slogans etc... comme ça on prends pas parti, ba oui c'est vrai le Hamas y est pr quelquechose puisque les roquettes tirées depuis des dizaines d'années ont fait 10 ou 11 morts du coté israelien.

On amène la démocratie avec des avions de chasse en Irak et Afghanistan quand ça arrange, et on vient écraser la même démocratie avec des avions de chasse en Palestine quand ça arrange...

Votre cirque commence à s'essoufler... c'est le début de la fin

Écrit par : jalal | 21/01/2009

Les enquêtes se multiplient sur les crimes de guerre des juifs. Ces ordures ont massacrés en rigolant femmes et enfants là où il n'y avait pas un seul combattant du hamas, les témoignages sont innombrables et des ordures infectes comme broutard osent encore nier de tels crimes. J'ai honte pour lui et j'ai honte pour le modérateur qui a osé laisser passer de tels torchons. Enfin, la vérité sur les crimes juifs, cet état scélérat qui n'a désormais rien à envier au Zimbabwe, à la Corée du Nord ou à l'iran sont désormais connu de la planète entière.

Écrit par : justice | 23/01/2009

"crimes de guerre des juifs. Ces ordures ont massacrés en rigolant femmes et enfants"
Tiens, encore un sympathique anti-sioniste pas du tout anti-sémite...

Écrit par : Géo | 23/01/2009

"crimes de guerre des juifs. Ces ordures ont massacrés en rigolant femmes et enfants"
Tiens, encore un sympathique anti-sioniste pas du tout anti-sémite...

Écrit par : Géo | 23/01/2009

Après avoir laissé les uns et les autres s'exprimer librement, je me permets de clore la liste des commentaires pour ce billet.
La plupart n'amènent plus grand chose de constructif au débat.
Christian van Singer

Écrit par : CvS | 23/01/2009

Jalal m'écrit, après fermeture des commentaires :
Monsieur,
pourquoi avoir fermé les commentaires des articles "manifestation à Bern" et "manif à Genève" alors que les évènements de Gaza sont et seront l'actualité de ces prochains temps ?
Est-ce parce que les témoignages commencent à sortir ?
On vous a donné l'ordre ou c'est une initiative personnelle?

Réponse:
Je peux vous rassurer. Personne ne m'a ordonné de fermer les commentaires.
Je trouve simplement stérile que "pro Hamas" et "pro Israël" continuent à s'invectiver sur ces blog. Sans essayer de comprendre la position de l'autre.
Mais on reprendra certainement ce débat en l'élargissant.
Christian van Singer

Écrit par : Christian van Singer | 29/01/2009

Il y a une spécialité dans certains mouvements de gauche ou pacifistes qui consiste, lors de chaque conflit, à se rabattre sur le ni-ni. Ni Milosevic, ni Otan, ni Bush ni Saddam et, aujourd’hui, renvoyer dos-à-dos Israël et le Hamas ou le Hezbollah. Dans tous les cas, le problème est triple :

- On ignore la différence dans les rapports de force.
- On met sur le même pied l’agresseur et l’agressé.
- Et, ce qui est le plus important, on se place comme si nous étions en dehors des conflits, au-dessus de la mêlée, alors qu‘évidemment nos gouvernements ne le sont pas.

Dans le cas du conflit à Gaza, la version dominante du ni-ni consiste à condamner à la fois les tirs de roquettes du Hamas et la réponse d’Israël, parfois jugée disproportionnée. Le mot "disproportionnée" est lui-même absurdement disproportionné par rapport à l’écart des forces en présence.

D’un côté, il y a une force armée nationale ultrasophistiquée. Lorsque cette force attaque, elle le fait pour détruire des infrastructures et terroriser toute une région par la démonstration de sa supériorité militaire.

De l’autre, il y a quelques fusées artisanales qui sont lancées vers Israël, sans espoir de gagner une bataille, mais plutôt pour signaler désespérément qu’un peuple dépossédé, enfermé et oublié existe toujours. Les tirs de roquettes n’étant qu’un moyen de cogner à la porte d’une prison, l’agresseur est avant tout celui qui a emprisonné injustement tout un peuple, le privant depuis des décennies d’autres moyens de faire reconnaître son existence. Les gens qui lancent ces roquettes sur Israël sont souvent des descendants de ceux qui ont été chassés de leurs terres en 1948. Les roquettes sont l’écho de cette dépossession datant maintenant de soixante ans. Tant que ce fait fondamental n’est pas pleinement reconnu, et il ne l’est presque jamais en Occident, il est impossible d’avoir une vision réaliste de la profondeur du problème.

Celui-ci provient en réalité des principes sur lesquels Israël est fondé, à savoir qu’il est légitime pour certaines personnes, en vertu d’une propriété acquise à la naissance (être « juif ») d’occuper la terre d’autres personnes auxquelles les hasards de la naissance n’ont pas conféré cette propriété. Que l’on invoque la Bible ou l’holocauste comme justification plus directe de cette occupation ne change rien à son caractère intrinsèquement raciste, c’est-à-dire fondé en fin de compte sur une distinction importante faite entre les êtres humains et liée uniquement à leur naissance.

Cet aspect raciste est évidemment présent à l’esprit des victimes et de tous ceux qui s’identifient à eux - surtout les populations du monde arabo-musulman et une partie du tiers-monde, pour qui le projet sioniste rappelle douloureusement des expériences antérieures du colonialisme européen, mais il n’est pratiquement jamais intégré au débat en Occident. Il faut souligner qu’il s’agit ici d’un racisme institutionnel, c’est-à-dire lié aux structures d’un Etat, ce qui est très différent du racisme « ordinaire », celui, malheureusement fort répandu, mais souvent passif, qui existe dans l’esprit de beaucoup d’individus. Et c’est le racisme d’Etat qui est en général considéré comme étant « d’extrême droite », « incompatible avec nos valeurs », « contraire à la modernité et à l’esprit des Lumières ». C’est ce racisme qui menait à la condamnation générale de l’Apartheid en Afrique du Sud et de son idéologie. Mais ce n’est pas le cas pour le sionisme, qui est pourtant l’idéologie qui légitime ce racisme institutionnel. Malheureusement, c’est souvent la gauche occidentale qui, tout en étant la plus prompte à dénoncer en général le racisme d’Etat, est la plus portée à faire une exception pour "l’Etat juif".

De plus, tout le discours dominant sur ce conflit est indirectement contaminé par la vision raciste de départ :

-Toutes les parties et tous les intellectuels ou commentateurs « respectables » doivent, avant toute autre chose, reconnaître « le droit à l’existence d’Israël », mais l’expression « droit à l’existence de la Palestine » est pratiquement inexistante. Pour ce qui est des Palestiniens, leur État, à supposer qu’il y en ait un jour un, résultera non d’un droit, mais d’une négociation ; et encore, d’une négociation avec un partenaire palestinien « responsable », c’est-à-dire reconnaissant comme préalable à toute discussion le droit à l’existence de son adversaire, lequel ne lui reconnaît nullement un tel droit.
- N’importe quelle personne d’origine juive a le droit de s’installer en Israël mais les non-juifs qui en ont été chassés en 1948 ou après, ainsi que leurs descendants, ne peuvent pas le faire. Même dans les Territoires dits palestiniens, leurs déplacements d’un endroit à l’autre sont fortement limités.
- Le Hamas et le Hezbollah doivent êtres empêchés de se réarmer, mais Israël peut recevoir des Etats-Unis, gratuitement, toutes les armes souhaitées.
- Israël est constamment célébré comme étant "la seule démocratie au Moyen-Orient”, mais les élections libres des Palestiniens sont ignorées.
- Les Palestiniens doivent « renoncer à la violence, » mais pas Israël.
- L’Iran ne peut posséder d’arme nucléaire, mais Israël, bien.

Toutes ces différences de traitement reposent en fin de compte sur l’idée que l’entreprise initiale de colonisation était légitime, ou qu’elle appartient au passé et qu’il n’est pas souhaitable d’en reparler ; mais les deux attitudes reviennent à nier l’humanité pleine et entière des victimes, ce qui nous ramène à la question du racisme. Car imaginons quelle serait la réaction européenne si l’État d’Israël avait été créé, mettons, dans une partie des Pays-Bas ou de la Côte d’Azur, en en faisant fuir une fraction importante des habitants.

Ces deux poids deux mesures se retrouvent à tous les niveaux dans le discours dominant, par exemple lorsqu’on répète qu’il ne « faut pas importer le conflit » en France, comme si le fait que presque toute la classe politique française accepte de se faire sermonner, lors du dîner annuel du CRIF, sur son attitude supposée pro-arabe, ne constituait pas déjà une « importation du conflit », mais unilatérale, en faveur d’Israël.

[...]
Une façon de tenter de faire taire les protestations contre la politique israélienne consiste à dénoncer l’antisémitisme dans les manifestations, ainsi que l’identification entre Israël et nazisme. Évidemment, cette dernière comparaison est excessive, mais tout le monde commet ce genre d'excès, tout le temps. Quid de « CRS-SS » (en Mai 68, combien de morts, comparé à Gaza) ? Ou d'Hitlerosevic? Ou de Nasser, le Hitler sur le Nil (en 56) ? Pourquoi des supporters d'Israël peuvent-ils constamment identifier le Hamas ou l'Iran à Hitler et l'excès inverse serait interdit ? On pourrait répondre que cela devrait l’être à cause de ce que les Nazis ont fait aux juifs. Mais ce genre de considérations n’a jamais empêché de comparer aux Nazis les Soviétiques ou les Serbes, qui ont aussi beaucoup souffert pendant la guerre. Moins que les juifs sans doute, mais à partir de quel niveau de souffrance les excès deviennent-ils inacceptables ? Plus fondamentalement, à partir du moment où la nazification de l’adversaire est l’arme idéologique principale de l’Occident et d’Israël, il est inévitable que cette arme soit retournée contre eux quand l’occasion s’en présente.

Pour ce qui est de l’antisémitisme, il ne faut pas oublier que la politique israélienne se fait au nom d'un État qui se dit juif, et qu’elle est fortement soutenue par des organisations qui disent représenter les juifs (à tort ou à raison). Comment espérer éviter, dans ce climat, que beaucoup de gens ne deviennent anti-juifs ? C'est en demander un peu trop à la psychologie humaine. Pendant la guerre, la plupart des habitants des pays occupés étaient anti-allemands (contre les « Boches »), pas seulement antinazis. Pendant la guerre du Vietnam, les opposants étaient souvent anti-américains, pas seulement opposés à la politique US (et c'est encore la même chose maintenant par rapport à leur politique au Moyen-Orient). Il est absurde d'espérer que les gens se fassent la guerre tout en ne se haïssant pas, en respectant les droits de l'homme, et en étant de bons antiracistes. Et comme le conflit est importé, depuis longtemps, dans le discours médiatique et l’action politique, il y a bien ici une guerre idéologique dont les effets prévisibles sont exactement ceux que l’on déplore.
On ne peut pas non plus demander aux opposants à Israël de faire la distinction entre juifs et sionistes alors que le discours dominant ne le fait presque jamais (du moins quand cette identification permet de présenter Israël comme un pays éternellement « victime » ou « paria »).

De plus, comment veut-on qu'une population qui est sans arrêt diabolisée, ridiculisée, insultée, parce que, en tant que musulmane, elle n'aurait rien compris à la démocratie, aux droits de l'homme, aux droits de la femme, et serait "communautariste" quand elle affiche ses convictions religieuses, ne réagisse pas avec virulence (au moins verbale) face aux massacres de Gaza ?

Ce qui précède n’est pas une « justification de l’antisémitisme » mais une observation banale sur un aspect déplaisant mais assez universel de la psychologie humaine. On pourrait ajouter que tous les discours de dénonciation et de condamnation de l’antisémitisme qui ne prennent pas en compte le contexte dans lequel celui-ci se développe ne servent à rien et sont sans doute contre-productifs, comme le sont en général les discours moralisateurs.

La situation ici est pratiquement aussi inextricable que la situation en Palestine même. Bien sûr que l’antisémitisme augmente, ainsi que l’identification communautaire, dans tous les camps. Nous sommes incapables de résoudre la situation au Moyen-Orient, mais on pourrait au moins commencer par reconnaître ici la véritable nature du problème (le racisme institutionnel d’Israël) et changer radicalement de discours.

Il faudrait également mettre fin aux intimidations et aux procès (pour délit d’opinion), faire en sorte que tous puissent dire ce qu’ils pensent vraiment d'Israël et de ses soutiens, et établir l'égalité des armes dans les débats sur ce qui touche au sionisme. Il faudrait également que la politique française et européenne soit déterminée indépendamment de l’influence de groupes de pression. C’est seulement ainsi que l’on peut espérer, à terme, décommunautariser le débat et faire régresser l’antisémitisme.

texte de Jean Bricmont

Écrit par : Jalal | 10/02/2009

Les commentaires sont fermés.