16/12/2008

100 millions de la Confédération pour encourager l'amélioration énergétique des bâtiments

Le 5 décembre j'écrivais :
« ...Aujourd’hui en Suisse, plus du quarante pour cent de toute l’énergie est utilisée pour chauffer l’eau sanitaire et les bâtiments , alors qu’on sait construire des maisons qui n’ont besoin d’aucun apport d’énergie non-renouvelable
Des milliards qui partent chaque année inutilement en fumée!
Mieux vaudrait les utiliser pour améliorer l’énergétique des bâtiments. Ce serait favorable pour l’économie et pour l’écologie. Des encouragements publics inciteraient les propriétaires à investir et soutiendraient toute la branche du bâtiment.
Il faudrait aussi un plan spécifique pour remplacer les ruineux chauffages électriques directs. Ils consomment, en plein hiver, l’équivalent de la production de nos trois plus vieilles centrales nucléaires ! Les remplacer par des chauffages modernes au bois ou par des pompes à chaleur serait bien plus intelligent que persévérer dans la technique désuète des centrales à fission nucléaire... »

Lundi 15 décembre, un pas important a été fait dans la bonne direction :
Le Conseil des Etats, après le Conseil national, a multiplié par 7 le budget prévu pour encourager l'amélioration énergétique des bâtiments : 100 millions au lieu de 14.
Cela a été possible grâce à l'engagement de politiciens de tous les partis, mais contre l'avis de M. Merz, du parti radical, de l'UDC et de la commission des finances.

Il faudrait maintenant que les Cantons décident d'investir eux aussi 100 millions et que des règlements d'application sensés suivent rapidement
Ce serait bon pour l'écologie : moins de CO2, moins de pollution, moins de gaspillage...
Bon aussi pour l'économie : avec la crise qui s'annonce, encourager des investissements dans le bâtiment peut contribuer à stabiliser cet important secteur économique.

Commentaires

Réjouissant. Bravo!

Écrit par : Vincent Rossi | 16/12/2008

Il faudrait faire plus, surtout en temps de crise, mais pas seulement.
Les genevois s'expatrient faute de trouver un logement convenable.
Il est temps maintenant de lancer des grands chantiers de bâtiments locatifs, pour enrayer ces départs.
D'autant plus que ces gens, gardent leur emploi et donc dépensent encore plus d'argent en combustible, pour se rendre à leur travail.
Ce qui nous fait encore plus de CO2.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/12/2008

Les commentaires sont fermés.