05/12/2008

Soutien conjoncturel et amélioration énergétique des bâtiments

Les chinois représentent le mot crise par un double pictogramme, le premier signifie «Danger»… le second signifie «Opportunité, chance…».

La crise qui secoue le monde de la finance et menace l'économie réelle, nous offre l'opportunité de prendre des mesures qui contribuent non seulement à surmonter les difficultés qui s'annoncent, mais aussi à préparer notre Pays à affronter les crises que l'épuisement et le renchérissement des énergies non renouvelables ne manqueront pas de provoquer ces prochaines décennies.

Nos autorités, ont annoncé un plan de relance de 1 milliard et demi, mais à y regarder de plus près 341 millions seulement sont prévus pour des investissements supplémentaires, dont une quarantaine de millions dans l'amélioration énergétique des bâtiments.
On est loin d'un plan ambitieux pour encourager en Suisse la rénovation énergétique des bâtiments et les énergies renouvelables, à l'instar de ceux annoncés aux Etats-Unis par Barak Obama et dans de nombreux autres Pays.

Aujourd'hui en Suisse, plus du quarante pour cent de toute l'énergie est utilisée pour chauffer l'eau sanitaire et les bâtiments , alors qu'on sait construire des maisons qui n'ont besoin d'aucun apport d'énergie non-renouvelable... Des milliards qui partent chaque année inutilement en fumée!
Mieux vaudrait les utiliser pour améliorer l'énergétique des bâtiments. Ce serait favorable pour l'économie et pour l'écologie. Des encouragements publics inciteraient les propriétaires à investir et soutiendraient toute la branche du bâtiment.
Il faudrait aussi un plan spécifique pour remplacer les ruineux chauffages électriques directs.
Ils consomment, en plein hiver, l'équivalent de la production de nos trois plus vieilles centrales nucléaires... Les remplacer par des chauffages modernes au bois ou par des pompes à chaleur serait bien plus intelligent que persévérer dans la technique désuète des centrales à fission nucléaire.
Par ailleurs, des milliers d'investisseurs privés sont prêts à s'engager pour augmenter la production de courant vert: alors que le Parlement a voté une loi dans ce sens, cette volonté du législateur a été stoppée par une ordonnance qui, dans les faits, empêche tout soutien pour de nouveaux projets dans le photovoltaïque : seuls deux megaprojets sont retenus et déjà bloqués... Le Conseil fédéral devrait au plus vite adopter une législation analogue à celle en vigueur en Allemagne où les énergies renouvelables se développent rapidement en créant des centaines de milliers d'emplois.

Une crise peut être dangereuse, mais elle peut offrir la chance d’évoluer. Avec d'autres parlementaires de tous bords, je m'engage pour que nos autorités en profitent pour lancer un plan national de rénovation énergétique des bâtiments et de promotion des énergies renouvelables.

Commentaires

Vos intentions politiques sont sans conteste excellentes. Il est regrettable qu'il n'en aille pas ainsi de vos connaissances sinologiques :

http://www.pinyin.info/chinese/crisis.html

Écrit par : stéphane staszrwicz | 06/12/2008

M. Stéphane Staszrwicz a raison. J'ai repris une affirmation figurant plus d'un million de fois sur le WEB, sans me douter qu'elle n'est pas exacte. Suite à sa remarque, j'ai consulté un sinologue averti qui confirme :
Interpréter directement "weiji" (les sinogrammes qui signifient "crise") par la juxtaposition de "danger" (wei) et de "chance"(ji) semble hâtif. Si l'on voulait rendre compte du sens original de "ji", il faudrait davantage insister sur le moment particulier où quelque chose se déclenche...
En français, la crise est souvent associée à un état de dégradation avancée, de catastrophe (au moins imminente); en chinois, on pourrait se demander si "weiji" ne signale pas un moment critique avant que la situation ne soit trop détériorée, donc à un point où il est encore possible d'agir, d'intervenir."

Mais peu importe l'interprétation de ces sinogrammes qu'il convient de retenir. Je reste convaincu que la crise actuelle doit nous inciter à agir pour en prévenir de pires dans le futur.

Écrit par : Christian van Singer | 08/12/2008

On invente maintenant les nouveaux sources energetiques - on est oblige a evoluer.

Écrit par : Ansel @ phone cards online | 21/10/2009

Vouloir améliorer les économies d'energies d'accord.Mais de prétendre à un soutient conjoncturel,c'est vraiment manquer de vision sur la situation économique du pays.Le bâtiment n'est que partiellement touché par la crise,en quoi soutenir se secteur va't-il donner du travail aux chômeurs qui bossent dans le secteur financier et bancaire.

D.J

Écrit par : D.J | 21/10/2009

"la crise actuelle doit nous inciter à agir pour en prévenir de pires dans le futur."
En premier lieu il serait peut-être intelligent d'aller à l'essentiel ce que vous ne savez pas faire, puisque je me répète, mais aucun d'entre vous ne s'est manifesté pour soutenir le monde paysan en crise...CRISE....C R I S E !

Ce jour, le CF prend une mesure stupide, comme il en a l'habitude, comme il l'a fait avec les banques, en octroyant 4,5 millions d'aide financière aux industriels qui ont surproduit du beurre avec du lait étranger.....et sur le budget de l'agriculture pour comble! J'espère que l'on va vous entendre...... car à mon simple avis rien que ce lait importé n'est pas une politique intelligente en matière d'économie de CO2 de part les transports impliqués, alors que l'on bride la production indigène pour des raisons d'avantages économiques au profit des industriels et en tout cas pas en respect de l'environnement!

Écrit par : Corélande | 21/10/2009

Les commentaires sont fermés.